Verhaeren

Les Forces tumultueuses, 1902


Un matin


 
Dès le matin, par mes grand-routes coutumières
        Qui traversent champs et vergers,
        Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.
 
Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
        C’est fête et joie en ma poitrine ;
        Que m’importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit, sous mes talons poudreux ;
 
Je marche avec l’orgueil d’aimer l’air et la terre,
        D’être immense et d’être fou
        Et de mêler le monde et tout
À cet enivrement de vie élémentaire.
 
Ô les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
        Je m’enfouis dans l’herbe sombre
        Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.
 
Les bras fluides et doux des rivières m’accueillent ;
        Je me repose et je repars,
        Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.
 
Il me semble jusqu’à ce jour n’avoir vécu
        Que pour mourir et non pour vivre :
        Oh quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !
 
Dites, est-il vrai qu’hier il existât des choses,
        Et que des yeux quotidiens
        Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s’exalter les roses.
 
Pour la première fois, je vois les vents vermeils
        Briller dans la mer des branchages,
        Mon âme humaine n’a point d’âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau, sous le soleil.
 
J’aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
        Et mes cheveux amples et blonds,
        Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l’espace entier pour en gonfler ma force.
 
Oh ces marches à travers bois, plaines, fossés,
        Où l’être chante et pleure et crie
        Et se dépense avec furie
Et s’enivre de soi ainsi qu’un insensé !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 4 juin 2013 à 10h27


L’univers, régi par l’équation coutumière
Dont il ne sait point diverger,
Jongle avec ses photons légers
Qui forment pour nos yeux l’impalpable lumière.

Les poissons dans le flot des torrents sont heureux,
Les oiseaux gonflent leur poitrine ;
L’érudit trace sa doctrine,
Assis à son bureau dans son grenier poudreux.

La forêt s’illumine à des éclats d’un feu
Qui est le sceau des anciens dieux ;
Sur le paysage, il s’imprime.

Le poète est joyeux, il écrit comme un fou
Sur la nature et puis sur tout
Ce qui lui inspire des rimes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur dеmаndеr unе étоilе

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Ρhоquе (Hеrvillу)

De Сосhоnfuсius sur «Τаndis quе је mе plаins, à l’оmbrе dе сеs bоis...» (Μаgnу)

De Jаdis sur «Ρоur vоus sеrvir...» (Vоiturе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrаins (Vеrhаеrеn)

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе