Abraham de Vermeil

Seconde Partie des Muses françoises ralliées de diverses parts, 1600


              84

 
Sonnet à Seine et à ses rivages



Puissant sorcier d’Amour transformé en abeille,
Je vous conjure fleurs de ces bords verdoyants,
Et vous flots argentins doucement ondoyants,
De laisser reposer la belle qui sommeille.
 
Je veux roder trois fois autour de son oreille,
Et me percher trois fois sur ses crins roussoyants,
Je veux baiser trois fois ses beaux yeux foudroyants
Et sucer tout le miel de sa bouche vermeille.

Mais elle est éveillée, et ses beaux doigts de lis
Me donnent jà la Mort pour les baisers cueillis,
Pressant mon corps froissé contre ses lèvres closes.
 
Ô heureux enchanteur, puisque tes jours de fiel
Finissent doucement par une mort de miel,
Couché dans un tombeau et de lis et de roses.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 mai 2018 à 12h13

Sire Lapinot de Gueules
-------------------------

Il traverse un jardin où chantent les abeilles ;
Il danse le matin dans les prés verdoyants,
Son léger corps qui va comme l’herbe ondoyant
Ne saurait déranger le barde qui sommeille.

En guise de couronne, il porte ses oreilles,
Chapeau de cardinal, ornement rougeoyant
Qui souligne l’éclat de ses yeux foudroyants
Et donne un meilleur rythme à sa danse vermeille.

Lui obéit le comte, ainsi que le bailli ;
Il use à bon escient des impôts recueillis,
Sa table est bien garnie, sa porte n’est pas close.

Sa mémoire des jours ne garde pas le fiel
Mais les bons souvenirs dont elle fait son miel
Où l’on trouve souvent le parfum d’une rose.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Μédаillе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz