Sully Prudhomme


La Chanson de l’air


 
À l’Air, le dieu puissant qui soulève les ondes
            Et fouette les hivers,
 
À l’Air, le dieu léger qui rend les fleurs fécondes
            Et sonores les vers,
 
Salut ! C’est le grand dieu dont la robe flottante
            Fait le ciel animé ;
 
Et c’est le dieu furtif qui murmure à l’amante :
            « Voici le bien-aimé. »
 
C’est lui qui fait courir le long des oriflammes
            Les frissons belliqueux,
 
Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
            Le ruban des cheveux.
 
C’est par lui que les eaux vont par lourdes nuées
            Rafraîchir les moissons,
 
Qu’aux lèvres des rêveurs s’élèvent remuées
            Les senteurs des buissons.
 
Il berce également l’herbe sur les collines,
            Les flottes sur les mers ;
 
C’est le breuvage épars des feuilles aux poitrines,
            L’esprit de l’univers.
 
Il va, toujours présent dans son immense empire
            En tous lieux à la fois,
 
Renouveler la vie à tout ce qui respire,
            Hommes, bêtes et bois ;
 
Et dans le froid concert des forces éternelles
            Seul il chante joyeux,
 
Errant comme les cœurs, libre comme les ailes,
            Et beau comme les yeux !
 

Stances et Poèmes, 1865

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2012 à 12h16

C’est l’amitié qui fait, dans sa bonté profonde,
           Qu’on n’a pas froid l’hiver.

Et c’est elle qui rend la parole féconde
           Et flamboyants les vers.

C’est elle qui nous guide en cette vie flottante
           En ce monde animé.

C’est par elle qu’un coeur se souvient d’une amante :
            Ou d’un coeur bien-aimé.

C’est elle qui fait battre au gré des oriflammes
           Les regards belliqueux

Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
           Les algues des cheveux.

Par elle, les chagrins sont en lourdes nuées
           Livrés à la moisson.

Les phrases d’un ami nous viennent, remuées,
           Comme autant de frissons.

L’amitié nous conduit sur les noires collines
           Ou sur la vaste mer.

C’est le murmure ardent de la source divine,
           L’esprit de l’univers.

C’est la joie qui grandit dans son immense empire,
           En tous lieux à la fois,

Redonnant la confiance à tout ce qui respire,
           Et à tout ce qui voit.

Et dans le froid concert des forces éternelles,
           Porter un chant joyeux,

Sautant comme un danseur, vibrant comme des ailes,
           Et beau comme des yeux !

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе