Amable Tastu


La Poésie


 

À mademoiselle M.-A. Nodier
   
Enivrons-nous de poésie
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
Elle est un reste d’ambroisie
Qu’aux mortels ont laissé les Dieux.
BÉRANGER


Déjà tu la connais, tu grandis sous son aile,
Jeune enfant aux yeux noirs ; demeure-lui fidèle :
Les fils de l’Hélicon, de leurs plus doux accords,
À tes heureuses mains ont livré les trésors.
Mais toi, brillant rameau d’une tige choisie,
Féconde, et dès longtemps chère à la poésie,
N’as-tu point entendu ses accents immortels ?
N’as-tu point en secret encensé ses autels ?
Oh ! que son culte est pur, que sa voix est puissante,
Quand elle instruit tout bas une muse naissante !
Alors l’ardent espoir d’un succès incertain,
Ou l’inquiet souci d’un avenir lointain,
Sont ignorés encore ; et l’âme qu’elle inspire
Est émue ou calmée au seul son de la lyre.
Tout lui parle, la touche, et fait naître ses chants,
Le réveil d’une fleur, parure de nos champs,
La plainte d’un oiseau, sous l’ombrage égarée,
Les feux tremblants, épars dans la voûte azurée,
Et l’automne, où la terre est prête à s’assoupir,
Où les vents à son deuil mêlent un long soupir,
Et les feuilles des bois, aux premières gelées,
En légers tourbillons dans les airs envolées.
Vagues émotions, doux et rêveurs loisirs,
Le poète chérit vos innocents plaisirs !
C’est alors que parfois, au souffle de la muse,
Apparaît tout à coup une image confuse ;
Sa beauté, par degrés dévoilée à nos yeux,
Se revêt mollement d’un vers harmonieux,
Et la rime bientôt, sonore et cadencée,
S’éveille, et sans effort s’enchaîne à la pensée.
Qu’il est doux de sentir le mètre obéissant
Environner, saisir, presser d’un mot puissant
Un son parti du cœur, une note attendue,
Mais que, l’oreille encor n’avait pas entendue !
Jeune fille, à ces mots tu souris, je le vois ;
Sans plier ton esprit à de bizarres lois,
D’un langage inspiré tu connaîtras l’ivresse :
De poétiques fleurs couronnent ta jeunesse,
Mais une main plus chère a su te les cueillir :
Des travaux paternels tu peux t’enorgueillir.
Toi qui des monts d’Écosse as gardé la mémoire,
Et du lutin d’Argail sais la touchante histoire,
Le charme des succès ne t’est point étranger ;
Mais tu l’auras goûté sans peine et sans danger.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе