Verhaeren

Les Forces tumultueuses, 1902


Un matin


 
Dès le matin, par mes grand-routes coutumières
        Qui traversent champs et vergers,
        Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.
 
Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
        C’est fête et joie en ma poitrine ;
        Que m’importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit, sous mes talons poudreux ;
 
Je marche avec l’orgueil d’aimer l’air et la terre,
        D’être immense et d’être fou
        Et de mêler le monde et tout
À cet enivrement de vie élémentaire.
 
Ô les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
        Je m’enfouis dans l’herbe sombre
        Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.
 
Les bras fluides et doux des rivières m’accueillent ;
        Je me repose et je repars,
        Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.
 
Il me semble jusqu’à ce jour n’avoir vécu
        Que pour mourir et non pour vivre :
        Oh quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !
 
Dites, est-il vrai qu’hier il existât des choses,
        Et que des yeux quotidiens
        Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s’exalter les roses.
 
Pour la première fois, je vois les vents vermeils
        Briller dans la mer des branchages,
        Mon âme humaine n’a point d’âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau, sous le soleil.
 
J’aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
        Et mes cheveux amples et blonds,
        Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l’espace entier pour en gonfler ma force.
 
Oh ces marches à travers bois, plaines, fossés,
        Où l’être chante et pleure et crie
        Et se dépense avec furie
Et s’enivre de soi ainsi qu’un insensé !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 4 juin 2013 à 10h27


L’univers, régi par l’équation coutumière
Dont il ne sait point diverger,
Jongle avec ses photons légers
Qui forment pour nos yeux l’impalpable lumière.

Les poissons dans le flot des torrents sont heureux,
Les oiseaux gonflent leur poitrine ;
L’érudit trace sa doctrine,
Assis à son bureau dans son grenier poudreux.

La forêt s’illumine à des éclats d’un feu
Qui est le sceau des anciens dieux ;
Sur le paysage, il s’imprime.

Le poète est joyeux, il écrit comme un fou
Sur la nature et puis sur tout
Ce qui lui inspire des rimes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Diаblе dаns lа nuit (Fоrt)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе