anonyme (ca. 1600) ***



 
                    Ma bergère
                    Non légère
                    En amours,
      Me fait recevoir du bien tous les jours.
                    Je la mène
                    La pourmène
                    Par les champs,
Où nous prenons ensemble de doux passetemps.
 
                    Par la plaine,
                    Sans grand peine
                    Nous mettons
      À même troupeau nos petits Moutons.
                    Puis à l’aise
                    Je lui baise
                    Son beau sein,
Et sa bouche vermeille, son joli tétin.
 
                    Que si j’ose
                    Autre chose
                    Rechercher,
      Elle ne me veut laisser approcher
                    Mais subite
                    Prend la fuite
                    Moi après,
Je sais bien la poursuivre et la joindre de près.
 
                    Si je lève
                    Sus sa grève
                    Les genoux,
      Sa cotte si haut qu’on voie dessous :
                    En furie
                    Elle crie,
                    Et me mord
Et puis, en bien peu d’heure, nous sommes d’accord.
 
                    Je lui cueille
                    Et recueille
                    Tant de fleurs,
      Qu’elle en peut avoir de toutes couleurs.
                    Elle bonne
                    Me façonne
                    Des bouquets,
Qui causent au village beaucoup de caquets.
 
                    Pourtant passe
                    Quoi qu’on fasse
                    L’aimerai
      Et malgré le bruit je l’estimerai
                    L’inconstance
                    N’a puissance
                    Sur ma foi
Je veux être fidèle comme elle est è moi.
 
                    Notre vie
                    Sans ennuie
                    Nous passons,
      Charmant nos soucis de gaies chansons.
                    Fi des villes
                    Où les filles
                    Ne font cas
Des amants qui pour elle conduise au trépas.
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz