Hélène Swarth

in Parnasse de la Jeune Belgique, 1889


Rêves d’Enfance


 
Lorsque je reposais, pleine d’un vague espoir,
            Dans les bras de l’enfance,
Que mes yeux pour dormir se fermaient chaque soir
            Sans crainte et sans défense,
 
Que mon sommeil faisait germer des rêves d’or
            Sous mes paupières closes,
Et comme un amoureux me prodiguait encor
            Des perles et des roses,
 
Je vivais à part moi dans un monde enchanté,
            Splendide et solitaire
Qui, si je l’avais su décrire, aurait tenté
            Les heureux de la terre.
 
J’avais des bosquets verts de fleurs et d’oranger,
            Des fruits d’or à chaque arbre,
Des fontaines tombant avec un bruit léger
            Dans leurs vasques de marbre.
 
Un palais dessinant son profil blanc et pur
            Sur le ciel d’un bleu sombre
Et des parois d’albâtre et des salles d’azur
            Et des joyaux sans nombre.
 
Des robes de satin, des jupes de velours
            À riches broderies,
Des manteaux de brocart étincelants et lourds
            De mille pierreries.
 
J’avais des pages blonds, des femmes aux doux yeux,
            Tous plus beaux que les anges,
Des oiseaux modulant des chants délicieux
            Sur des rythmes étranges.
 
J’avais de grands jardins paisibles et charmants
            Où s’égarait ma course,
Et des coffres d’or fin remplis de diamants
            Où j’emplissais ma bourse.
 
Partout sur mon passage on se trouvait heureux,
            Car j’ouvrais des mains pleines
Et je faisais pleuvoir mon luxe généreux
            Sur les monts et les plaines.
 
Je montais à la chasse un fringant palefroi
            Aussi blanc que la neige
Et je faisais pâlir l’équipage d’un roi
            Auprès de mon cortège.
 
Et je m’imaginais qu’une fée à l’œil bleu,
            Comme dans un poème,
Avait baisé mon front de ses lèvres de feu,
            Le jour de mon baptême.
 
Retombée aujourd’hui, comme une feuille au vent,
            Dans cette vie amère,
Je te regrette encore et te pleure souvent,
            Enfantine chimère !
 
Viens pour me consoler et noyer mon ennui
            Dans les flots de tes songes,
Et laisse à mon chevet descendre quelque nuit
            Tes féeriques mensonges !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоuvillе : Lа Sоlitudе dеs fеmmеs

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Βruаnt : À Grеnеllе

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...»

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Сlоwn dе l’irоniе (Gоudеаu)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ρоur lе rеtоur du Sоlеil hоnоrеr...» (Lаbé)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz