Verlaine

Sagesse, 1880



Le son du cor s’afflige vers les bois
D’une douleur on veut croire orpheline
Qui vient mourir au bas de la colline
Parmi la bise errant en courts abois.
 
L’âme du loup pleure dans cette voix
Qui monte avec le soleil qui décline
D’une agonie on veut croire câline
Et qui ravit et qui navre à la fois.
 
Pour faire mieux cette plainte assoupie
La neige tombe à longs traits de charpie
À travers le couchant sanguinolent,
 
Et l’air a l’air d’être un soupir d’automne,
Tant il fait doux par ce soir monotone
Où se dorlote un paysage lent.
 

Commentaire (s)
Déposé par Sobriquet le 2 octobre 2012 à 20h06

   Et l’air a l’air d’être un soupir d’automne,
   Tant il fait doux par ce soir monotone
   Où se dorlote un paysage lent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er avril 2019 à 12h13

Bouddha de Villenave d’Ornon
-------------------------------

Vers ce village, auprès d’un petit bois,
Le bienfaiteur des âmes orphelines,
Le clair Bouddha du pied de la colline
A consacré le bon vin que je bois.

Or, lui aussi, pour s’éclaircir la voix,
Il prend un peu de liqueur opaline ;
Une servante à la grâce féline
Vient nous offrir des mets de bon aloi.

Ce Bouddha vit d’une vie assoupie,
Laissant du monde augmenter l’entropie
En raison de son agir nonchalant.

En son printemps se montre son automne,
En son discours, un savoir monotone ;
S’il marche un peu, c’est sur un rythme lent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 octobre 2019 à 12h19

Ceci est mon cor
---------------

En Aquitaine, à l’ombre des grands bois,
Résonne au soir une note orpheline ;
Elle s’élève et franchit la colline,
L’herbe la goûte et le chêne la boit.

On dirait bien que du cor c’est la voix,
J’en reconnais l’harmonie opaline
Qui fait danser une martre féline
Et soupirer une biche aux abois.

Entends ce cor, ô montagne assoupie,
Pour lui se tait la jacassante pie,
Pour lui s’éveille un lézard nonchalant.

Cette chanson, c’est un hymne à l’automne,
Elle est d’ici, que nul ne s’en étonne ;
Je reconnais son timbre clair et lent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esprit de celle le 18 octobre 2019 à 17h52

Ton sonnet est sublime.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 mars 2020 à 12h02

Loup de gueules
----------

Très respecté par les hommes des bois
Pour sa douceur et son âme orpheline,
Le grand loup rouge, au milieu des collines,
S’en va, s’en vient, cherchant je ne sais quoi.

Quand il est seul, il chante à faible voix,
Cela produit des notes cristallines ;
Nous admirons sa démarche féline
Et ses galops d’animal aux abois.

Vers l’horizon, la ville est assoupie ;
Les citadins bavards comme des pies
Ont terminé leur parcours nonchalant.

Est-ce l’hiver, est-ce encore l’automne ?
La lune est froide et le loup s’en étonne ;
Vers sa tanière il retourne à pas lents.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 8 mars 2020 à 12h16

Le ceusse réglé
Comme l’horloge du temps
Incommensurable ______

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Lаfоrguе : Νоblеs еt tоuсhаntеs divаgаtiоns sоus lа Lunе

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Αmbitiоn (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе