Amable Tastu


La Poésie


 

À mademoiselle M.-A. Nodier
   
Enivrons-nous de poésie
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
Elle est un reste d’ambroisie
Qu’aux mortels ont laissé les Dieux.
BÉRANGER


Déjà tu la connais, tu grandis sous son aile,
Jeune enfant aux yeux noirs ; demeure-lui fidèle :
Les fils de l’Hélicon, de leurs plus doux accords,
À tes heureuses mains ont livré les trésors.
Mais toi, brillant rameau d’une tige choisie,
Féconde, et dès longtemps chère à la poésie,
N’as-tu point entendu ses accents immortels ?
N’as-tu point en secret encensé ses autels ?
Oh ! que son culte est pur, que sa voix est puissante,
Quand elle instruit tout bas une muse naissante !
Alors l’ardent espoir d’un succès incertain,
Ou l’inquiet souci d’un avenir lointain,
Sont ignorés encore ; et l’âme qu’elle inspire
Est émue ou calmée au seul son de la lyre.
Tout lui parle, la touche, et fait naître ses chants,
Le réveil d’une fleur, parure de nos champs,
La plainte d’un oiseau, sous l’ombrage égarée,
Les feux tremblants, épars dans la voûte azurée,
Et l’automne, où la terre est prête à s’assoupir,
Où les vents à son deuil mêlent un long soupir,
Et les feuilles des bois, aux premières gelées,
En légers tourbillons dans les airs envolées.
Vagues émotions, doux et rêveurs loisirs,
Le poète chérit vos innocents plaisirs !
C’est alors que parfois, au souffle de la muse,
Apparaît tout à coup une image confuse ;
Sa beauté, par degrés dévoilée à nos yeux,
Se revêt mollement d’un vers harmonieux,
Et la rime bientôt, sonore et cadencée,
S’éveille, et sans effort s’enchaîne à la pensée.
Qu’il est doux de sentir le mètre obéissant
Environner, saisir, presser d’un mot puissant
Un son parti du cœur, une note attendue,
Mais que, l’oreille encor n’avait pas entendue !
Jeune fille, à ces mots tu souris, je le vois ;
Sans plier ton esprit à de bizarres lois,
D’un langage inspiré tu connaîtras l’ivresse :
De poétiques fleurs couronnent ta jeunesse,
Mais une main plus chère a su te les cueillir :
Des travaux paternels tu peux t’enorgueillir.
Toi qui des monts d’Écosse as gardé la mémoire,
Et du lutin d’Argail sais la touchante histoire,
Le charme des succès ne t’est point étranger ;
Mais tu l’auras goûté sans peine et sans danger.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе