Verlaine

Bonheur, 1891



 

I


 
Je voudrais, si ma vie était encore à faire,
Qu’une femme très calme habitât avec moi
Plus jeune de dix ans, qui portât sans émoi
La moitié d’une vie au fond plutôt sévère.
 
Notre cœur à tous deux dans ce château de verre,
Notre regard commun ! franchise et bonne foi.
Un et double dirait comme en soi-même : Voi !
Et répondrait comme à soi-même : persévère !
 
Elle se tiendrait à sa place, mienne aussi,
Nous serions en ceci le couple réussi
Que l’inégalité, parbleu ! des caractères
 
Ne saurait empêcher l’équilibre qu’il faut,
Ce point était compris d’esprits en somme austères
Qu’au fond et qu’en tout cas l’indulgence prévaut.
 
 
 

II


 
L’indulgence qui n’est pas de l’indifférence
Et qui n’est pas non plus de la faiblesse, ni
De la paresse, pour un devoir défini,
Monitoire au plaisir, bénin à la souffrance.
 
Non plus le scepticisme et ni préjugé rance
Mais grand-délicatesse et bel accord béni
Et ni la chair honnie et ni l’ennui banni
Toute mansuétude et comme vieille France.
 
Nous serions une mer en deux fleuves puissants
Où le Bonheur et le Malheur têtes de flottes
Nous passeraient sans heurts, montés par le Bon sens,
 
Ubiquiste équipage, ubiquiste pilote,
Ubiquiste amiral sous ton sûr pavillon.
Amitié, non plus sous le vôtre, Amour brouillon.
 
 
 

III


 
L’amitié, mais entre homme et femme elle est divine !
Elle n’empêche rien, aussi bien des rapports
Nécessaires, et sous les mieux séants dehors
Abrite les secrets aimables qu’on devine.
 
Nous mettrions chacun du nôtre, elle est très fine,
Moi plus naïf, et bien réglés en chers efforts
Lesdits rapports dès lors si joyeux sans remords
Dans la simplesse ovine et la raison bovine.
 
Si le bonheur était d’ici, ce le serait !
Puis nous nous en irions sans l’ombre d’un regret.
La conscience en paix et de l’espoir plein l’âme.
 
Comme les bons époux d’il n’y a pas longtemps
Quand l’un et l’autre d’être heureux étaient contents,
Qui vivaient, sans le trop chanter, l’épithalame.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 12 octobre 2022 à 11h33

III bis  Monstre des sept sanctuaires
        ----------------------------

Je hante volontiers les demeures divines,
De salutaires lieux pour l’âme et pour le corps ;
J’apprécie surtout ceux dont sobre est le décor,
Ceux dans lesquels un dieu dans l’ombre se devine.

J’aime aussi, cependant, qu’un diable s’y confine,
Ou même, pourquoi pas, le Valet de la Mort ;
Le vin sacramentel, je le bois sans remords,
Surtout s’il s’assortit d’une galette fine.

Des prophètes, des saints, j’admire les portraits ;
C’est chargé de magie, mieux que de l’art abstrait,
Ces statues, ces tableaux sont le baume de l’âme.

Je fus iconoclaste, il y a fort longtemps,
J’ai changé d’attitude, et j’en suis bien content ;
Dans mon coeur j’entretiens une éternelle flamme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 octobre 2022 à 21h46

Comme une dame noble
--------

Licorne, dans l’indifférence,
Tu pars explorer l’infini ;
Ton parcours est mal défini,
D’ailleurs, tu aimes cette errance.

Lorsque Jeanne sauva la France,
Par toi son cheval fut béni :
À tous ceux qui furent bannis
Tu redonnas de l’assurance.

Tu ne flattes pas les puissants,
Mais les matelots de la flotte;
Du charpentier tu bois le sang

Au mât d’une nef sans pilote,
Tu hisses ton beau pavillon ;
Il est orné d’un papillon.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 octobre 2022 à 21h49

(II bis) la référence du titre

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 octobre 2022 à 13h35

*  *  *
-------

Sans doute, une vie
Est toujours « encore à faire »
Et ça me plaît bien.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 octobre 2022 à 21h20

I bis  Fidélité aviaire
----------

L’oiselle pour l ’oiseau s’affaire,
Même, elle lui sert de surmoi ;  
Ces deux partagent leurs émois
Sur les branches d’un conifère.

Tout le reste les indiffère
Et ne leur fait ni chaud ni froid ;
Ni du jardin, ni de la croix
Ils n’ont strictement rien à faire.

S’il vole, elle s’envole aussi,
Toujours ils agissent ainsi ;
C’est gravé dans leur caractère.

Ils ont donc tout ce qu’il leur faut,
Donc leur destin n’est pas austère ;
Ils le prennent pour ce qu’il vaut.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 octobre 2022 à 11h03

*  *  *
-----

J’aime tous les piafs
Sauf les oiseaux de malheur,
Mais ils sont très rares.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 16 octobre 2022 à 23h22

Championne du monde

Debout sur ses pédales, attends, Marie-Divine,
Le signal du départ, le moment où son corps
Se bandera afin que soit vif son essor,
Comparable à celui d’une leste féline.

C’est à la perfection que le début confine,
Elle appuis puissamment (vulgairement, à mort),
Au risque de tomber, de l’anneau, sur le bord,
Une chute serait pour le gain assassine.

Au bout d’un demi-tour, elle est bien lancée, très !
Son rêve de gagner est déjà plus concret,
Cependant du chemin cela n’est que l’entame.

À l’arrivée elle a le moins mauvais des temps,
Mais du dernier partant, le produit, elle attends,
Comme il est supérieur, ses supporters l’acclament.

misquette.wordpress.com

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Βib lа bаlеinе sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе, vоus аvеz јеunеssе аvес bеаuté...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Rаtzingеr sur Lа Соmplаintе dе Μоnsiеur Βеnоit (Frаnс-Νоhаin)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе