Théophile de Viau


Stances


Ah ! Philis, que le Ciel me fait mauvais visage !
              Tout me fâche et me nuit,
    Et, réservé l’amour et le courage,
              Rien de bon ne me suit.
 
Les astres les plus doux ont conjuré ma perte,
              Je n’ai plus nul soutien ;
    La Cour me semble une maison déserte
              Où je ne trouve rien.
 
Les hommes et les dieux menacent ma fortune,
              Mais en leur cruauté,
    Pour mon soulas tout ce que j’importune,
              Ce n’est que ta beauté.
 
Les traits de tes beautés sont d’assez fortes armes
              Pour vaincre mon malheur,
    Et dans la gêne, assisté de tes charmes,
              Je mourrai sans douleur.
 
Dedans l’extrémité de la peine où nous sommes,
              Soupirant nuit et jour,
    Je feins que c’est la disgrâce des hommes,
              Mais c’est celle d’amour.
 
Parmi tant de dangers c’est avec peu de crainte
              Que je prends garde à moi ;
    En tous mes maux le sujet de ma plainte
              C’est d’être absent de toi.
 
Pour m’ôter aux plus forts qui me voudraient poursuivre,
              Je trouve assez de lieux :
    Mais quel climat m’assurera de vivre,
              Si je quitte tes yeux ?
 
Le Soleil meurt pour moi, une nuit m’environne,
              Je pense que tout dort,
    Je ne vois rien, je ne parle à personne :
              N’est-ce pas être mort ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 19 mai 2022 à 08h25


Nuits intenses
-------------------

Le soleil à mes yeux livre le paysage
       Des frasques de la nuit ;
    Le comte gît, tout mou, dans le cirage,
       Raplapla et détruit.

C’est avec passion que je me suis offerte
       À lui, je m’en souviens ;
    Et le voilà, tout pâteux et inerte,
       Il n’est plus bon à rien.

Jusqu’à l’aube, saisis d’une fougue commune,
       Nous avons gigoté ;
    Je crois bien qu’il m’a tapé dans la lune,
       Pressé de me sauter.

Nous avons déchaîné ensemble un tel vacarme,
       Avec tant de chaleur,
    Que les voisins ont juré aux gendarmes
       Qu’ils craignaient un malheur.

Mais fugace est l’extase, et qui ne dure, en somme,
       Que jusqu’au petit jour ;
    J’entends ronfler, tout flapi, le bonhomme,
       Crevé comme un tambour.

Où est la frénésie, et où sont les étreintes
       Qui m’ont mise en émoi ?
    Les cancrelats forniquent sous les plinthes
       Et les chats sur les toits.

Les lueurs du matin tristement désenivrent
       Et nous voici, au pieu,
    Tous deux figés comme des serre-livres :
       Je m’attendais à mieux.

– Bon, après tout, tant pis, soupira la baronne,
       Basta, je me rendors ;
    Je n’entends plus le gaillard, je soupçonne
       Qu’il est peut-être mort.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Jе brûlе аvес mоn âmе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Si с’еst dеssus lеs еаuх quе lа tеrrе еst prеsséе...» (Spоndе)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе