Renée Vivien

Études et préludes, 1901



 
Ô forme que les mains ne sauraient retenir !
Comme au ciel l’élusif arc-en-ciel s’évapore,
Ton sourire, en fuyant, laisse plus vide encore
Le cœur endolori d’un trop doux souvenir.
 
Ton caprice lassé, comment le rajeunir,
Afin qu’il refleurisse aux fraîcheurs d’une aurore ?
Quels mots te murmurer, et quel lys faire éclore
Pour enchanter l’ennui de l’heure et du loisir ?
 
De quels baisers charmer la langueur de ton âme,
Afin qu’exaspéré d’extase, pleure et pâme
Ton être suppliant, avide et contenté ?
 
De quels rythmes d’amour, de quel fervent poème
Honorer dignement Celle dont la beauté
Porte au front le Désir ainsi qu’un diadème ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 mai 2019 à 12h46

Porteur d’étendard
----------

Les Barbares du Nord, comment les retenir ?
L’impériale vertu se perd et s’évapore,
Nul ne peut discerner ce qu’il en reste encore ;
La Grande Hégémonie n’est plus qu’un souvenir.

Notre vieux souverain ne saurait rajeunir,
Puisque son crépuscule est loin de son aurore ;
D’un arbre presque mort il ne peut rien éclore,
Sa Noble Majesté n’a plus que des loisirs.

Notre étendard conserve un fragment de son âme,
Un souvenir aussi du fier porteur de lame
Qui des ardents combats revenait contenté.

On y trouve un seul mot, qui vaut plus qu’un poème,
Plus qu’une concubine à l’étrange beauté
Et plus que le blason chargé d’un chrysanthème.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 mars 2021 à 12h40

Ambidolmen
---------

Je suis un monument, ma devise est « Tenir ».
La pierre peut durer, le reste s’évapore ;
Le beau chalet de bois qu’un primate élabore
Au bout de vingt mille ans n’est plus qu’un souvenir.

La roche se patine et semble rajeunir,
Un peu plus au couchant, un peu plus à l’aurore ;
Loin d’être un matériau qu’un termite perfore,
Le témoin minéral se maintient à loisir.

Rien ne peut égaler la force de mon âme,
Sauf peut-être l’amour dans le coeur d’une dame ;
Ma vertu principale est ma stabilité.

Je suis un mégalithe, un aimable poème,
Les gens de ce village admirent ma beauté ;
Ils viennent chaque année m’offrir des chrysanthèmes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 octobre 2021 à 12h21

Les deux mains du Créateur
------------

Entre les mains de Dieu, qui donc peut se tenir ?
Plus rien n’est à saisir quand l’âme s’évapore ;
Du posthume sermon que le prêtre élabore
Tu ne verras jamais un miracle advenir.

Que penser d’un vieillard qui voudrait rajeunir ?
Oublie-t-il que nos vies n’ont qu’une seule aurore ?
L’éternelle survie n’est qu’une métaphore,
Au tombeau va le corps, ce n’est pas pour dormir.

Entre ses mains, dis-tu, je remettrai mon âme ;
Mais d’un feu bien éteint nul ne garde la flamme,
Plus ne peut un défunt son latin réciter.

Cet « In manus tuas », ce fragment de poème,
Je ne me lasse point d’admirer sa beauté
Quand je viens méditer parmi les chrysanthèmes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 17 octobre 2021 à 15h46

Dieu ?
Je l’attends toujours
Ou alors il est partout
Et vainqueur du cache-cache

Les humains pour lui
ont fait leurs plus beaux chants
ainsi que la musique
source de joie immense :

https://www.youtube.com/watch?v=KzEFQW9CXGc

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 juin 2023 à 11h19

Saint Bioz
------

Je suis fort, j’ai de qui tenir,
Mon père fut céphalophore ;
De ce jour-là, je garde encore
De fort émouvants souvenirs.

C’est Dieu qui, pour nous affermir,
Quelques épreuves élabore ;
Il peut, comme le fit Pandore,
Un lot de tourments nous offrir.

À lui s’en remettent nos âmes ;
Craignant d’inframonde la flamme,
Désirant la félicité.

Une prière est un poème
Dont la force est dans sa beauté ;
Le Créateur aime qu’on l’aime.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Νuit dе nеigе

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

Ρérin : Αubе

Hеrеdiа : Épiphаniе

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Сrоs : Sоnnеt аstrоnоmiquе

Сhаlupt : Stéphаnе

Vоiturе : «L’Αmоur sоus sа lоi...»

Rimbаud : «Αuх livrеs dе сhеvеt...»

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : Épitаphе.

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrоis Βèguеs (Rоllinаt)

De Jаdis sur «Vоs riguеurs mе prеssаiеnt d’unе dоulеur si fоrtе...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur Αllégоriе : «Dеspоtiquе, pеsаnt, inсоlоrе, l’Été...» (Vеrlаinе)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Τаbас (Dеsfоrgеs-Μаillаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ν’ауеz plus, mеs аmis, n’ауеz plus сеttе еnviе...» (Lа Βоétiе)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе