Charles de Vion Dalibray

in Recueil des plus belles pièces des poëtes françois tant anciens que modernes, 1692



C’est trop te suivre, amour : souffre que je te laisse.
Je ne demande rien de mes travaux passés ;
Et je tiendrai mes soins fort bien récompensés,
Si je puis en repos jouir de la vieillesse.
 
Aussi bien, qu’aurais-tu d’un corps pleins de faiblesse,
Et dont l’âge rendrait tous les esprits glacés ?
Ainsi qu’aux grands seigneurs, ne t’est-ce pas assez,
Que je t’aie immolé le temps de ma jeunesse ?
 
Grand Prince, es-tu vraiment puissant maître d’Amour,
Et, comme aux cours des grands, on ne trouve en ta cour
Qu’abus, que trahisons, que fraude et qu’artifices.
 
Las ! tu devais payer ma foi d’un si haut prix :
Et voilà, je n’emporte après tant de services,
Qu’un peu d’expérience avec des cheveux gris.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 décembre 2017 à 11h57

Tyrodendron
---------------

Grand choix de camemberts, on en mange, on en laisse ;
Car ce serait pitié de tout laisser passer ;
Arbre, que voudras-tu, pour te récompenser ?
Car ces fromages sont la joie de ma vieillesse.

Ils vont réconforter mon corps plein de faiblesse,
Et je les aime autant qu’un chocolat glacé ;
Cet arbre complaisant m’en donne bien assez,
De quoi me rappeler les joies de ma jeunesse !

Camembert, toi qui es puissant maître d’Amour,
Le renard au corbeau pour toi faisait sa cour,
Ce sage des forêts, fertile en artifices.

On ne peut te payer, arbre, d’un trop haut prix :
Tu es digne de gloire après tant de services,
Toi, la consolation de l’homme aux cheveux gris.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz