Théophile de Viau


Désespoirs amoureux.


 

Stances


Éloigné de vos yeux où j’ai laissé mon âme,
Je n’ai de sentiment que celui du malheur,
Et sans un peu d’espoir, qui luit parmi ma flamme,
Mon trépas eût été ma dernière douleur.
 
Plût au Ciel qu’aujourd’hui la terre eût quitté l’onde,
Que les rais du soleil fussent absents des cieux,
Que tous les éléments eussent quitté le monde,
Et que je n’eusse pas abandonné vos yeux !
 
Un arbre que le vent emporte à ses racines,
Une ville qui voit démolir son rempart,
Le faîte d’une tour qui tombe en ses ruines,
N’ont rien de comparable à ce sanglant départ.
 
Depuis, votre Damon ne sert plus que de nombre,
Mes sens de ma douleur s’en vont déjà ravis ;
Je ne suis plus vivant, et passerais pour ombre
Sinon que mes soupirs découvrent que je vis.
 
Mon âme est dans les fers, mon sang est dans la flamme,
Jamais malheur ne fut à mon malheur égal ;
J’ai des vautours au sein, j’ai des serpents dans l’âme,
Et vos traits qui me font encore plus de mal.
 
Errant depuis deux mois de province en province,
Je traîne avecque moi la fortune et l’amour ;
L’une oblige mes pas à courtiser mon Prince,
L’autre oblige mes sens à vous faire la cour.
 
Des plus rares beautés en ce fâcheux voyage,
Où jadis pour aimer les dieux fussent allés,
M’ont assez prodigué les traits de leur visage ;
Mais ce n’était qu’horreur à mes yeux désolés.
 
Partout où loin de toi la Fortune me traîne,
Je jure par tes yeux que tout mon entretien
N’est que d’entretenir ma vagabonde peine,
Et qu’il me souvient moins de mon nom que du tien.
 
En ma condition d’où mille soins ne partent,
L’entendement me laisse et tout conseil me fuit ;
Tous autres pensements de mon âme s’écartent,
Au souvenir du tien qui sans cesse me suit.
 
Que ta fidélité se forme à mon exemple !
Fuis comme moi la presse, hais comme moi la Cour ;
Ne fréquente jamais bal, promenoir, ni temple,
Et que nos déités ne soient rien que l’Amour.
 
Tout seul dedans ma chambre où j’ai fait ton église,
Ton image est mon Dieu, mes passions, ma foi ;
Si pour me divertir Amour veut que je lise,
Ce sont vers que lui-même a composés pour moi.
 
Dans le trouble importun des soucis de la guerre
Chacun me voit chagrin: car il semble, à me voir,
Que je fais des projets pour conquérir la terre,
Et mes hauts desseins ne sont que de t’avoir.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Lа Сhаmbrе

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Μаllеvillе : Lа Flеur d’Αdоnis

Μоntrеuil : «Сhеz vоus је n’аi јаmаis été...»

Μérу : Lе Βаllеt dеs hеurеs

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Μаgiе dе lа nаturе

Rоllinаt : Lеs Ιnfinis

Du Βеllау : «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...»

Du Βеllау : «Τu dis quе Du Βеllау tiеnt réputаtiоn...»

Du Βеllау : «Si mеs éсrits, Rоnsаrd, sоnt sеmés dе tоn lоs...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Quаnd је соntеmplе biеn lеs еffеts dе Νаturе...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Ô gеntil vеr qui vаs filаnt lа sоiе...»

Μérаt : Lе Grаnd Αrbrе

Сlаudе Quillеt

Βоufflеrs : L’Οсulistе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd је vаis pаr lа ruе, оù tаnt dе pеuplе аbоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’Hоmmе, lе fоrt Liоn ; lе Βœuf, еt l’Αiglе еn pоintе...» (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De 15 bоurrеs sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе