Verlaine


Contre la jalousie


 
 
 

I


 
              La jalousie est multiforme
              Dans sa monotone amertume :
              Elle est minime, elle est énorme,
              Elle est précoce, elle est posthume !
 
              Méfiez-vous quand elle dort :
              C’est le tigre et non plus le chat.
              Elle mord bien quand elle mord,
              C’est le chien enragé ! Crachat,
 
              Insulte, adultère à sa face
              L’affollent, et le sang ruisselle...
              Ou la laissent calme à sa place,
              Froide et coite comme pucelle,
 
              Elle prémédite des tours
              Pendables sous un air charmant
              Et les exécute toujours
              Affreusement, terriblement...
 
              Nous ne sommes plus à des âges
              Pour nous piquer de ces folies :
              Ah ! bien mieux nous vaut être sages,
              Ayant eu nos fureurs... jolies !
 
              Être jaloux, rien d’aussi sot
              Et j’efface à l’instant les vers
              D’un peu plus haut, vague tressaut
              D’encor ce pire des travers.
 
 
 

II


 
              D’ailleurs, la jalousie est bête.
              D’abord, elle ne sert de rien
              Malgré tout son martel en tête.
              Puis elle n’est pas d’un chrétien,
    Jésus qui pardonnez des milliards de fois
Par la bouche du prêtre et Votre grâce toujours prête,
Même, entre tous, à ceux qu’a damnés sa menteuse voix !
 
              C’est aussi le péché morose
              Portant en lui déjà l’Enfer
              Tant mérité sur toute chose !
              C’est Caïn et c’est Lucifer,
    L’un jaloux de son frère et l’autre de son Dieu
Et tous deux malheureux sans fin méditant sur la cause
Et sur l’effet, auteurs de leur éternité de feu !
 
              Ô rien ne vaut la confiance
              Entre deux cœurs pécheurs mais vrais
              L’un pour l’autre et qu’une nuance
              Divisait aux temps jeunes, mais
    Qui ne peuvent avoir qu’un bonheur mutuel
Et que la seule mort diviserait et que fiance
À la joie éternelle un franc accord perpétuel.
 
 
 

III


 
              Bah ! confiance ou jalousie !
              Mots oiseux et choses impies.
              « Je te soupçonne, tu m’épies. »
              « Tu me cramponnes, je te scie. »
 
              Ô toi, Catulle, et vous, Lesbies !
              « Tu m’as élu, je t’ai choisie. »
              Comme eux suivons la fantaisie,
              Et non pas trente-six lubies.
 
              Tu m’es clément et je crois t’être,
              En revanche, soumis et tendre :
              Lors il est aisé de s’entendre.
 
              Plus d’ « infidèle », plus de « traître »,
              Plus non plus de serment qui tienne
              Ou non ! mais ta joie et la mienne !
 
 
 

IV


 
    Et pourquoi cet amour dont plus d’un sot s’étonne,
    Qui ferait mieux de vivre avant de s’étonner,
    Serait-il à blâmer parce qu’il est l’automne,
    Un automne qui veut tout entier se donner,
 
    Tout entier, fruit et grain et le reste de vie
    Et la mort dans les bras et sous les yeux chéris,
    Et, depuis cette mort en extase ravie,
    Ou celle que Dieu m’enverra, pauvre ou sans prix,
 
    Revivre inaperçu dans la paix de la veuve,
    Paix bénie à travers de longs et nombreux jours ?
    Ah ! jeunes, puissiez-vous après vos temps d’épreuve
    Concevoir dans vos cœurs de pareilles amours.
 

Hôpital Broussais, 7 septembre 1893.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Τhébаïdе (Μénаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Fuis lе јоur, dеmеurе сасhé...» (Μауnаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе