Max Elskamp

(1862-1931)

Recueils (ou ensembles) complets

1892 : Six chansons de pauvre homme pour célébrer la semaine de Flandre

1898 : Enluminures

1922 : La Chanson de la rue Saint-Paul

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

Ad finem

Alors au loin, cheval au pas

Alors c’est un pays d’en haut

Alors voici sur un autre air

À ma mère

À Ma Sœur Marie

À mon père

À présent c’est encor Dimanche...

À présent c’est la nuit qui tombe...

À présent voici comme une prière

 

Le Calvaire

Celle du jeudi

Celle du lundi

Celle du mardi

Celle du mercredi

Celle du samedi

Celle du vendredi

La Chanson de la rue Saint-Paul

 

Désir

De visitation

Dormez-vous encor, paroissiens ?

 

Elle avait nom Aurore...

En rond les maisons

Et chacun faisant son métier

Et connais-tu Marco la belle ?

Et c’est Lui, comme un matelot

Et de vaisseaux, et de vaisseaux...

Et je m’en reviens de mer...

Et lors, c’est la fin venue de mes fêtes...

Et lors en gris, et lors en noir

Et maintenant voici l’hiver

Et maintenant voici que l’on boit et qu’on mange

Et Marie lit un évangile

Et tout au fond du domaine loin...

Et vaisseau mon bon frère

Et voile à nul souffle bercée...

 

Hôpital ici où l’on va...

Huit chansons reverdies dont quatre pleurent et quatre rient

 

Ici c’est un vieil homme de cent ans...

In Memoriam

 

Je n’ai plus de ville, Elle est soûle...

J’ai triste d’une ville en bois...

 

Maintenant ici tirez le rideau...

Mais alors ici de ville en villages

Mais comme en image à présent

Mais dans un château...

Mais geai qui paon se rêve aux plumes...

Mais las ici voici mes yeux

Mais les anges des toits des maisons de l’Aimée...

Mais lors ma joie étant Hollande

Mais lors voici le grand concert

Mais l’heure sonne

Mais revoici la vie

Ma sœur aînée, Mélancolie...

Moi je ne suis qu’un pauvre sacristain

Musiques ici...

 

On dit :

Or, en aujourd’hui et mes heures...

Or, les autres des bras en gestes...

Or à chacun soit sa fête ou son lot

Or c’est ma vie rêver ainsi

Or dans les maisons

Or pour commencer tout en foi

Or Saint Pierre et Marthe la bonne

 

Préface : Musiques ici...

Puis la mer monte

Puis violon haussé d’un ton

 

Un pauvre homme est entré chez moi...

 

Vitrail

 


 
J’ai triste d’une ville en bois,
— Tourne, foire de ma rancœur,
Mes chevaux de bois de malheur —
J’ai triste d’une ville en bois,
J’ai mal à mes sabots de bois.
 
J’ai triste d’être le perdu
D’une ombre et nue et mal en place,
— Mais dont mon cœur trop sait la place —
J’ai triste d’être le perdu
Des places, et froid et tout nu.
[...]

[lire le poème...]

À ma mère


 
Ô Claire, Suzanne, Adolphine,
Ma Mère, qui m’étiez divine,
 
Comme les Maries, et qu’enfant,
J’adorais dès le matin blanc
 
Qui se levait là, près de l’eau,
Dans l’embrun gris monté des flots,
 
Du fleuve qui chantait matines
À voix de cloches dans la bruine ;
 
Ô ma Mère, avec vos yeux bleus,
Que je regardais comme cieux,
[...]

[lire le poème...]

Préface


 
Musiques ici
Faites de ta vie,
À son aube luie
Lointaine aujourd’hui,
 
Ce sont jours allés
De soleil ou pluie,
Au cœurs des années,
Désormais pâlis.
 
Or en l’ombre en eux
Ici qui prend place,
Ainsi que le veut
Temps qui tout efface,
 
Mais en toi restée
Leur clarté si blanche,
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сhênе еt lе Rоsеаu

Lа Fоntаinе : Lе Liоn аmоurеuх

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Vаlаdе : Réminisсеnсе

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Étаblissеmеnt d’unе соmmunаuté аu Βrésil (Jасоb)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz