Verhaeren

Les Villages illusoires, 1895


Le Menuisier


 
Le menuisier du vieux savoir
Fait des cercles et des carrés,
Tenacement, pour démontrer
Comment l’âme doit concevoir
Les lois indubitables et fécondes
Qui sont la règle et la clarté du monde.
 
À son enseigne, au coin du bourg, là-bas,
Les branches d’or d’un grand compas
— Comme un blason, sur sa maison —
Semblent deux rais pris au soleil.
 
Le menuisier construit ses appareils
— Tas d’algèbres en des ténèbres —
Avec des mains prestes et nettes
Et des regards, sous ses lunettes,
Aigus et droits, sur son travail
Tout en détails.
 
Ses fenêtres à gros barreaux
Ne voient le ciel que par petits carreaux ;
Et sa boutique, autant que lui,
Est vieille et vit d’ennui.
 
Il est l’homme de l’habitude
Qu’en son cerveau tissa l’étude,
Au long des temps de ses cent ans
Monotones et végétants.
 
Grâce à de pauvres mécaniques
Et des signes talismaniques
Et des cônes de bois et des segments de cuivre
Et le texte d’un pieux livre
Traçant, la croix, par au travers,
Le menuisier dit l’univers.
 
Matin et soir, il a peiné
Les yeux vieillots, l’esprit cerné,
Imaginant des coins et des annexes
Et des ressorts malicieux
À son travail chinoisement complexe,
Où, sur le faîte, il dressa Dieu.
 
Il rabote ses arguments
Et taille en deux toutes répliques
Et ses raisons hyperboliques
Trouent la nuit d’or des firmaments.
 
Il explique, par des sentences,
Le problème des existences
Et discute sur la substance.
 
Il s’éblouit du grand mystère,
Lui donne un nom complémentaire
Et croit avoir instruit la terre.
 
Il est le maître en controverses,
L’esprit humain qu’il bouleverse,
Il l’a coupé en facultés adverses,
Et fourre l’homme qu’il étrique,
À coups de preuves excentriques,
En son système symétrique.
 
Le menuisier a pour voisins
Le curé et le médecin
Qui ramassent, en ses travaux pourtant irréductibles,
Chacun pour soi, des arguments incompatibles.
 
Ses scrupules n’ont rien laissé
D’impossible, qu’il n’ait casé,
D’après un morne rigorisme,
En ses tiroirs de syllogismes.
 
Ses plus graves et assidus clients ?
Les gens branlants, les gens bêlants
Qui achètent leur viatique,
Pour quelques sous, dans sa boutique.
 
Il vit de son enseigne, au coin du bourg,
— Biseaux dorés et compas lourd —
Et n’écoute que l’aigre serinette,
À sa porte, de la sonnette.
 
Il a taillé, limé, sculpté
Une science d’entêté,
Une science de paroisse,
Sans lumière, ni sans angoisse.
 
Si bien qu’au jour qu’il s’en ira
Son appareil se cassera ;
Et ses enfants feront leur jouet,
De cette éternité qu’il avait faite,
À coups d’équerre et de réglette.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2012 à 14h51

Le  sommelier du vieux savoir
Fait l’amour dans un lit carré.
Verhaeren lui a démontré
Qu’une fouine doit concevoir,
Lorsqu’un vieux bison la féconde,
Un animal unique au monde.

Cet animal s’est envolé là-bas,
D’un vol dessiné au compas,
Loin du gazon
        et des maisons !
Puis il dévore le soleil.

Le sommelier construit ses appareils
En vertèbres
        de queue de zèbre.
Douze fouines prestes et nettes
Avec le bison à lunettes
Ont supervisé son travail
Dans le détail.

Frappé à grands coups de barreaux
Qui lui explosent les carreaux,
Le bison-fouine, ayant rendu l’astre qui luit,
Va se blottir au fond d’un puits.

Le sommelier a l’habitude
De prendre pour sujet d’étude,
Au ciel de brocante inquiétant,
Le bison-fouine inexistant.

Le bison était mécanique,
La fouine était talismanique.
Leur rejeton est donc en cuivre,
Un fripier illustre le livre
Où c’est expliqué de travers,
Au chapitre sur l’Univers.

Matin et soir, le sommelier,
Picolant avec le fripier,
Dans le grimoire ajoute des annexes,
Et le bison fort malicieux,
À tous deux colle des complexes,
En les interrogeant sur Dieu.

La fouine entend leurs arguments
Et leurs aberrantes répliques.
Ciel de brocante hyperbolique,
Interdis-leur ton firmament !

Ciel de brocante, en trois sentences,
Réduis un peu leurs existences
Et leur méprisable substance.

Le bison-fouine a son mystère,
Ses parents sont complémentaires
Un jour il instruira la Terre.

Il sera Maître en controverses,
C’est bien ce qui me bouleverse.
Levant son chevalet sur les forces adverses,
Il les frappera de sa trique,
C’est ce qui me semble excentrique,
Le grand ciel de brocante est-il donc symétrique ?

Le sommelier a pour voisins
Le jongleur et le puritain,
Deux Clunisiens irréductibles,
Pour qui fouine et bison sont des incompatibles.

Mais moi, je dis qu’il faut laisser
Un bison qui veut se caser
En dehors de tout rigorisme ;

Ne lui ôtons la fouine au nom d’un syllogisme.

Et vous, qu’en pensez-vous, respectables clients ?
Que diriez-vous à ce brave bison bêlant
A qui la fouine offrit un viatique
Qu’on ne vend certes pas dans les boutiques ?

Ils se sont rencontrés au coin du bourg,
La fouine légère et le bison lourd,
Elle lui dit Mon lion et lui Ma serinette,
Dans le murmure des jupettes.

Le sommelier a si bien picolé
Que le bison-fouine à nouveau s’est envolé.
Il provoque dans la paroisse
Un vent d’inconcevable angoisse.

Nous espérons qu’il s’en ira,
Nous attendons le jour où il se cassera.
Nul n’a pour souhait
        « être son jouet »,
Car les hybrides nous embêtent,
Surtout le bison-fouine, une bien sale bête !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sеlvе : Sur сеs mоts : Sоuviеnnе-tоi, Hоmmе, quе tu еs сеndrе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоissiеr : Lа Rоndе dеs fоеtus

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Οbsсurе nuit, lаissе tоn nоir mаntеаu...» (Соignаrd)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сосhоnfuсius sur Sur сеs mоts : Sоuviеnnе-tоi, Hоmmе, quе tu еs сеndrе (Sеlvе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе