Pierre Louÿs

(1870-1925)

Recueils (ou ensembles) complets

1895 : Les Chansons de Bilitis

1905 : Pybrac (±, publication posthume)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

L’Absence

Acrostiche saphique

À Gyrinnô

À la poupée de cire

Ambition

L’Amie complaisante

L’Amie mariée

Les Amies à dîner

L’Amour

L’Ange

L’Antre des Nymphes

Aphrodite

L’Arbre

À ses seins

Attente

Au dieu de bois

À un égaré

À un mari heureux

Au pas blanc de leurs haquenées...

Aussi blonde que je suis brune...

Au vaisseau

Aux cheveux

Aux laveuses

 

La Bague symbolique

Le Bain

Le Baiser entre les jambes

Le Baiser sous l’aisselle

Le Baiser sur la joue

Le Baiser sur les seins

Le Baiser

La Berceuse de Mnasidika

Berceuse

Les Bijoux

Bilitis

La Bouche à la vulve

 

La Ceinture chaude

Celle d’Aix-Les-Bains

Chanson (Ombre du bois)

Chanson : La nuit est si profonde...

Chanson : Le premier me donna un collier...

Chanson : Quand il est revenu...

Chanson : Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ?...

Chant funèbre

Chant pastoral

Les Chatouilles

La Chevelure

Le Clitoris

Le Cœur

La Colombe

La Commande

Les Comparaisons

Les Confidences

Conseils à un amant

Les Conseils

Les Contes

Conversation

La Coupe

Les Courtisanes égyptiennes

Couturière

Le Croisement des jambes

 

La Danse de Glôttis et de Kysé

La Danse des fleurs

Les Danses au clair de lune

La Danseuse aux crotales

Dans la forêt où j’ai coutume...

Le Dernier Amant

Dernière épitaphe

Le Dernier Essai

Le Désir

La Dispute

Le Doigt dans le vagin

La Domesticité

La Dormeuse

La Duperie

 

L’Eau pure du bassin

L’Effort

Élévation

L’Enfourchement

En levrette

Et je m’étais fait une vie...

L’Étranger

L’Étreinte éperdue

 

Les Fards

Fellatrices

La Femme qui danse

La Femme qui se caresse

La Figure de Pasiphaë

Fleur d’eau

Les Fleurs

La Flûte de Pan

Funérailles

 

Gibier divin

Glaucé

Gougnotte femelle

 

L’Hôtellerie

Hyacinthe

L’Hymen

Hymne à Astarté

Hymne à la nuit

 

Impatience

L’Incertitude

L’Inconnu

Indications

L’Indifférent

Intimités

 

Je chante ma chair et ma vie

Je ne suis qu’un enfant, Madame, et je sais bien...

La Jeune Mère

Jeux

Je voudrais cette nuit trouver un crocodile...

La Jongleuse

La Joueuse de flûte

Le Joyau de cristal

J’ai douze ans, du noir aux yeux...

J’aurais voulu t’avoir quand tu n’étais pas femme...

 

La fille blonde que j’avais vue...

Le Lait

La nuit est si profonde...

Le Lavement des seins

Le premier me donna un collier...

Les glaives de tes panoplies...

Les yeux qui voient la mer et les champs et les eaux...

Les yeux sont moins purs que les seins...

La Lettre perdue

Lettre

Le Lever

La Lune aux yeux bleus

Lykas

 

Main de branlée

Le Marchand de femmes

La Masturbation entre les seins

Mélancolie

Les Ménades

La Mer de Kypris

La Métamorphose

Le Mont de Vénus

La Mort véritable

Mydzouris

Les Mystères

 

Les Noces

La Nuit

Les Nymphes

 

L’Objet

L’Offrande à la déesse

L’Orchidée

 

Parce que strictement de par le double fer...

Les Parfums

Paroles dans la nuit

Paroles maternelles

La Partie d’osselets

Le Passant : Près des rives d’iris...

Le Passant

Le Passé qui survit

Pégase

Pénombre

Pervigilium mortis

La Petite Aphroditê de terre cuite

La Petite Maison

La Petite Marchande de roses

La Petite Phaniôn

Les Petits Enfants

Phitta Meliaï

Les Pieds nus

La Pluie au matin

La Pluie

Plus sérieux peut-être qu’on ne pense

Les Poils : Quand j’énerve mes doigts...

Les Poils : Un rayon du soleil levant...

La Poupée

La Prairie

Première épitaphe

Près des rives d’iris...

Les Prêtresses de l’Astarté

Prière à Perséphonê

Prières

Prière

Promenade au bord de la mer

Psappha

Puisque tes yeux veulent mourir...

La Purification

Pybrac

 

Quand il est revenu...

Quand j’énerve mes doigts...

La Quenouille

 

Les Remords

La Rencontre

Réponse

Le Réveil

La Rivière de la forêt

La Robe déchirée

Roses dans la nuit

 

Scène

Seconde épitaphe

Sein de branlée

Les Seins de Mnasidika

La Senteur des bras

La Senteur des reins

Le Serment

Le Silence de Mnasidika

Si vous n’avez pas peur d’aimer...

La Sodomie par derrière

Les Sœurs incestueuses

Les Soins jaloux

Le Soir à la campagne

Soir près du feu

La Solitude

Le Sommeil interrompu

Sonnet : Parce que strictement de par le double fer...

Sonnet adressé à M. Mallarmé

Le Souvenir déchirant

Le Souvenir de Mnasidika

Svbsciptvm tvmvmo ioannis secvndi

Le Symbole

 

Ta fleur secrète et reculée...

Tendresses

La Tentative

Thérapeutique

Le Tombeau des Naïades

Le Tombeau d’une jeune courtisane

Le Tombeau sans nom

Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ?...

Le Triomphe de Bilitis

Tristesse d’Olovio

Tristesse

Les Trois Beautés de Mnasidika

 

Un rayon du soleil levant...

Un rêve m’a hanté dans mes heures de veille...

 

La Vermine

Vie de Bilitis

Le Vieillard et les Nymphes

Viens, blanche sur le divan rouge, viens baiser...

La Violence

Voisine de table

Volupté

Vulve blonde

 

Les Yeux

 
La Jeune Mère


 

Ne crois pas, Myromêris, que, d’avoir été mère, tu sois moindre en beauté. Voici que ton corps sous la robe a noyé ses formes grêles dans une voluptueuse mollesse.

 

Tes seins sont deux vastes fleurs renversées sur ta poitrine, et dont la queue coupée nourrit une sève laiteuse. Ton ventre plus doux défaille sous la main.

[...]

[lire le poème...]

Le Lavement des seins


 
Qui lavera vos seins magnifiques, maîtresse ?
Quelle main lascive épongera leur splendeur
D’un geste délicat, lent comme une caresse
À les faire exulter de joie et d’impudeur ?
 
[...]

[lire le poème...]

Lykas


 

Venez, nous irons dans les champs, sous les buissons de genévriers ; nous mangerons du miel dans les ruches, nous ferons des pièges à sauterelles avec des tiges d’asphodèle.

 

Venez ; nous irons voir Lykas, qui garde les troupeaux de son père sur les pentes du Tauros ombreux. Sûrement il nous donnera du lait.

 

J’entends déjà le son de sa flûte. C’est un joueur fort habile. Voici les chiens et les agneaux, et lui-même, debout contre un arbre. N’est-il pas beau comme Adonis !

[...]

[lire le poème...]

Mélancolie


 

Je frissonne ; la nuit est fraîche, et la forêt toute mouillée. Pourquoi m’as-tu conduite ici ? mon grand lit n’est-il pas plus doux que cette mousse semée de pierres ?

 

Ma robe à fleurs aura des taches de verdure ; mes cheveux seront mêlés de brindilles ; mon coude, regarde mon coude, comme il est déjà souillé de terre humide.

[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : «С’еst à lа fеmmе à bаrbе, hélаs ! qu’il еst аllé...»

*** : «Μоn pèrе а fаit fаirе un étаng...»

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Сhéniеr : «Étrаngеr, се tаurеаu, qu’аu sеin dеs mеrs prоfоndеs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Cоmmеntaires récеnts

De Αdа sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Εsprit dе сеllе sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Flаmbеаu vivаnt (Βаudеlаirе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Μusulmаnеs (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz