Verlaine


Aspiration


 

            Des ailes ! Des ailes !
(RÜCKERT.)


Cette vallée est triste et grise : un froid brouillard
                  Pèse sur elle ;
L’horizon est ridé comme un front de vieillard ;
                  Oiseau, gazelle,
Prêtez-moi votre vol ; éclair, emporte-moi !
                  Vite, bien vite,
Vers ces plaines du ciel où le printemps est roi,
                  Et nous invite
À la fête éternelle, au concert éclatant
                  Qui toujours vibre,
Et dont l’écho lointain, de mon cœur palpitant
                  Trouble la fibre.
Là, rayonnent, sous l’œil de Dieu qui les bénit,
                  Des fleurs étranges,
Là, sont des arbres où gazouillent comme un nid
                  Des milliers d’anges ;
Là, tous les sons rêvés, là, toutes les splendeurs
                  Inabordables
Forment, par un hymen miraculeux, des chœurs
                  Inénarrables !
Là, des vaisseaux sans nombre, aux cordages de feu
                  Fendent les ondes
D’un lac de diamant où se peint le ciel bleu
                  Avec les mondes ;
Là, dans les airs charmés, volètent des odeurs
                  Enchanteresses,
Enivrant à la fois les cerveaux et les cœurs
                  De leurs caresses.
Des vierges, à la chair phosphorescente, aux yeux
                  Dont l’orbe austère
Contient l’immensité sidérale des cieux
                  Et du mystère,
Y baisent chastement, comme il sied aux péris,
                  Le saint poète,
Qui voit tourbillonner des légions d’esprits
                  Dessus sa tête.
L’âme, dans cet Éden, boit à flots l’idéal,
                  Torrent splendide,
Qui tombe des hauts lieux et roule son cristal
                  Sans une ride.
Ah ! pour me transporter dans ce septième ciel,
                  Moi, pauvre hère,
Moi, frêle fils d’Adam, cœur tout matériel,
                  Loin de la terre,
Loin de ce monde impur où le fait chaque jour
                  Détruit le rêve,
Où l’or remplace tout, la beauté, l’art, l’amour,
                  Où ne se lève
Aucune gloire un peu pure que les siffleurs
                  Ne la déflorent,
Où les artistes pour désarmer les railleurs
                  Se déshonorent,
Loin de ce bagne où, hors le débauché qui dort,
                  Tous sont infâmes,
Loin de tout ce qui vit, loin des hommes, encor
                  Plus loin des femmes,
Aigle, au rêveur hardi, pour l’enlever du sol,
                  Ouvre ton aile !
Éclair, emporte-moi ! Prêtez-moi votre vol,
                  Oiseau, gazelle !
 

10 mai 1861.

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе