Charles Van Lerberghe

(1861-1907)

Recueil complet

1904 : Chanson d'Ève

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

Ah ! combien d’heures blondes...

Apprends-moi, dis-je, qui tu es, Azraël...

L’Attente

Au bois dormant

Au cœur solitaire du bonheur...

Au long des eaux pâles, dans ces vallées...

 

La Barque d’or

 

Cachée en ce beau lit de branches et de feuilles...

Ce rire de lumière...

Ce soir, à travers le bonheur...

Comme Dieu rayonne aujourd’hui...

Comme elle chante...

Comme une branche d’aubépine...

C’est dans ce silence enchanté...

C’est de leurs voix que j’ai redit...

C’est en toi, bien-aimé, que j’écoute...0

C’est le premier matin du monde...

 

Dans ma prière du matin...

Dans son jardin caché de roses et de silence...

Dans un parfum de roses blanches...

De ces terrasses où, le soir, il flotte encor...

De mon mystérieux voyage...

Du fond des eaux, qui nous appelle ?...

D’entre les roses de l’aurore...

 

Elle dort dans l’ombre des branches...

Elle songe près des fontaines...

Elle s’avance, comme je viens...

En quel silence frémissant...

En robe de pâle clarté...

Entre les biches et les daims...

Est-ce son souffle dont je frissonne...

Et je revis auprès de l’Arbre merveilleux...

Et je vis à l’entrée...

Et je vous salue, ô mes Sons...

Et je vous suis, de mon cri, dans l’orage...

Ève pleurait. Ses mains cachaient sa tête pâle...

 

Ferme-toi, cercle enchanté...

 

Il est des heures où je leur dis —...

Il luit dans l’ombre...

Ils font à tous mes rêves...

 

Je l’ai cueilli ! je l’ai goûté...

Je l’ai prise dans mes bras...

Je l’ai tué, je l’ai tué !...

Je me suis cachée...

Je voudrais te la dire...

J’ai traversé l’ardent buisson dont le feuillage...

 

La douce nuit vers elle est venue...

La Poussière m’a dit : Tu es poussière...

Le sais-tu encore...

Le Seigneur a dit à son enfant :...

L’ange de l’étoile du matin...

L’aube blanche dit à mon rêve :...

L’herbe est molle et profonde...

L’onde tremble comme une moire...

 

Mais comment vous comprendre et comment vous nommer...

Ma sœur la Pluie...

Mes sœurs des fontaines...

Mets sur mon front...

Mon âme atteint ce qu’elle chante...

Mon âme sois joyeuse !...

 

Ne suis-je vous, n’êtes-vous moi...

Nous voici. Dans le ciel naît l’aurore nouvelle...

 

Ô beau rosier du Paradis...

Ô blanche fleur des airs...

Ô dieu, sois donc béni !...

Ô Dieu ! qui donc est là...

Ô Fleurs, âmes légères...

Oh ! de grâce, fleur que je cueille...

Ô Lumière...

Ô ma parole...

Ô mer splendide de clarté qui chantes...

Ô mes anges, les Flammes...

Ô mes anges, les Ondes...

Ô mort, poussière d’étoiles...

Or, Vénus, une nuit, vint m’apporter des roses...

Oui, le jour luit encore, et j’entends...

 

Par cette porte de lumière...

Pardonne-moi, ô mon Amour...

Parfois, ils viennent près de moi...

Pourquoi, mes anges, m’éveillez-vous ?...

Pourquoi mes anges ont-ils fui ?...

 

Quand vient le soir...

Que tu es simple et claire...

Qu’elle repose douce et sereine...

Qu’il vient doucement sur la terre...

 

Regarde au fond de nous : nous sommes l’Émeraude...

Roses ardentes...

 

Si tu veux les voir, m’a dit une Fée...

Sois absous par ma bouche...

Songe

Suis-moi, suis-moi...

Sur mon fleuve il danse...

 

Tandis que tu reposes sur mon cœur...

Toutes blanches et toutes d’or...

Tu n’es donc plus, Esprit, qui viens de mourir !...

 

Une aube pâle emplit le ciel triste ; le Rêve...

Un silence se fit dans le déclin du jour...

 

Veilles-tu, ma senteur de soleil...

Vers le soleil s’en vont ensemble...

Voici qu’ils éclatent...

Vous m’enseignerez la douceur...

 
0


 
        C’est en toi, bien-aimé, que j’écoute,
                  Et que mon âme voit.
Accueille mon silence et montre-moi la route,
Mes yeux fermés au monde se sont ouverts en toi.
 
[...]

[lire le poème...]


De ces terrasses où, le soir, il flotte encor
Sur la terre assombrie un dernier voile d’or,
Nous regardons, tous deux, longuement, en silence,
Le monde qui s’efface et l’azur qui s’endort.
 
Il se tient près de moi. Ses grandes ailes blanches
[...]

[lire le poème...]

Au bois dormant


 
Un peu de jour, un peu d’amour,
Un peu de soleil, comme en rêve,
Et son front et ces lys autour,
C’était chose fragile et brève.
 
Mais c’était si doux à souffrir
Parmi ces eaux, ces fleurs, ces palmes,
Qu’elle n’en pouvait pas mourir ;
Alors elle a clos ses yeux calmes.
 
Elle s’est endormie au fond
De mon cœur, sur ses mains tranquilles,
[...]

[lire le poème...]


 
            Ô Lumière,
    Qui fis mes yeux d’azur
    Et d’humide splendeur,
Comme de pures et claires
        Fleurs des airs !
 
Ô Désir, qui créas ces lèvres,
Qu’entrouvre un sourire
Et qu’un baiser soulève !
 
            Ô Amour,
Qui façonnas de tes mains
        Douces et blanches
Cette coupe de mon sein,
Où, à l’entour d’une fleur close,
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz