Mallarmé

(1842-1898)

Recueils (ou ensembles) complets

1891 : Pages

1899 : Poésies

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

La Pipe

À la nue accablante tu...

Hamlet

Rondel, II : Si tu veux nous nous aimerons...

Éventail

Mary, sans trop d’ardeur à la fois enflammant...

Larme

Sonnet : La chevelure vol d’une flamme à l’extrême...

Les Fenêtres

Chansons bas

Rondel, I : Rien au réveil que vous n’ayez...

Si tu veux nous nous aimerons...

La Gloire

Ballets

Morceau

Une dentelle s’abolit...

Apparition

Salut

La Déclaration Foraine

Quand l’ombre menaça de la fatale loi...

Hommage : Le silence déjà funèbre d’une moire...

Sonnet : Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre...

Hommage : Toute Aurore même gourde...

Éventail : De frigides roses pour vivre...

Le Nénufar Blanc

Divagation

Autres chansons bas

Tombeau : Le noir roc courroucé que la bise le roule...

Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos...

Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui...

À une petite chienne

Réminiscence

Prose

Petit air, II : Indomptablement a dû...

Richard Wagner

Le Pitre châtié

De frigides roses pour vivre...

Surgi de la croupe et du bond...

Renouveau

Petit air (guerrier)

La chevelure vol d’une flamme à l’extrême...

Le Démon de l’Analogie

Sonnet : Ô si chère de loin et proche et blanche, si...

Le Genre

Le silence déjà funèbre d’une moire...

Autre Éventail

Un principe des vers

Remémoration d’Amis belges

Le Guignon

Quelle soie aux baumes de temps...

Angoisse

Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre...

L’Ecclésiastique

Placet futile

Indomptablement a dû...

Quelconque une solitude...

L’Azur

Le Tombeau d’Edgar Poe

Un Spectacle Interrompu

Tristesse d’été

Brise marine

Ouverture ancienne d’Hérodiade

L’Après-Midi d’un Faune

Sonnet : Mary, sans trop d’ardeur à la fois enflammant...

Hérodiade

Toute Aurore même gourde...

Le Tombeau de Charles Baudelaire

M’introduire dans ton histoire...

Plainte d’Automne

Don du Poëme

Ô si chère de loin et proche et blanche, si...

Les Fleurs

Toute l’âme résumée...

Petit air, I : Quelconque une solitude...

Or

Victorieusement fui le suicide beau...

Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx...

Billet à Whistler

Une négresse...

Aumône

Las de l’amer repos...

Pauvre Enfant Pâle

Lassitude

Rien au réveil que vous n’ayez...

Tout Orgueil fume-t-il du soir...

Amies

Touches

En rendant un mouchoir prêté

En renvoyant un filet à poisson

Au seul souci de voyager...

Cantique de Saint-Jean

Feuillet d’Album

Le noir roc courroucé que la bise le roule...

Frisson d’Hiver

Le Phénomène futur

Toast funèbre

Sainte

Le Sonneur

Soupir

 
Larme



Oh ! je voudrais pleurer ! pleurer sous la feuillée
Loin des rires humains, loin du chant des oiseaux !
Pleurer... sur qui ? sur ceux dont la vie, effeuillée,
Comme une fleur au vent, vola vers les tombeaux ?...
 
[...]

[lire le poème...]

En rendant un mouchoir prêté


 
Belle, ne laissez jamais choir
de larmes sur ce fin mouchoir.
 

[lire le poème...]

Le Phénomène futur


 

Un ciel pâle, sur le monde qui finit de décrépitude, va peut-être partir avec les nuages : les lambeaux de la pourpre usée des couchants déteignent dans une rivière dormant à l’horizon submergé de rayons et d’eau. Les arbres s’ennuient ; et, sous leur feuillage blanchi (de la poussière du temps, plutôt que de celle des chemins), monte la maison en toile du Montreur de choses Passées : maint réverbère attend le crépuscule et ravive les visages d’une malheureuse foule, vaincue par la maladie immortelle et le péché des siècles, d’hommes près de leurs chétives complices enceintes des fruits misérables avec lesquels périra la terre. Dans le silence inquiet de tous les yeux suppliant là-bas le soleil qui, sous l’eau, s’enfonce avec le désespoir d’un cri, voici le simple boniment : « Nulle enseigne ne vous régale du spectacle intérieur, car il n’est pas maintenant un peintre capable d’en donner une ombre triste. J’apporte, vivante (et préservée à travers les ans par la science souveraine) une Femme d’autrefois. Quelque folie, originelle et naïve, une extase d’or, je ne sais quoi ! par elle nommé sa chevelure, se ploie avec la grâce des étoffes autour d’un visage [...]

[lire le poème...]

L’Ecclésiastique

Les printemps poussent l’organisme à des actes qui, dans une autre saison, lui sont inconnus et maint traité d’histoire naturelle abonde en descriptions de ce phénomène, chez les animaux. Qu’il serait d’un intérêt plus plausible de recueillir certaines des altérations qu’apporte l’instant climatérique dans les allures d’individus faits pour la spiritualité ! Mal quitté par l’ironie de l’hiver, j’en retiens, quand à moi, un état équivoque tant que ne s’y substitue pas un naturalisme absolu ou naïf, capable de poursuivre une jouissance dans la différentiation de plusieurs brins d’herbes. Rien dans le cas actuel n’apportant de profit à la foule, j’échappe, pour le méditer, sous quelques ombrages environnant d’hier la ville : or c’est de leur mystère presque banal que j’exhiberai un exemple saisissable et frappant des inspirations printanières.

[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz