Jules Laforgue

(1860-1887)

Recueils (ou ensembles) complets

1885 : Les Complaintes

1886 : L'Imitation de Notre-Dame la Lune

1886 : Le Concile féérique

1887 : Des Fleurs de bonne volonté (±)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À Chevreuse...

Air de biniou

À la mémoire d’une chatte naine que j’avais

Albums

Les Amoureux

À Paul Bourget

Apothéose : En tous sens, à jamais...

Les Après-midi d’automne

Aquarelle en cinq minutes

Arabesques de malheur

À Saint-Cloud

Astre sans coeur et sans reproche...

Au large

Au lieu des “derniers sacrements”

Au mur de sa petite chambre à coucher...

À un crâne qui n’avait plus sa mâchoire inférieure

L’aurore-promise

Autre complainte de Lord Pierrot

Autre complainte de l’orgue de Barbarie

Autre type de chanteur dans les cours...

Aux Indifférents

Avant-dernier mot

Avertissement

Avis, je vous prie

 

Ballade : Oyez, au physique comme au moral...

Ballade de retour

Bd. Bourdon...

Berceuse

Le Bon Apôtre

Bouffée de printemps

Les Boulevards

Le Brave, Brave Automne !

 

Cas rédhibitoire

Cauchemar

Célibat, célibat, tout n’est que célibat

Ce paysage d’en face, un crépuscule splendide...

Ce qu’aime le gros Fritz

La Chanson du petit hypertrophique

Les Chauves-souris

La Cigarette

Citerne tarie

Clair de lune

Climat, faune, flore de la Lune

Comme on est bien...

Complainte à Notre-Dame des Soirs

Complainte de cette bonne Lune

Complainte de la bonne Défunte

Complainte de la fin des journées

Complainte de la Lune en province

Complainte de la vigie aux minuits polaires

Complainte de Lord Pierrot

Complainte de l’ange incurable

Complainte de l’automne monotone

Complainte de l’époux outragé

Complainte de l’organiste de Notre-Dame de Nice

Complainte de l’orgue de Barbarie

Complainte de l’oubli des morts

Complainte des blackboulés

Complainte des bons ménages

Complainte des cloches

Complainte des Complaintes

Complainte des condoléances au Soleil

Complainte des consolations

Complainte des crépuscules célibataires

Complainte des débats mélancoliques et littéraires

Complainte des formalités nuptiales

Complainte des grands pins dans une villa abandonnée

Complainte des journées

La Complainte des montres

Complainte des Mounis du Mont-Martre

Complainte des noces de Pierrot

Complainte des nostalgies préhistoriques

Complainte des pianos qu’on entend dans les quartiers aisés

Complainte des printemps

Complainte des pubertés difficiles

Complainte des voix sous le figuier boudhique

Complainte du fœtus de poète

Complainte du libre arbitre

Complainte du pauvre Chevalier-Errant

Complainte du pauvre corps humain

Complainte du pauvre jeune homme

Complainte du roi de Thulé

Complainte du Sage de Paris

Complainte du soir des comices agricoles

Complainte du Temps et de sa commère l’Espace

Complainte du vent qui s’ennuie la nuit

Complainte d’un autre dimanche

Complainte d’un certain dimanche

Complainte d’une convalescence en mai

Complainte-Épitaphe

Complainte-Litanies de mon Sacré-Cœur

Complainte-Placet de Faust fils

Complainte propitiatoire à l’Inconscient

Complainte sur certains ennuis

Complainte sur certains temps déplacés

Complainte variations sur le mot “falot, falotte”

Le Concile féérique

Couchant d’hiver

Crépuscule de dimanche d’été

Curiosités déplacées

Cythère

C’est, sur un cou qui, raide, émerge...

C’est l’automne, l’automne, l’automne...

 

Dans la rue

Dans l’estomac des gueux...

Derniers soupirs d’un parnassien

Des jours de soleil implacable...

Désolations

Dialogue avant lever de la Lune

Dimanches : C’est l’automne, l’automne, l’automne...

Dimanches : Ils enseignent...

Dimanches : Je m’ennuie, natal ! je m’ennuie...

Dimanches : Je ne tiens que des mois...

Dimanches : J’aime, j’aime de tout mon siècle !...

Dimanches : J’aurai passé ma vie...

Dimanches : Le ciel pleut sans but...

Dimanches : Le Dimanche, on se plaît...

Dimanches : Les nasillardes cloches...

Dimanches : Mon Sort est orphelin...

Dimanches : N’achevez pas la ritournelle...

Dimanches : Ô Dimanches bannis...

Dimanches : Oh ! ce piano, ce cher piano...

 

Éclair de gouffre

Elle disait...

Encore cet astre

Enfer

En tous sens, à jamais...

Épicuréisme

Esthétique : Je fais la cour à ma Destinée...

Esthétique : La Femme mûre ou jeune fille...

États

L’Éternel Quiproquo

Étonnement

Ève, sans trêve

Excuse mélancolique

 

Farce éphémère

Fête de nuit...

Fifre

Figurez-vous un peu

 

Gare au bord de la mer

Grande complainte de la ville de Paris

Guitare : Astre sans cœur et sans reproche...

Guitare : Vous qui valsez ce soir...

 

L’hiver qui vient

Hue, carcan !

Les Humbles

Hypertrophie

 

L’Île

Il fait nuit...

Il faudra que j’expose...

Il me faut vos yeux...

Ils enseignent...

Impossibilité de l’infini en hosties

L’Impossible

Incurablement

Intarissablement

Intérieur : Dans l’estomac des gueux...

Intérieur : Il fait nuit...

Intérieur : On vient de se lever...

 

Je fais la cour à ma Destinée...

Je m’ennuie, natal ! je m’ennuie...

Je ne puis m’endormir, je rêve...

Je ne puis m’endormir ; je songe...

Je ne tiens que des mois...

Jeux

J’aime, j’aime de tout mon siècle !...

J’aurai passé ma vie...

J’écarte mon rideau, j’étouffe un bâillement...

J’écoute dans la nuit rager le vent d’automne...

 

La Femme mûre ou jeune fille...

Le ciel pleut sans but...

Le Dimanche, on se plaît...

Les nasillardes cloches...

Le soleil s’est couché...

Les linges, le cygne

Litanies de mon triste cœur

Litanies des derniers quartiers de Lune

Litanies des premiers quartiers de la Lune

Litanies nocturnes

Locutions des Pierrots

La lune est stérile

Lunes en détresse

L’astre calme descend...

L’horloge sonne gravement dans la nuit...

 

Madrigal

Maniaque

Marche funèbre pour la mort de la terre

Médiocrité

Méditation grisâtre

La Mélancolie de Pierrot

Mettons le doigt sur la plaie

Mœurs

Mon Sort est orphelin...

 

Nobles et touchantes divagations sous la Lune

Nocturne

Noël résigné

Noël sceptique

Noire bise, averse glapissante...

Notre petite compagne

Nous avions même un garçon nègre...

Nuage

Nuitamment

N’achevez pas la ritournelle...

N’allez pas devant ces vers-ci...

 

Ô Dimanches bannis...

Oh ! ce piano, ce cher piano...

On les voit chaque jour, filles-mères, souillons...

On vient de se lever...

Oyez, au physique comme au moral...

 

Pâle soleil d’hiver

Paroles d’un époux inconsolable

Pauvre petit cœur sur la main...

Petite chapelle : Il faudra que j’expose...

Petite chapelle : Peuples du Christ, j’expose...

La Petite Infanticide

Petite prière sans prétentions

Petites misères de juillet

Petites misères de mai

Petites misères d’août

Petites misères d’automne

Petites misères d’hiver

Petites misères d’octobre

Petits mystères

Peuples du Christ, j’expose...

Pierrots : C’est, sur un cou qui, raide, émerge...

Pierrots : Elle disait...

Pierrots : Il me faut vos yeux...

Pour le livre d’amour

Préludes autobiographiques

La Première Nuit

 

Rêve : Je ne puis m’endormir, je rêve...

Rêve : Je ne puis m’endormir ; je songe...

Rigueurs à nulle autre pareilles

Romance

 

Sancta simplicitas

Sanglot perdu

Le Sanglot universel

Sieste éternelle

Signalement

Simple agonie

Soir de carnaval

Soirs de fête

Soleil couchant : Le soleil s’est couché...

Soleil couchant : L’astre calme descend...

Soleil couchant de juin

Solo de lune

Solutions d’automne

Sonnet : J’écarte mon rideau, j’étouffe un bâillement...

Sonnet de Printemps

Sonnet pour éventail

Spleen : Tout m’ennuie aujourd’hui. J’écarte mon rideau...

Spleen des nuits de juillet

Les Spleens exceptionnels

Stérilités

Stupeur

Sur l’Hélène de Gustave Moreau

 

Les Têtes de morts

Tout m’ennuie aujourd’hui. J’écarte mon rideau...

Triste, triste

Trop tard

 

Une nuit qu’on entendait un chien perdu

Une preuve que le Mal est...

Un mot au soleil pour commencer

un sage contemporain qui est plus que mon homonyme...

Un soir de printemps sur un banc...

 

Veillée d’avril

Veillée d’hiver

La vie qu’elles me font mener

Voici le crépuscule...

Vous qui valsez ce soir...

Le vrai de la chose

 

À Chevreuse presqu’au bout de la festonnante rue de Rambouillet — une bicoque neuve bâtie sur du vieux, toit de tuiles vermillon, murs minces et plâtrés. — Une chambre nue, carrée — basse — blanche — sans papier — carrelage carotte sale — l’encadrement armature poutre de la fenêtre sans saillies et nue, avec des bavures de badigeonnage blanc, pas de rideaux, des vitres salies, — les coins des plafonds nichant des araignées par places indiquées d’un gribouillage noir de fumée d’une chandelle les ayant dessinées ainsi le premier soir avant de se coucher.

[...]

[lire le poème...]

Les Humbles

(Tableau parisien)


Képi, pantalon bleu, veston court, collet droit
Brodé de fils d’argent. — Les gros sous qu’il reçoit
Vont dans un sac de cuir qu’il porte en bandoulière.
Un beau cheval galope, à flottante crinière
[...]

[lire le poème...]

Nocturne


 
Je songe au vieux Soleil un jour agonisant,
Je halète, j’ai peur, pressant du doigt ma tempe,
 
En face, pourtant trois jeunes filles, causant,
Brodent à la clarté paisible de la lampe.
[...]

[lire le poème...]

Un soir de printemps sur un banc, gds boulevards, près des Variétés. Un café ruisselant de gaz. une cocotte toute en rouge allant de bock en bock — Au premier, tout sombre, recueilli, des lampes, des tables, des crânes penchés, un cabinet de lecture — Au second, éblouissement du gaz, toutes les fenêtres ouvertes, des fleurs, des parfums, un bal. On n’entend pas la musique dans le grand bruit qui monte de la chaussée grouillante de piétons et de fiacres avec les passages qui dévorent et vomissent sans cesse du monde et la criée du programme devant le péristyle des Variétés. — Mais on voit danser, le long de ces 10 fenêtres, des hommes en frac noir, devant blanc, tournent en cadence, tenant une femme bleue, rose, lilas, blanche, la tenant à peine embrassée, très correctement, on les voit passer, repasser, sérieux, sans rire (on n’entend pas la musique qui les fait danser) Un groupe de souteneurs passe l’un dit « mon cher elle a fait dix francs. » — Aux Variétés une cohue sort pour l’entracte ; et toujours l’enfer du boulevard, les fiacres, les cafés, le gaz, les vitrines, toujours des passants. Des cocottes qui passent sous les clartés crues des cafés. — Près de moi un kiosque de journaux — deux femmes causent l’une dit : « pour sûr, elle ne passera pas la nuit, et son môme qui a donné la gale au mien. » Les omnibus chargés des deux sexes tous ayant [...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmоur (Gérаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lоup еt l’Αgnеаu (Lа Fоntаinе)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz