Rimbaud

(1854-1891)

Recueils (ou ensembles) complets

1873 : Une saison en enfer

1874 : Illuminations (composé vers...)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

Accroupissements

Adieu

Âge d’Or

À la musique

Alchimie du verbe

L’Angelot maudit

Angoisse

Antique

Après le déluge

À Samarie...

Les Assis

Aube

Au Cabaret-Vert, cinq heures du soir

À une raison

Aux livres de chevet...

 

Le Balai

Bal des Pendus

Bannières de Mai

Barbare

Le Bateau ivre

Being beauteous

Bethsaïda, la piscine des cinq galeries...

[Bonheur]

Bonne pensée du matin

Bottom

Le Buffet

 

Ce qu’on dit au poète à propos de fleurs

Ce sont des villes !...

La Chambrée de nuit

Chanson de la plus haute tour

Chant de guerre parisien

Le Châtiment de Tartufe

Les Chercheuses de poux

Cocher ivre

Le Cœur volé

Comédie de la Soif

Conte

Les Corbeaux

 

Démocratie

Départ

Dévotion

Le Dormeur du val

Les Douaniers

 

L’Éclair

L’Éclatante victoire de Sarrebruck

Les Effarés

Enfance

Entends comme brame...

Est-elle almée ?...

État de siège ?

L’Éternité

Les Étrennes des Orphelins

Exil

 

Fairy

Fête d’hiver

Fête galante

Fêtes de la faim

Fleurs

Le Forgeron

 

Génie

Guerre

 

L’Homme juste

Honte

Hypotyposes saturniennes, ex Belmontet

H

 

L’Idole — Sonnet du Trou du Cul

L’Impossible

 

Jadis, si je me souviens bien...

Je préfère sans doute...

Jeune goinfre

Jeune ménage

Jeunesse

J’occupais un wagon de troisième...

 

Larme

Le loup criait sous les feuilles...

Les soirs d’été...

Les Lèvres closes — Vu à Rome

Lys

L’acropole officielle...

L’air léger et charmant de la Galilée...

L’enfant qui ramassa les balles...

L’Étoile a pleuré rose...

L’Humanité chaussait...

 

Ma Bohème

Les Mains de Jeanne-Marie

La Maline

Le Mal

Marine

Matinée d’ivresse

Matin

Mauvais sang

Mémoire

Mes petites Amoureuses

Métropolitain

Michel et Christine

Morts de Quatre-vingt-douze

Mouvement

Mystique

 

Nocturne vulgaire

Nuit de l’enfer

 

Ophélie

Oraison du soir

L’Orgie parisienne ou Paris se repeuple

Ornières

Ouvriers

 

Parade

Paris

Les Pauvres à l’église

Phrases

Plates-bandes d’amarantes jusqu’à...

Les Poètes de sept ans

Les ponts

Les Premières Communions

Première Soirée

Promontoire

 

Qu’est-ce pour nous, mon cœur...

 

Rages de Césars

Les Remembrances du vieillard idiot

Les Réparties de Nina

Ressouvenir

Rêvé pour L’Hiver

La Rivière de Cassis

Roman

Royauté

 

Scènes

Sensation

Les Sœurs de Charité

Soir historique

Solde

Soleil et chair

 

Tête de faune

 

Vagabonds

Veillées

Vénus Anadyomène

Vierge folle

Vies

Vieux de la vieille !

Villes : Ce sont des villes !...

Villes : L’acropole officielle...

Ville

Voyelles

 
Les ponts

 

Des ciels gris de cristal. Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits, ceux-là bombés, d’autres descendant ou obliquant en angles sur les premiers, et ces figures se renouvelant dans les autres circuits éclairés du canal, mais tous tellement longs et légers que les rives chargées de dômes s’abaissent et s’amoindrissent. Quelques-uns de ces ponts sont encore chargés de masures. D’autres soutiennent des mâts, des signaux, de frêles parapets. Des accords mineurs se croisent, et filent, des cordes montent des berges. On distingue une veste rouge, peut-être d’autres costumes et des instruments de musique. Sont-ce des airs populaires, des bouts de concerts seigneuriaux, des restants d’hymnes publics ? L’eau est grise et bleue, large comme un bras de mer. — Un rayon blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie.
[...]

[lire le poème...]

Veillées

 

I

 

C’est le repos éclairé, ni fièvre ni langueur, sur le lit ou sur le pré.

 

C’est l’ami ni ardent ni faible. L’ami.

 

C’est l’aimée ni tourmentante ni tourmentée. L’aimée.

 

L’air et le monde point cherchés. La vie.

 

[...]

[lire le poème...]

Guerre

 

Enfant, certains ciels ont affiné mon optique : tous les caractères nuancèrent ma physionomie. Les Phénomènes s’émurent. — À présent, l’inflexion éternelle des moments et l’infini des mathématiques me chassent par ce monde où je subis tous les succès civils, respecté de l’enfance étrange et des affections énormes. — Je songe à une Guerre de droit ou de force, de logique bien imprévue.

[...]

[lire le poème...]

Nocturne vulgaire

 

Un souffle ouvre des brèches operadiques dans les cloisons, — brouille le pivotement des toits rongés, — disperse les limites des foyers, — éclipse les croisées. — Le long de la vigne, m’étant appuyé du pied à une gargouille, — je suis descendu dans ce carrosse dont l’époque est assez indiquée par les glaces convexes, les panneaux bombés et les sophas contournés — Corbillard de mon sommeil, isolé, maison de berger de ma niaiserie, le véhicule vire sur le gazon de la grande route effacée ; et dans un défaut en haut de la glace de droite tournoient les blêmes figures lunaires, feuilles, seins. — Un vert et un bleu très foncés envahissent l’image. Dételage aux environs d’une tache de gravier.

[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 11 juillet 2014 à 11h19

Depuis Rimbaud
on est voleur de feu ou
on est papouète

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 16 janvier 2021 à 17h57

Jean-Arthur le poète-démiurge
écrivit un pamphlet anti-surge.
Ce monsieur se disit : « Mais il urge
du lycée ce t-enfant que l’on purge ! »

Jean-Arthur le poète des murges
au désert désespérait : « C’est sûr j’
aurai rien », mais le Grand Traumaturge
lui confia les moutons de Panurge !

Paul-Marie autre aède aussi turg-
escentiel s’exclama : « Je démurge
car je vois contre moi qui s’insurge
Jean-Arthur le poète-démiurge ! »

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Siсаud : Lе Сhеmin dе sаblе

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Τоulеt : «Νе сrаins pаs quе lе Τеmps...»

Τоulеt : «Οn dеsсеndrаit, si vоus l’оsiеz...»

Siсаud : Μédесins

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Lаfоrguе : Lеs Αprès-midi d’аutоmnе

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Μауnаrd : «Ρiеrrе qui durаnt sа јеunеssе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi vоus l’аvеz dоnс dit mа сruеllе Βеllоnnе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоуаnt pаr lеs sоudаrds mа mаisоn sассаgéе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Νаturе оrnаnt lа dаmе qui dеvаit...» (Rоnsаrd)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz