Hélène Swarth

in Parnasse de la Jeune Belgique, 1889


Rêves d’Enfance


 
Lorsque je reposais, pleine d’un vague espoir,
            Dans les bras de l’enfance,
Que mes yeux pour dormir se fermaient chaque soir
            Sans crainte et sans défense,
 
Que mon sommeil faisait germer des rêves d’or
            Sous mes paupières closes,
Et comme un amoureux me prodiguait encor
            Des perles et des roses,
 
Je vivais à part moi dans un monde enchanté,
            Splendide et solitaire
Qui, si je l’avais su décrire, aurait tenté
            Les heureux de la terre.
 
J’avais des bosquets verts de fleurs et d’oranger,
            Des fruits d’or à chaque arbre,
Des fontaines tombant avec un bruit léger
            Dans leurs vasques de marbre.
 
Un palais dessinant son profil blanc et pur
            Sur le ciel d’un bleu sombre
Et des parois d’albâtre et des salles d’azur
            Et des joyaux sans nombre.
 
Des robes de satin, des jupes de velours
            À riches broderies,
Des manteaux de brocart étincelants et lourds
            De mille pierreries.
 
J’avais des pages blonds, des femmes aux doux yeux,
            Tous plus beaux que les anges,
Des oiseaux modulant des chants délicieux
            Sur des rythmes étranges.
 
J’avais de grands jardins paisibles et charmants
            Où s’égarait ma course,
Et des coffres d’or fin remplis de diamants
            Où j’emplissais ma bourse.
 
Partout sur mon passage on se trouvait heureux,
            Car j’ouvrais des mains pleines
Et je faisais pleuvoir mon luxe généreux
            Sur les monts et les plaines.
 
Je montais à la chasse un fringant palefroi
            Aussi blanc que la neige
Et je faisais pâlir l’équipage d’un roi
            Auprès de mon cortège.
 
Et je m’imaginais qu’une fée à l’œil bleu,
            Comme dans un poème,
Avait baisé mon front de ses lèvres de feu,
            Le jour de mon baptême.
 
Retombée aujourd’hui, comme une feuille au vent,
            Dans cette vie amère,
Je te regrette encore et te pleure souvent,
            Enfantine chimère !
 
Viens pour me consoler et noyer mon ennui
            Dans les flots de tes songes,
Et laisse à mon chevet descendre quelque nuit
            Tes féeriques mensonges !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz