Villiers de L’Isle-Adam


À mon ami Amédée Le Menant


 
 

I


 
Au moment de quitter son enfance fanée,
Quand l’homme voit, soudain, la terre moins ornée,
            Le ciel plus inconnu ;
Pour la première fois se penchant sur lui-même,
Il se pose en rêvant la question suprême :
            « Pourquoi suis-je venu ? »
 
 
 

II


 
Ah ! pauvre matelot ! Loin des bords de la vie
Tu t’arrêtes, cherchant quelle route a suivie
            Ta barque au sillon bleu.
Mais le flot sourd l’entraîne, et sans cesse l’égare,
Dans la brume des mers, le Destin, sombre phare,
            Soulève un doigt de feu.
 
 
 

III


 
Derrière lui, bien loin, presque sur les rivages,
Déjà le rameur voit voltiger des images
            Aux fronts purs et voilés :
Une mère, une sœur, même la fiancée...
Parfois il se souvient qu’une terre glacée
            Clôt leurs yeux étoilés.
 
 
 

IV


 
Et ce sont les adieux d’autrefois : les mains blanches,
Qui lui serraient la main ; les baisers sous les branches,
            Et les jeunes amours...
Mais, pour voguer plus seul vers de plus vastes plages,
En détournant la tête il déchire ces pages
            Du livre de ses jours.
 
 
 

V


 
Alors, c’est la tempête aux souvenirs funèbres.
Le malheur, près de lui nageant dans les ténèbres,
            Le suit comme un ami ;
Et, fermant ses yeux las, si le marin sommeille,
Le malheur vient s’assoir au gouvernail, et veille
            Sur son homme endormi.
 
 
 

VI


 
Il nous faut bien lutter contre l’homme et l’espace !
Car perdus tous, parmi la tourmente qui passe
            En courant dans les cieux.
Pour supporter le poids des communes misères,
Au lieu de s’entraider, tous les humains, ces frères,
            Se haïssent entre eux.
 
 
 

VII


 
Les uns, insouciants, dans leurs manteaux se couchent
Et s’en vont. Il en est dont les barques se touchent...
            À deux on est plus fort ;
Et, cherchant dans l’amour un refuge suprême,
Seuls ils voguent en paix sans effroi ni blasphème,
            Vers l’insondable port.
 
 
 

VIII


 
Mais celui qui regarde, intrépide et tranquille,
Les hommes et les flots, à qui la mer stérile
            Toujours offre un écueil,
Il s’y dresse en silence et lutte solitaire.
Toute voile pour lui n’est au fond qu’un suaire,
            Tout esquif qu’un cercueil.
 
 
 

IX


 
L’ancre qu’il veut jeter, la foudre la dénoue ;
Enfin, pâle, il saisit son cœur et le secoue...
            Et toute illusion,
Espérance, amitié, charité, foi sublime,
Tombent autour de lui. — Naître, serait-ce crime
            Ou malédiction ? —
 
 
 

X


 
Seul alors, le vieillard abandonnant la voile,
Livre aux flots de l’oubli, cette mer sans étoile,
            Sa nef aux mâts brisés...
Jusqu’à l’heure où, laissant tomber au fond de l’urne
Un sablier de plus, le Destin taciturne
            Dans l’ombre dit : « Assez. »
 
 
 

XI


 
L’onde parle tout bas aux rives qu’elle effleure,
Et l’on entend toujours, sur l’Océan qui pleure,
            Le vent sombre qui fuit ;
Et chaque aurore vient éclairer, ô mystère !
Les chants insoucieux des enfants de la Terre
            Qui partent pour la Nuit !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Rêvаnt pаrmi сеs bоis, је vоis s’еntrеbаisеr...» (Αubеspinе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Frèrеs аînés (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе