Antoine de Bertin

(1752-1790)

Recueil complet

1780 : Les Amours

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

L’Absence

À Catilie : Dans la contrainte et les alarmes...

À Catilie : Me voici dans le froid séjour...

À Catilie : Quand ton ami se désespère...

À Catilie : Va, ne crains pas que je l’oublie...

Adieux à une terre qu’on était sur le point de vendre

À Eucharis : Deux fois, j’ai pressé votre sein...

À Eucharis : Du nom qui pare mes écrits...

À Eucharis : Est-ce bien vous qui m’écrivez...

À Eucharis : Il fut un temps où vos lettres fidèles...

À Eucharis : Le Ciel, hélas ! veut venger mes injures...

À Eucharis : Ne crains pas qu’à mes côtés...

À Eucharis : Oui, tout Paris sait ta noirceur...

À Eucharis : Que me sert aujourd’hui...

À Eucharis : Que peut demander aux Dieux...

À Eucharis : Qui t’aimera jamais comme je t’aime ?...

À Eucharis : Qui ? Moi ! J’ai pu d’un air farouche...

À Eucharis : Si les vents, la pluie et la foudre...

Ah ! c’en est trop...

Ainsi, lorsque, plongé dans ma douleur mortelle...

À la même : Du fracas de la ville...

À la même : Songes-y bien, ma bergère...

À l’amour

À M. le Chevalier de P**

À M. le Comte de P**

À M. le Vicomte de B** B**

À ma muse

À un ami : Ah ! c’en est trop...

À un rival

Aux manes d’Eucharis

 

Les Baisers

Brisons cette lyre inutile :...

 

C’en est fait, et mon âme émue...

C’est assez d’une faible lyre...

 

Dans la contrainte et les alarmes...

Le Départ

Deux fois, j’ai pressé votre sein...

Du fracas de la ville...

Du nom qui pare mes écrits...

 

Elle est à moi ! Divinités du Pinde...

Éloge de la campagne

Est-ce bien vous qui m’écrivez...

 

Il fut un temps où vos lettres fidèles...

 

Les Jardins du Petit Trianon

Je chantais les combats : étranger au Parnasse...

Je n’ai plus d’Eucharis ! Que m’importe la vie ?...

Je vous revois, ombrage solitaire...

 

Le Ciel, hélas ! veut venger mes injures...

 

La Méridienne

Mes pleurs ne coulaient plus ; mes yeux...

Me voici dans le froid séjour...

La Moisson

 

Ne crains pas qu’à mes côtés...

 

Oui, c’en est fait : je demeure en ces lieux ;...

Oui, tout Paris sait ta noirceur...

Oui ! que des Dieux vengeurs l’implacable courroux...

 

Portrait d’Eucharis

Pourquoi reprocher à ma lyre...

 

Quand je perdais les plus beaux de mes jours...

Quand ton ami se désespère...

Que me sert aujourd’hui...

Que peut demander aux Dieux...

Qui t’aimera jamais comme je t’aime ?...

Qui ? Moi ! J’ai pu d’un air farouche...

 

Si les vents, la pluie et la foudre...

Songes-y bien, ma bergère...

Sur le mariage de Catilie

 

Va, ne crains pas que je l’oublie...

La Veillée

La Vendange

Les Voyages

 


Elle est à moi ! Divinités du Pinde,
De vos lauriers ceignez mon front vainqueur.
Elle est à moi ! que les maîtres de l’Inde
Portent envie au maître de son cœur.
Sous ses rideaux j’ai surpris mon amante.
[...]

[lire le poème...]


Quand je perdais les plus beaux de mes jours
Si doucement aux pieds de ma maîtresse,
J’imaginais dans ma crédule ivresse,
Qu’un tel bonheur devait durer toujours.
« Qu’importe, hélas ! me disais-je à moi-même,
[...]

[lire le poème...]

La Veillée


 
          J’avais signalé ma tendresse ;
L’amour applaudissait ; j’étais égal aux Dieux.
Accablé de langueurs, de fatigue et d’ivresse,
          Entre les bras de ma maîtresse
      Le doux sommeil avait fermé mes yeux.
[...]

[lire le poème...]

À Eucharis


 
          Qui ? Moi ! J’ai pu d’un air farouche
      Te repousser dans mon emportement ?
J’ai pu meurtrir tes bras, noircir ton cou charmant,
Et blesser sans pitié les roses de ta bouche ?
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz