Jules Tellier


Prière à la Mort


 
Fantôme qui nous dois dans la tombe enfermer,
Mort dont le nom répugne et dont l’image effraie,
Mais qu’à force de crainte on finit par aimer,
Puisque la vie est vaine et que toi seule es vraie ;
 
Ô Mort, qui fais qu’on vit sans but et qu’on est las,
Et qu’on rejette au loin la coupe non goûtée,
Mort qu’on maudit d’abord et dont on ne veut pas,
Mais qu’on appelle enfin quand on t’a méditée ;
 
Ô la peur et l’espoir des âmes, bonne Mort,
Dont le souci nous trouble un temps, et puis nous aide,
Mystérieux écueil où se blottit un port,
Et poison merveilleux où se cache un remède.
 
Ô très bonne aux vaincus et très bonne aux vainqueurs,
Qui sur leurs fronts à tous baises leur cicatrice ;
Ô des douleurs des corps et de celles des cœurs
La sûre guérisseuse et la consolatrice !
 
Puisque tant de ferveur pour toi s’élève en lui
Qu’il veut te préférer à tout, même à l’Aimée,
Sois clémente à l’enfant qui t’invoque aujourd’hui,
Bien qu’il t’ait méconnue et qu’il t’ait blasphémée.
 
Ma haine s’est changée en un amour profond :
Voici croître en mon cœur guéri de ses chimères
L’ennui des voluptés dont on touche le fond
Et le morne dédain des choses éphémères.
 
Vivre dans l’instant n’est que trembler et souffrir.
Songe à l’horrible attente et fais-toi moins tardive !
Il suffit que tu sois pour qu’on veuille mourir :
Le temps laissé par toi ne vaut pas qu’on le vive.
 
Donne-moi le Repos et l’Oubli, les seuls biens !
Endors-moi dans la paix de ta couche glacée !
Mais avant le moment où tu clôras les miens
Ferme les yeux par qui mon âme fut blessée !
 
Périsse avant moi l’Être éphémère et charmant,
Apparence flottant parmi les apparences,
Dont la grâce a troublé mon cœur profondément,
Et par qui j’ai connu de si dures souffrances !
 
Car, dût-elle aussitôt disparaître à son tour
De ce monde où tout n’est que mirage et que leurre,
Quand même pour la vie elle n’aurait qu’un jour,
Et quand pour le plaisir elle n’aurait qu’une heure,
 
Cette heure-là, rien que cette heure, en vérité,
Quand j’y songe un instant, m’est à ce point cruelle
Que je n’en conçois plus même la vanité,
Et qu’à mon cœur jaloux elle semble éternelle.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

Οrléаns : «Соmmе ј’оis quе сhасun dеvisе...»

Lаfоrguе : Εnсоrе сеt аstrе

Dupоnt : Lа Vérоniquе

Lа Fоntаinе : L’Οurs еt lеs Dеuх Соmpаgnоns

Du Βеllау : «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...»

Νоdiеr : Lе Viеuх Μаriniеr

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô fаiblе еsprit, сhаrgé dе tаnt dе pеinеs...» (Du Βеllау)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Εnfin lа bеllе Dаmе оrguеillеusе еt mоndаinе...» (Lа Rоquе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz