Verlaine

Bonheur, 1891



Bon pauvre, ton vêtement est léger
          Comme une brume,
Oui, mais aussi ton cœur, il est léger
          Comme une plume,
Ton libre cœur qui n’a qu’à plaire à Dieu,
          Ton cœur bien quitte
De toute dette humaine, en quelque lieu
          Que l’homme habite,
Ta part de plaisir et d’aise paraît
          Peu suffisante.
Ta conscience, en revanche, apparaît
          Satisfaisante,
Ta conscience que, précisément,
          Tes malheurs mêmes
Ont dégagée, en ce juste moment,
          Des soins suprêmes.
Ton boire et ton manger sont, je le crains,
          Tristes et mornes ;
Seulement ton corps faible a, dans ses reins
          Sans fin ni bornes,
Des forces d’abstinence et de refus
          Très glorieuses,
Et des ailes vers les cieux entrevus
          Impérieuses.
Ta tête, franche de mets et de vin,
          Toute pensée,
Tout intellect, conforme au plan divin,
          Haut redressée,
Ta tête est prête à tout enseignement
          De la parole
Et, de l’exemple de Jésus clément
          Et bénévole,
Et de Jésus terrible, prêt au pleur
          Qu’il faut qu’on verse,
À l’affront vil qui poigne, à la douleur
          Lente qui perce.
Le monde pour toi seul, le monde affreux
          Devient possible,
T’environnant, toi qu’il croit malheureux,
          D’oubli paisible,
Même t’ayant d’étonnantes douceurs
          Et ces caresses !
Les femmes qui sont parfois d’âpres sœurs,
          D’aigres maîtresses,
Et de douloureux compagnons toujours
          Ou toujours presque,
Te jaugeant malfringant, aux gestes lourds,
          Un peu grotesque,
Tout à fait incapable de n’aimer
          Qu’à les voir belles,
Qu’à les trouver bonnes et de n’aimer
          Qu’elles en elles,
Et le pesant si léger que ce n’est
          Rien de le dire,
Te dispenseront, tous comptes au net,
          De leur sourire.
Et te voilà libre, à dîner, en roi,
          Seul à ta table,
Sans nul flatteur, quel fléau pour un roi,
          Plus détestable ?
L’assassin, l’escroc et l’humble voleur
          Qui n’y voient guère
De nuance, t’épargnent comme leur
          Plus jeune frère,
Des vertus surérogatoires, la
          Prudence humaine,
(L’autre, la cardinale, ah ! celle-là
          Que Dieu t’y mène !)
L’amabilité, l’affabilité
          Quasi célestes,
Sans rien d’affecté, sans rien d’apprêté,
          Franches modestes,
Nimbent le destin, que Dieu te voulut
          Tendre et sévère.
Dans l’intérêt surtout de ton salut,
          À bien parfaire
Et pour ange contre le lourd méchant
          Toujours stupide
La clairvoyance te guide en marchant,
          Fine et rapide,
La clairvoyance, qui n’est pas du tout,
          La Méfiance
Et qui plutôt serait pour sommer tout,
          La Prévoyance,
Élicitant les gens de prime-saut
          Sous les grimaces
Faisant sortir la sottise du sot,
          Trouvant des traces,
Et médusant la curiosité
          De l’hypocrite
Par un regard entre les yeux planté
          Qui brûle vite...
Et s’il ose rester des ennemis
          À ta misère,
Pardonne-leur, ainsi que l’a promis
          Ton Notre-Père...
Afin que Dieu te pardonne aussi, Lui,
          Prends cette avance.
Car, dans le mal fait au prochain, c’est Lui
          Seul qu’on offense.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lеs Sépаrés

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, sоrсiеrs еt dоuх, mеs uniquеs flаmbеаuх...» (Μоtin)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Ruinеs du сœur (Соppéе)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе