Verlaine


Au pas de charge


 
 

I


 
Les petits tambours de l’an II,
Joyeux garçonnets hasardeux
Que les balles n’effrayaient guère
Ces tapins de la bonne guerre
Ne sont pas si morts qu’on le croit
Et dans la lutte qui s’accroît,
Iront frappant sur la peau d’âne.
 
M. Devinck, que l’on condamne
À se porter, las ! candidat
Avec l’impéri... al mandat
D’obéir à tous les ministres,
D’applaudir à tous les sinistres
Et d’approuver tous les chaos,
Regrette ses doux cacaos.
 
Je crains qu’Ollivier ne se blouse
En s’imaginant que la blouse
Et le paletot voteront
En faveur de son double front.
De nouveau Janus pourrait être
Désabusé, Morny, son maître,
Ne pouvant plus, du haut du ciel,
« Écarter », cette fois, Bancel.
 
Avant-hier, le dernier vestige
Du temps si fécond en prestige
Qui vit Brumaire et Waterloo,
Vint de l’autre côté de l’eau
Poser mainte et mainte Immortelle
À la grille devant laquelle
On est si fier d’être Français.
Coulez mes larmes, — sans excès !
 
Cependant les poètes rêvent
Et leurs chants ailés nous enlèvent
Dans les cieux immenses et clairs.
Ceinte de rayons et d’éclairs,
Voici venir l’œuvre du Maître
Dont l’éclat tournant nous pénètre
D’un tremblement religieux.
 
Le Poète prodigieux,
Cette fois encore, relève
Ceux que tient opprimés le glaive
Ou la loi des forts et, vengeant
L’Humanité, sur le méchant,
Fait luire, large éclair de haine,
Les trente-deux dents de Gwynplaine.
 
 
 

II


 
  Peuple, il faut voir tout en rose :
  Sadowa n’a pas eu lieu.
  Si le commerce va peu,
  Les vieux partis sont en cause.
 
  Ce sont eux encore qui,
  Hors du chemin de ceinture,
  Tombent la candidature
  De Gregoro Ganeski.
 
  Les « passions subversives »,
  Qui vont nous éclaboussant,
  Nous font un besoin pressant
  De salutaires lessives.
 
  Ce qu’on ne peut envier,
  Malgré la louange extrême
  Qu’il se décerne à lui-même,
  C’est le destin d’Ollivier.
 
  Le progrès poursuit sa marche,
  Voyez : Godillot fournit
  L’armée, et Pie fait son nid,
  Dansons, Français, devant l’arche.
 
  Entonnons des Hossanna :
  Qu’à nos fronts brillent les roses,
  Cachant les marques moroses
  Que le sabre y dessina.
 

Barra.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Frégаtе Lа Sériеusе (Vignу)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе