Renée Vivien

Chansons pour mon ombre, 1907


Les Yeux gris


 
Le charme de tes yeux sans couleur ni lumière
Me prend étrangement : il se fait triste et tard,
Et, perdu sous le pli de ta pâle paupière,
Dans l’ombre de tes cils sommeille ton regard.
 
J’interroge longtemps tes stagnantes prunelles.
Elles ont le néant du soir et de l’hiver
Et des tombeaux : j’y vois les limbes éternelles,
L’infini lamentable et terne de la mer.
 
Rien ne survit de toi, pas même un rêve tendre.
Tout s’éteint dans tes yeux sans âme et sans reflet,
Comme dans un foyer de silence et de cendre...
Et l’heure est monotone ainsi qu’un chapelet.
 
Parmi l’accablement du morne paysage,
Un froid mépris me prend des vivants et des forts...
J’ai trouvé dans tes yeux la paix sinistre et sage
Et la mort qu’on respire à rêver près des morts.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 janvier 2018 à 12h09

La coupe de Bacchus
-------------------

La coupe de Bacchus est en pleine lumière ;
Il la remplit souvent, il boit quand il est tard,
Nulle envie de dormir ne charge sa paupière,
Et en peu d’occasions sommeille son regard.

Il a tantôt du vin, et tantôt de la bière
Dans les étés flambants, dans les hivers blafards,
Il boit en évoquant l’humanité première
Qui ne comportait presque aucun pilier de bar.

Il adore la vigne et son feuillage tendre.
Il aime le marron qu’on chauffe sous la cendre
Et le fromage aussi, dont le parfum est fort.

Contemplant les reflets du charmant paysage,
Il rit de tous les plis de son rouge visage ;
Il fait partie des dieux qui attendent leur mort.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 mars 2022 à 11h48

Oiseau de la grisaille
--------

Cet oiseau gris n’est pas un chercheur de lumière,
Il aime la pénombre, il sort quand il est tard ;
Nous admirons pourtant le bleu de ses paupières,
Cela rend caressants ses paisibles regards.

Il boit de la rosée, il n’aime pas la bière,
Il la trouve vulgaire, il la laisse aux renards ;
Il marivaude un peu, son coeur n’est pas de pierre,
Il récite des vers aux serveuses de bar.

Il se met à chanter quand elles se font tendres,
Revigorant un feu qui couvait sous la cendre ;
Cupidon peut alors le vaincre sans effort.

Voir un pareil oiseau, c’est un très bon présage,
Vieux poète, tu dois lui faire bon visage,
Surtout quand il se tait, car son silence est d’or.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 avril 2023 à 11h35

Manoir gris
----------

Gris sont les murs dans la grise lumière,
Vivent ici des chevaliers ringards ;
Aux alentours sont de pauvres chaumières,
Elles n’ont rien qui charme nos regards.

Cher est le vin, donc ils ont de la bière,
Ayez pitié de ces pauvres soiffards !
Le souvenir de leurs errances fières
A fini par leur donner le cafard.

Où est le temps des aventures tendres ?
Flammes d’antan, dont il reste la cendre,
L’amour s’absente, et le grand Pan est mort.

Le ciel est noir, morne le paysage,
Le désespoir envahit leurs visages ;
Mais la cervoise a quelques reflets d’or.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 mars 2024 à 12h23

Ours gris
---------

J’habite un monde sans lumière,
Car je ne suis qu’un ours ringard ;
Froide et modeste est ma tanière,
Pas même digne d’un regard.

Moi qui suis couleur de poussière,
Mes copains m’appellent « Tocard ».
Leur attitude est bien grossière,
Ils veulent me mettre à l’écart.

Quand donc verrai-je une ourse tendre
Avec qui je pourrais m’entendre ?
Sans doute pas avant ma mort.

Rien de beau dans le paysage,
Le deuil se lit sur mon visage ;
Je remplis mon verre, à ras bord.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Jе brûlе аvес mоn âmе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Si с’еst dеssus lеs еаuх quе lа tеrrе еst prеsséе...» (Spоndе)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе