Tristan L’Hermite


L’Ambition tancée


 
Aux rayons du soleil, le paon audacieux,
Cet avril animé, ce firmament volage,
Étale avec orgueil en son riche plumage
Et les fleurs du printemps, et les astres des cieux.
 
Mais comme il fait le vain sous cet arc gracieux
Qui nous forme d’Iris une nouvelle image,
Il rabat tout à coup sa plume et son courage
Sitôt que sur ses pieds il a porté les yeux.
 
Homme, à qui tes désirs font sans cesse la guerre
Et qui veux posséder tout le rond de la Terre :
Vois le peu qu’il en faut pour faire un monument.
 
Tu n’es rien que l’idole agréable et fragile
Qu’un roi de Babylone avait vue en dormant,
Ta tête est toute d’or, mais tes pieds sont d’argile.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucus le 22 avril 2016 à 17h30

Octopode au corps de sable
--------------------------------

Ce grand monstre de sable est superbe, à mes yeux ;
Il parcourt, bien souvent, ces modestes parages,
Invisible la nuit, grâce à son noir pelage,
Faisant régner la paix sur la terre et les cieux.

Je suis presque surpris de le voir en ces lieux :
Il est évanescent, c’est peut-être un mirage,
C’est une métaphore évoquant le courage,
C’est un représentant de la grâce de Dieu.

Les gens de mon pays ne le connaissent guère,
Car, sur de tels sujets, ils ont d’autres repères,
Il n’est rien à leurs yeux, pour parler franchement.

Je le sais, je suis vieux, mes rêves sont fragiles,
Mon corps, qui se souvient que sa chair est d’argile,
Ne peut point rajeunir, si ce n’est en dormant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 avril 2016 à 17h27

Rêve de lion
---------------

Le roi des animaux n’en croyait pas ses yeux :
D’invisibles goupils rôdaient dans les parages,
La nuit dissimulant l’azur de leur pelage,
À l’heure où les démons investissent les cieux.

Le monarque est tenté de fuir vers d’autres lieux,
Mais les chemins ouverts lui semblent des mirages ;
Il s’avance pourtant, rassemblant son courage,
Puis il trace sa route, à la grâce de Dieu.

Ce qu’il voit, cependant, ne le rassure guère,
-- Il semble que le monde ait perdu ses repères,
Lui dit une banane, en riant franchement.

-- Je ne suis qu’un rêveur au jugement fragile,
Tel un fol naviguant sur une nef d’argile,
Tel un roi qui voudrait gouverner en dormant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 octobre 2017 à 22h38

Borken (Gertrud Kolmar und Cochonfucius)
——

So zartes Spielwerk hat wohl nur die eine,
Der Königstochter müde Hand, berührt,
Das kühle Silber fröstelnd scharf gespürt
Und wundersam die rotgeäugten Steine,

……..C’est seulement la main lassée de la princesse
…………..Qui put toucher ici l’assemblage subtil ;
………..Sentir alors l’argent froid comme du grésil
…..Et du rouge oeil de pierre estimer la richesse.

Darin ein Gnom zu glastend düstrem Scheine
Vertropften Wollustfunken einst geschürt
Und deren Fruchtschmelz zum Genuß verführt
Wie Kirschen und rubinenfarbne Weine.

……..D’un gnome, à l’intérieur,la translucide adresse
……..Déborde en volupté, mais qui n’a rien de vil :
……..Comme d’un fruit sucré le nectar volatil,
……..Comme le raisin mûr, cerise que l’on presse.

Ein Palisanderkästchen, alt, zerschrammt.
Auf Schloß und Pforte starrt der kleine Leu:
Schon schnappt es über ihn wie Maul und Zähne.

……..La caisse en palissandre, antique et fatiguée,
……..La petite personne aperçoit, intriguée
………..La serrure et la porte à sa vue se fermant.

Nun hockt er sinnend tief im blauen Samt
Und zieht die Pranke an und sinnt aufs neu.
Und hebt das Krönlein zitternd aus der Mähne.

……..Alors il s’accroupit dans la fange azurée
……..Et rumine en son coeur des pensées mesurées,
……..Découronnant son chef en un geste charmant.

https://nouvelleheraldie.blogspot.fr/2017/10/poesie-heraldique-allemande-borken.html

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 octobre 2017 à 11h59

Ambilion de Prusse
-----------------------------

Ce fauve se souvient d’une main de princesse
Qui de son corps flattait l’assemblage subtil ;
D’avoir senti les doigts froid comme du grésil
Et du rouge velours partagé la richesse.

De la fille du roi la translucide adresse
Porte une volupté, mais qui n’a rien de vil :
Comme d’un vin sucré le parfum volatil,
Comme le fruit très mûr, le raisin que l’on presse.

L’ambilion dans sa cage antique et fatiguée,
Regarde tendrement la princesse intriguée,
Puis médite à loisir, ses beaux yeux se fermant.

Alors il s’accroupit sur la toile azurée
Et rumine en son coeur ses amours mesurées,
Jamais il ne sera le vrai prince charmant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 novembre 2018 à 14h18

Sainte Iris
______

Iris, ton univers est la joie de mes yeux,
Quand mon rêve est charmeur, tu es dans les parages;
Si j’aime chez mon chat la douceur du pelage,
Caresser tes cheveux, c’est atteindre les cieux.

Nous nous sommes croisés, déjà, en d’autres lieux,
À mes premiers regards, tu étais un mirage ;
Je me suis approché, rassemblant mon courage,
Pour t’offrir ce poème, à la grâce de Dieu.

Ça fait déjà longtemps, tu ne t’en souviens guère,
Ton visage pour moi est toujours un repère,
Mas je n’ai jamais su le dire franchement.

Tu n’es pas en mon coeur un souvenir fragile ;
Si Rodin avait fait ta statue en argile,
Jamais ne se verrait un objet plus charmant.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сhênе еt lе Rоsеаu

Lа Fоntаinе : Lе Liоn аmоurеuх

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Vаlаdе : Réminisсеnсе

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Étаblissеmеnt d’unе соmmunаuté аu Βrésil (Jасоb)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе bоis, quе mа sаintе Αngеlеttе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе