Théophile de Viau


Stances


Ah ! Philis, que le Ciel me fait mauvais visage !
              Tout me fâche et me nuit,
    Et, réservé l’amour et le courage,
              Rien de bon ne me suit.
 
Les astres les plus doux ont conjuré ma perte,
              Je n’ai plus nul soutien ;
    La Cour me semble une maison déserte
              Où je ne trouve rien.
 
Les hommes et les dieux menacent ma fortune,
              Mais en leur cruauté,
    Pour mon soulas tout ce que j’importune,
              Ce n’est que ta beauté.
 
Les traits de tes beautés sont d’assez fortes armes
              Pour vaincre mon malheur,
    Et dans la gêne, assisté de tes charmes,
              Je mourrai sans douleur.
 
Dedans l’extrémité de la peine où nous sommes,
              Soupirant nuit et jour,
    Je feins que c’est la disgrâce des hommes,
              Mais c’est celle d’amour.
 
Parmi tant de dangers c’est avec peu de crainte
              Que je prends garde à moi ;
    En tous mes maux le sujet de ma plainte
              C’est d’être absent de toi.
 
Pour m’ôter aux plus forts qui me voudraient poursuivre,
              Je trouve assez de lieux :
    Mais quel climat m’assurera de vivre,
              Si je quitte tes yeux ?
 
Le Soleil meurt pour moi, une nuit m’environne,
              Je pense que tout dort,
    Je ne vois rien, je ne parle à personne :
              N’est-ce pas être mort ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 19 mai 2022 à 08h25


Nuits intenses
-------------------

Le soleil à mes yeux livre le paysage
       Des frasques de la nuit ;
    Le comte gît, tout mou, dans le cirage,
       Raplapla et détruit.

C’est avec passion que je me suis offerte
       À lui, je m’en souviens ;
    Et le voilà, tout pâteux et inerte,
       Il n’est plus bon à rien.

Jusqu’à l’aube, saisis d’une fougue commune,
       Nous avons gigoté ;
    Je crois bien qu’il m’a tapé dans la lune,
       Pressé de me sauter.

Nous avons déchaîné ensemble un tel vacarme,
       Avec tant de chaleur,
    Que les voisins ont juré aux gendarmes
       Qu’ils craignaient un malheur.

Mais fugace est l’extase, et qui ne dure, en somme,
       Que jusqu’au petit jour ;
    J’entends ronfler, tout flapi, le bonhomme,
       Crevé comme un tambour.

Où est la frénésie, et où sont les étreintes
       Qui m’ont mise en émoi ?
    Les cancrelats forniquent sous les plinthes
       Et les chats sur les toits.

Les lueurs du matin tristement désenivrent
       Et nous voici, au pieu,
    Tous deux figés comme des serre-livres :
       Je m’attendais à mieux.

– Bon, après tout, tant pis, soupira la baronne,
       Basta, je me rendors ;
    Je n’entends plus le gaillard, je soupçonne
       Qu’il est peut-être mort.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе