Pontus de Tyard



Au premier trait, que mon œil rencontra
Des moins parfaits de sa perfection,
La plus grand part de ma dévotion
Soudainement en elle idolâtra.
 
Mais quand le son de sa voix pénétra
Dans mon ouïr, l’imagination
Ravissant haut ma contemplation,
Au plus parfait de son parfait entra.
 
Lors je connus que ce vermeil albâtre,
Pour qui mon œil me rendait idolâtre,
Était fragile, et seulement un temple,
 
Temple sacré à celle Deité,
Qu’incessamment en toute humilité
Ma langue honore, et mon esprit contemple.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 mai 2017 à 13h37

Bûcheron plantigrade
---------------------------

Compère l’ours brandit à bout de bras
Son instrument, qui plaisir lui procure ;
Il peut couper la branche la plus dure,
Il tranche net, l’arbre vous le dira.

Au fond des bois où nul ne pénétra
Sauf ce bel ours à riante figure,
Au fond des bois, dans la lumière obscure,
Parmi les os de ceux qu’il dévora,

Ce plantigrade et ses reflets d’albâtre
D’une vestale ont fait une idolâtre ;
Pour la tanière, elle a laissé le temple,

Et plus ne prie le dieu qu’elle a quitté,
Mais le grand ours, content de l’abriter,
Qui de ses yeux de braise la contemple.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 octobre 2018 à 17h47

Ours de pourpre
----------------------

Cet ours naquit dans le Connemara
Où s’affermit sa sauvage nature ;
Son âme est forte, et n’est pourtant pas dure,
Son coeur jamais n’eut rien de scélérat.

Or, dans son antre où nul ne pénétra,
Il a tracé de plaisantes figures,
Curieux reflets de la lumière obscure
Que, semble-t-il, nul homme ne verra.

Ce sont blasons de saphir et d’albâtre,
Étranges dieux, comme ont les idolâtres,
Dont sa demeure est peut-être le temple.

En ces couleurs n’est nulle vérité,
Mais l’ours de pourpre aime les abriter,
Qui de ses yeux leurs nuances contemple.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 10 octobre 2018 à 14h36

Envoyée spéciale

Elle parcourt le monde avec sa caméra,
Filmant souvent l’Homme, rarement la nature,
C’est une excistence qui est parfois dure
Quand ses congénères deviennent scélérats.

Par exemple, au Liban, un obus pénétra
Dans la chambre d’un fils et broya sa figure,
Les images atroces, de cette nuit obscure,
Longtemps, dans sa mémoire, elle les gardera.

Mais elle a vue aussi le regard idolâtre,
De sa mère devant une vierge en albâtre,
Convaincue que Marie le choyait dans son temple.

J’espère de tout cœur que c’est la vérité,
Qu’à jamais du malheur, l’enfant est abrité,
Que de ses yeux aimants, la Sainte le contemple.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 novembre 2018 à 19h28

Arctochère (Ours-cochon)
-------------

Cet ours-cochon, Dieu sait qui l’engendra !
Nous admirons son hybride nature ;
Sa peau est ferme, et n’est pourtant pas dure,
C’est un ours-porc, et  ce n’est pas un rat.

Lui qui jamais au jour ne se montra,
Aucun savant ne connaît sa figure,
Il se complaît dans sa caverne obscure,
Monstre-métis, plantigrade-verrat.

Son poil n’est pas de sable ni d’albâtre,
Mais bien d’azur, aimé des idolâtres
Qui sa statue ont dressé dans leur temple.

En son esprit n’est nulle vérité,
En scepticisme il aime à s’abriter,
Qui de fort loin les axiomes contemple.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt lа grillе du сimеtièrе (Gаrnеаu)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе