Verhaeren

La Multiple Splendeur, 1906


La Louange du Corps Humain


 
Dans la clarté plénière et ses rayons soudains
Brûlant, jusques au cœur, les ramures profondes,
Femmes dont les corps nus brillent en ces jardins,
Vous êtes des fragments magnifiques du monde.
 
Au long des buis ombreux et des hauts escaliers,
Quand vous passez, joyeusement entrelacées,
Votre ronde simule un mouvant espalier
Chargé de fruits pendus à ses branches tressées.
 
Si dans la paix et la grandeur des midis clairs
L’une de vous, soudain, s’arrête et plus ne bouge,
Elle apparaît debout comme un tyrse de chair
Où flotterait le pampre en feu de ses crins rouges.
 
Lasses, quand vous dormez dans la douce chaleur,
Votre groupe est semblable à des barques remplies
D’une large moisson de soleil et de fleurs
Qu’assemblerait l’étang sur ses berges pâlies.
 
Et dans vos gestes blancs, sous les grands arbres verts,
Et dans vos jeux noués, sous des grappes de roses,
Coulent le rythme épars dans l’immense univers
Et la sève tranquille et puissante des choses.
 
Vos os minces et durs sont de blancs minéraux
Solidement dressés en noble architecture ;
L’âme de flamme et d’or qui brûle en vos cerveaux
N’est qu’un aspect complexe et fin de la nature.
 
Il est vous-même, avec son calme et sa douceur,
Le beau jardin qui vous prête ses abris d’ombre
Et le rosier des purs étés est votre cœur,
Et vos lèvres de feu sont ses roses sans nombre.
 
Magnifiez-vous donc et comprenez-vous mieux !
Si vous voulez savoir où la clarté réside,
Croyez que l’or vibrant et les astres des cieux
Songent, sous votre front, avec leurs feux lucides.
 
Tout est similitude, image, attrait, lien ;
Ainsi que les joyaux d’un bougeant diadème,
Tout se pénètre et se mire, ô femmes, si bien
Qu’en vous et hors de vous, tout est vous-mêmes.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 1er septembre 2016 à 19h12

Tétragastéropode
-----------------------

Il s’éveille à la nuit, surgissement soudain,
On voit dans son regard que son âme est profonde ;
Tétragastéropode, ornement du jardin,
Tu es l’invertébré le plus savant du monde.

Tu vis surtout la nuit, car tu crains la chaleur,
Tu aimes t’endormir quand ta panse est remplie
D’une large moisson de feuilles et de fleurs,
Festin se prolongeant jusqu’à l’aube pâlie.

Alors, tu vas dormir sous les grands arbres verts,
En rêve dévorant un pétale de rose,
Mollusque satisfait de l’immense univers,
Escargot fasciné par la beauté des choses.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 janvier 2017 à 12h53

Escargot du jardin d’Eden
--------------------------------

L’envie d’offrir le fruit le submergea soudain.
Il quitta lentement sa retraite profonde
Pour avancer vers l’arbre, au centre du jardin,
Désireux de changer l’évolution du monde.

Il s’arrêta bientôt, vaincu par la chaleur,
Pensant que sa mission était presque remplie.
Il s’endormit bientôt, dans l’ombre d’une fleur,
Et sa sieste dura jusqu’au temps de complies.

Or, quand il arriva près du grand arbre vert,
Il n’y rencontra point la femme au teint de rose,
Car le serpent, fléau de l’instable univers,
L’avait déjà gagnée à sa douteuse cause.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Νоuvеаu : «Οn m’а mis аu соllègе (оh ! lеs pаrеnts, с’еst lâсhе !)...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Dimаnсhе dеs Rаmеаuх

Ρrоust : Jе соntеmplе sоuvеnt lе сiеl dе mа mémоirе

Riсhеpin : Lе Ρеndu јоуеuх

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs vоnt еt viеnnеnt sur lеs саnаuх...»

Klingsоr : Lа Сhаisе dе pаillе

Rоllinаt : Lеs Ρiеrrеs

Cоmmеntaires récеnts

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus qu’аuх bоrds Αеtëаns lе brаvе fils d’Ésоn...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Ρuisqu’à si bеаu Sоlеil ј’аi mоn аilе étеnduе...» (Lа Rоquе)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Сосhоnfuсius sur Hеurеs sеrеinеs (Сrоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе