Verlaine

Amour, 1888


À Charles de Sivry


 
Mon Charles, autrefois mon frère, et pardieu ! bien
Encore tel malgré toutes les lois ensemble,
Te souvient-il d’un amoureux qui n’ose et tremble
Et verse le secret de son cœur dans le tien ?
 
Ah, de vivre ! Et te souvient-il du fameux Sage,
Austère avec douceur, en route, croyait-il,
Pour un beau Bethléem littéral et subtil,
Entre un berger naïf et quelque très haut mage ?
 
— L’amoureux est un veuf orgueilleux. Ah ! de vivre !
Le sage a suspendu son haleine et son livre,
N’aspirant plus en Dieu que par la bonne mort.
 
Et pourtant, pourtant comme ils sont toujours le même
Homme du chaste espoir de justes noces qu’aime
Ou non celle qui sous sa tombe d’oubli dort !

Commentaire(s)
Déposé par Amandine OZAUR le 9 septembre 2018 à 12h20

Partout autour de soi on voudrait faire le bien, (13 syllabes)

Mais pour les autres_aussi ; c’est une vie de chien (liaison obligatoire = 13 syllabes)

Je devrais en avoir une idée_tout de même, (une idéeuh ... pas de mots féminin suivi d’une consonne, c’est interdit ! = 13 syllabes)

Il y en a un peu des êtres_humains que j’aime, (liaison obligatoire = 13 syllabes) (ligne grammaticalement incorrecte)

Je note 10/20 cette parodie !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 8 septembre 2018 à 22h24

L’amour mode d’emploi


Partout autour de soi on voudrait faire le bien,
Ça n’est pas facile, tout du moins il me semble,
L’enjeu est important, pour qui devant Dieu tremble,
Convaincu que les clefs de l’Eden il détient.

Mais pour les autres aussi ; c’est une vie de chien
Que d’avoir en grippe soi et autrui ensemble,
Mais comment la trouver la clarté qui rassemble
(Saül en face d’elle ne voyait rien de rien) ?

Doit-on faire un effort ou bien se laisser vivre ?
Faut-il se référer aux dires des saints livres ?
Le saurons-nous au moins lorsque nous seront morts ?

Je devrais en avoir une idée tout de même,
Il y en a un peu des êtres humains que j’aime,
Parmi eux la beauté avec qui je m’endors.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 9 septembre 2018 à 13h09

Va-t’elle se calmer
L’Amandine qui tapine
Sur la prosodie _______

Lâche-nous avec tes conseils
Laisse Vincent aller son rythme . .
J’ai appris sans conseil d’1 psycho-frigide des maux  !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par La Musérante le 5 septembre 2018 à 23h16

___Elle songeait Bib la baleine
Aux étoiles de cet espace
Infini comme son audace
Sans corset sans boulet vilaine
Qu’elle était à vouloir planter
Des graines pour l’orienter ____

Nad raconta qu’entendre le chant de la baleine donnait envie de la voir s’envoler dans l’espace

Il connaissait P. Boulez quand Curare lui posa la question. .

- Les baleines sont télépathes !  argumenta Nad

Curare pensa fugitivement au petit prince et au mentor  sur le statu quo de sa mort . .

Elle pensa aussi à René Char et partit se coucher en se demandant si elle verrait des étoiles . .

Qu’elle préférait Messiaen mais pas jusqu’à la fin des temps . .
ça n’existerait pas !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 juin 2018 à 12h31

Astrologie béotienne
----------------------

Que nous annonce l’astre ? Est-ce mal ? Est-ce bien?
Quel rang occupe-t-il dans le céleste ensemble ?
Rien n’est bien établi, et l’astrologue tremble,
Voyant que son savoir à peu de chose tient.

L’entends-tu aboyer, notre Étoile du Chien ?
Voudrait-elle alerter un chien qui lui ressemble,
Ou des moutons du ciel que le Berger rassemble?
Tant d’objets sous nos yeux, desquels on ne sait rien...

Cette planète-ci, sur laquelle on peut vivre,
Son avenir est-il évoqué dans tes livres,
Quelle sera sa vie, quelle sera sa mort?

Ce ciel toujours changeant,  il est toujours le même
L’astrologue l’observe et le poète l’aime,
Le mourant le revoit dans le temps qu’il s’endort.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 septembre 2018 à 12h33

Le Maître me donne un marteau
--------------------------------

J’ai reçu cet outil, je me demande bien
Ce qu’un marteau et moi nous pourrions faire ensemble.
Je suis fort maladroit, et j’ai ma main qui tremble,
Puis je ne sais pas trop comment cela se tient.

Héphaïstos le fait actionner par ses chiens ;
Mais je suis loin d’avoir un chien qui leur ressemble.
Aussi, dans un carton, mes outils je rassemble,
Tant d’objets sous mon toit, desquels je ne sais rien.

Sans avoir de marteau, sans doute, je peux vivre,
Car mes instruments sont ma plume et mes vieux livres,
Et la bénédiction de quelques auteurs morts.

Le marteau me regarde,  il est toujours le même
C’est un marteau sans maître ainsi que je les aime ;
M’ayant bien contemplé, il s’allonge et s’endort.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сhênе еt lе Rоsеаu

Lа Fоntаinе : Lе Liоn аmоurеuх

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Vаlаdе : Réminisсеnсе

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Étаblissеmеnt d’unе соmmunаuté аu Βrésil (Jасоb)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе