Max Elskamp

(1862-1931)

Recueils (ou ensembles) complets

1892 : Six chansons de pauvre homme pour célébrer la semaine de Flandre

1898 : Enluminures

1922 : La Chanson de la rue Saint-Paul

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

Ad finem

Alors au loin, cheval au pas

Alors c’est un pays d’en haut

Alors voici sur un autre air

À ma mère

À Ma Sœur Marie

À mon père

À présent c’est encor Dimanche...

À présent c’est la nuit qui tombe...

À présent voici comme une prière

 

Le Calvaire

Celle du jeudi

Celle du lundi

Celle du mardi

Celle du mercredi

Celle du samedi

Celle du vendredi

La Chanson de la rue Saint-Paul

 

Désir

De visitation

Dormez-vous encor, paroissiens ?

 

Elle avait nom Aurore...

En rond les maisons

Et chacun faisant son métier

Et connais-tu Marco la belle ?

Et c’est Lui, comme un matelot

Et de vaisseaux, et de vaisseaux...

Et je m’en reviens de mer...

Et lors, c’est la fin venue de mes fêtes...

Et lors en gris, et lors en noir

Et maintenant voici l’hiver

Et maintenant voici que l’on boit et qu’on mange

Et Marie lit un évangile

Et tout au fond du domaine loin...

Et vaisseau mon bon frère

Et voile à nul souffle bercée...

 

Hôpital ici où l’on va...

Huit chansons reverdies dont quatre pleurent et quatre rient

 

Ici c’est un vieil homme de cent ans...

In Memoriam

 

Je n’ai plus de ville, Elle est soûle...

J’ai triste d’une ville en bois...

 

Maintenant ici tirez le rideau...

Mais alors ici de ville en villages

Mais comme en image à présent

Mais dans un château...

Mais geai qui paon se rêve aux plumes...

Mais las ici voici mes yeux

Mais les anges des toits des maisons de l’Aimée...

Mais lors ma joie étant Hollande

Mais lors voici le grand concert

Mais l’heure sonne

Mais revoici la vie

Ma sœur aînée, Mélancolie...

Moi je ne suis qu’un pauvre sacristain

Musiques ici...

 

On dit :

Or, en aujourd’hui et mes heures...

Or, les autres des bras en gestes...

Or à chacun soit sa fête ou son lot

Or c’est ma vie rêver ainsi

Or dans les maisons

Or pour commencer tout en foi

Or Saint Pierre et Marthe la bonne

 

Préface : Musiques ici...

Puis la mer monte

Puis violon haussé d’un ton

 

Un pauvre homme est entré chez moi...

 

Vitrail

 
Or dans les maisons


 
Or dans les maisons, et lors dans les villes,
où sont les jardins, les gens et la vie,
et, pour la couleur, le soleil aussi,
mais loin de la mer, et lors dans les villes,
 
[...]

[lire le poème...]


 
Je n’ai plus de ville, Elle est soûle
Et pleine de cœurs renégats,
Aux tavernes de Golgotha,
J’en suis triste jusqu’à la mort ;
Je n’ai plus de ville, Elle est soûle.
 
[...]

[lire le poème...]

Alors c’est un pays d’en haut


 
Alors c’est un pays d’en haut
        tout aux oiseaux,
        où chantent fête :
merles, pies, verdiers, étourneaux,
et passereaux, et loriots,
        tous les oiseaux
 
montant au ciel leur voix de tête
        et jusqu’au faîte :
        ramiers, vanneaux,
émouchets, corneilles, corbeaux,
[...]

[lire le poème...]

Alors voici sur un autre air


 
Alors voici sur un autre air
encor les mains qui viennent, vont,
et c’est ici bois, longerons
qui montent prendre place en l’air
 
pour des maisons et des églises,
qu’en leur vieux pacte d’amitié,
en prenant leur temps, réalisent
les maçons et les charpentiers.
 
Or aux villes, lors c’est la vie,
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Νuit dе nеigе

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

Ρérin : Αubе

Hеrеdiа : Épiphаniе

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Сrоs : Sоnnеt аstrоnоmiquе

Сhаlupt : Stéphаnе

Vоiturе : «L’Αmоur sоus sа lоi...»

Rimbаud : «Αuх livrеs dе сhеvеt...»

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : Épitаphе.

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrоis Βèguеs (Rоllinаt)

De Jаdis sur «Vоs riguеurs mе prеssаiеnt d’unе dоulеur si fоrtе...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur Αllégоriе : «Dеspоtiquе, pеsаnt, inсоlоrе, l’Été...» (Vеrlаinе)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Τаbас (Dеsfоrgеs-Μаillаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ν’ауеz plus, mеs аmis, n’ауеz plus сеttе еnviе...» (Lа Βоétiе)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz