Verlaine


Aspiration


 

            Des ailes ! Des ailes !
(RÜCKERT.)


Cette vallée est triste et grise : un froid brouillard
                  Pèse sur elle ;
L’horizon est ridé comme un front de vieillard ;
                  Oiseau, gazelle,
Prêtez-moi votre vol ; éclair, emporte-moi !
                  Vite, bien vite,
Vers ces plaines du ciel où le printemps est roi,
                  Et nous invite
À la fête éternelle, au concert éclatant
                  Qui toujours vibre,
Et dont l’écho lointain, de mon cœur palpitant
                  Trouble la fibre.
Là, rayonnent, sous l’œil de Dieu qui les bénit,
                  Des fleurs étranges,
Là, sont des arbres où gazouillent comme un nid
                  Des milliers d’anges ;
Là, tous les sons rêvés, là, toutes les splendeurs
                  Inabordables
Forment, par un hymen miraculeux, des chœurs
                  Inénarrables !
Là, des vaisseaux sans nombre, aux cordages de feu
                  Fendent les ondes
D’un lac de diamant où se peint le ciel bleu
                  Avec les mondes ;
Là, dans les airs charmés, volètent des odeurs
                  Enchanteresses,
Enivrant à la fois les cerveaux et les cœurs
                  De leurs caresses.
Des vierges, à la chair phosphorescente, aux yeux
                  Dont l’orbe austère
Contient l’immensité sidérale des cieux
                  Et du mystère,
Y baisent chastement, comme il sied aux péris,
                  Le saint poète,
Qui voit tourbillonner des légions d’esprits
                  Dessus sa tête.
L’âme, dans cet Éden, boit à flots l’idéal,
                  Torrent splendide,
Qui tombe des hauts lieux et roule son cristal
                  Sans une ride.
Ah ! pour me transporter dans ce septième ciel,
                  Moi, pauvre hère,
Moi, frêle fils d’Adam, cœur tout matériel,
                  Loin de la terre,
Loin de ce monde impur où le fait chaque jour
                  Détruit le rêve,
Où l’or remplace tout, la beauté, l’art, l’amour,
                  Où ne se lève
Aucune gloire un peu pure que les siffleurs
                  Ne la déflorent,
Où les artistes pour désarmer les railleurs
                  Se déshonorent,
Loin de ce bagne où, hors le débauché qui dort,
                  Tous sont infâmes,
Loin de tout ce qui vit, loin des hommes, encor
                  Plus loin des femmes,
Aigle, au rêveur hardi, pour l’enlever du sol,
                  Ouvre ton aile !
Éclair, emporte-moi ! Prêtez-moi votre vol,
                  Oiseau, gazelle !
 

10 mai 1861.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе