Amable Tastu


L’Espérance



    .... Hopes like stars but bright to fall.
Miss L. E. LANDON.
Nos espérances ressemblent à ces étoiles qui ne brillent que pour tomber.


Loin de moi, séduisante fée,
Loin de moi ton prisme imposteur !
Trop souvent ton souris menteur
Apaisa ma plainte étouffée.
Pourquoi te plaire à m’égarer,
Pourquoi ces perfides caresses ?
Je ne crois plus à tes promesses,
Non, je ne veux plus espérer.
Les appuis que mon cœur tranquille
Crut opposer aux coups du sort,
Plus faibles qu’un roseau fragile,
Se sont brisés au moindre effort.
Hélas ! la fortune est légère,
L’amitié vaine et passagère
De l’intérêt subit la loi,
Et, dans sa pitié mensongère,
Se rit de la crédule foi.
Dans les rêves de la jeunesse
L’ombre du bonheur nous séduit ;
Sur tes pas, trompeuse déesse,
Nous croyons l’atteindre sans cesse,
Et le repos même nous fuit.
Mais à peine un malheur menace,
On t’invoque, ta main efface
Le soudain effroi qu’il produit ;
Nous n’osons regarder l’abîme ;
Ainsi qu’une lâche victime
Pâlit à l’aspect du bourreau,
Et dans la liqueur enivrante
Offerte à sa lèvre mourante
Boit l’oubli du fatal couteau.
Trop longtemps tu m’as abusée ;
De l’espoir d’une route aisée
Tu flattas mon naissant orgueil,
Et ma barque aux flots exposée
Toujours a rencontré l’écueil.
Fuis donc, perfide enchanteresse,
Fuis, et ne crois plus m’égarer :
Je puis braver ta folle ivresse,
Non, je ne veux plus espérer !
Doux chants, mélodieux délire,
Charme secret de mes beaux ans,
C’est méconnaître votre empire,
Hélas ! qu’attirer sur la lyre
Le regard distrait des passants.
De votre douceur solitaire
Pourquoi révéler le mystère ?
Ou, sur la foi de l’avenir,
Dédaigner les biens qu’elle donne,
Pour cette inutile couronne
Que je ne puis même obtenir ?
Ainsi chaque riante image
S’évanouit comme un nuage
Au premier caprice des vents ;
Sur un océan sans rivage,
Mes yeux en vain cherchent la plage
Où s’arrêtent les flots mouvants ;
Le temps de ses ailes rapides
Moissonne, stériles et vides,
Des jours qu’il aurait dû parer ;
Chacune des fleurs que je cueille
Sous mes doigts se fane et s’effeuille ;
Non, je ne veux plus espérer !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Сосhоnfuсius sur Αntérоs (Νеrvаl)

De Jаdis sur Lе Сidrе (Νоuvеаu)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе