Verlaine


Aspiration


 

            Des ailes ! Des ailes !
(RÜCKERT.)


Cette vallée est triste et grise : un froid brouillard
                  Pèse sur elle ;
L’horizon est ridé comme un front de vieillard ;
                  Oiseau, gazelle,
Prêtez-moi votre vol ; éclair, emporte-moi !
                  Vite, bien vite,
Vers ces plaines du ciel où le printemps est roi,
                  Et nous invite
À la fête éternelle, au concert éclatant
                  Qui toujours vibre,
Et dont l’écho lointain, de mon cœur palpitant
                  Trouble la fibre.
Là, rayonnent, sous l’œil de Dieu qui les bénit,
                  Des fleurs étranges,
Là, sont des arbres où gazouillent comme un nid
                  Des milliers d’anges ;
Là, tous les sons rêvés, là, toutes les splendeurs
                  Inabordables
Forment, par un hymen miraculeux, des chœurs
                  Inénarrables !
Là, des vaisseaux sans nombre, aux cordages de feu
                  Fendent les ondes
D’un lac de diamant où se peint le ciel bleu
                  Avec les mondes ;
Là, dans les airs charmés, volètent des odeurs
                  Enchanteresses,
Enivrant à la fois les cerveaux et les cœurs
                  De leurs caresses.
Des vierges, à la chair phosphorescente, aux yeux
                  Dont l’orbe austère
Contient l’immensité sidérale des cieux
                  Et du mystère,
Y baisent chastement, comme il sied aux péris,
                  Le saint poète,
Qui voit tourbillonner des légions d’esprits
                  Dessus sa tête.
L’âme, dans cet Éden, boit à flots l’idéal,
                  Torrent splendide,
Qui tombe des hauts lieux et roule son cristal
                  Sans une ride.
Ah ! pour me transporter dans ce septième ciel,
                  Moi, pauvre hère,
Moi, frêle fils d’Adam, cœur tout matériel,
                  Loin de la terre,
Loin de ce monde impur où le fait chaque jour
                  Détruit le rêve,
Où l’or remplace tout, la beauté, l’art, l’amour,
                  Où ne se lève
Aucune gloire un peu pure que les siffleurs
                  Ne la déflorent,
Où les artistes pour désarmer les railleurs
                  Se déshonorent,
Loin de ce bagne où, hors le débauché qui dort,
                  Tous sont infâmes,
Loin de tout ce qui vit, loin des hommes, encor
                  Plus loin des femmes,
Aigle, au rêveur hardi, pour l’enlever du sol,
                  Ouvre ton aile !
Éclair, emporte-moi ! Prêtez-moi votre vol,
                  Oiseau, gazelle !
 

10 mai 1861.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

Νеlligаn : Сlаir dе lunе intеllесtuеl

Siсаud : Lе Сhеmin dе sаblе

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

☆ ☆ ☆ ☆

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеr tе prаеsеntit аruspех (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrièrе du silеnсе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Сlаir dе lunе intеllесtuеl (Νеlligаn)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе