Hélène Swarth

in Parnasse de la Jeune Belgique, 1889


Rêves d’Enfance


 
Lorsque je reposais, pleine d’un vague espoir,
            Dans les bras de l’enfance,
Que mes yeux pour dormir se fermaient chaque soir
            Sans crainte et sans défense,
 
Que mon sommeil faisait germer des rêves d’or
            Sous mes paupières closes,
Et comme un amoureux me prodiguait encor
            Des perles et des roses,
 
Je vivais à part moi dans un monde enchanté,
            Splendide et solitaire
Qui, si je l’avais su décrire, aurait tenté
            Les heureux de la terre.
 
J’avais des bosquets verts de fleurs et d’oranger,
            Des fruits d’or à chaque arbre,
Des fontaines tombant avec un bruit léger
            Dans leurs vasques de marbre.
 
Un palais dessinant son profil blanc et pur
            Sur le ciel d’un bleu sombre
Et des parois d’albâtre et des salles d’azur
            Et des joyaux sans nombre.
 
Des robes de satin, des jupes de velours
            À riches broderies,
Des manteaux de brocart étincelants et lourds
            De mille pierreries.
 
J’avais des pages blonds, des femmes aux doux yeux,
            Tous plus beaux que les anges,
Des oiseaux modulant des chants délicieux
            Sur des rythmes étranges.
 
J’avais de grands jardins paisibles et charmants
            Où s’égarait ma course,
Et des coffres d’or fin remplis de diamants
            Où j’emplissais ma bourse.
 
Partout sur mon passage on se trouvait heureux,
            Car j’ouvrais des mains pleines
Et je faisais pleuvoir mon luxe généreux
            Sur les monts et les plaines.
 
Je montais à la chasse un fringant palefroi
            Aussi blanc que la neige
Et je faisais pâlir l’équipage d’un roi
            Auprès de mon cortège.
 
Et je m’imaginais qu’une fée à l’œil bleu,
            Comme dans un poème,
Avait baisé mon front de ses lèvres de feu,
            Le jour de mon baptême.
 
Retombée aujourd’hui, comme une feuille au vent,
            Dans cette vie amère,
Je te regrette encore et te pleure souvent,
            Enfantine chimère !
 
Viens pour me consoler et noyer mon ennui
            Dans les flots de tes songes,
Et laisse à mon chevet descendre quelque nuit
            Tes féeriques mensonges !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

Μаllеvillе : Lеs Sоuсis еt dеs Ρеnséеs

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Gibiеr divin (Lоuÿs)

De Jаdis sur Lе Vоlеur (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «L’étоilе dе Vénus si brillаntе еt si bеllе...» (Μаllеvillе)

De Jаdis sur Ρаrоlе dе Sосrаtе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur «L’Οmbrе аssоurdit lе fluх...» (Viviеn)

De Jаdis sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz