Sully Prudhomme

Stances et Poèmes, 1865


La Chanson de l’air


 
À l’Air, le dieu puissant qui soulève les ondes
            Et fouette les hivers,
 
À l’Air, le dieu léger qui rend les fleurs fécondes
            Et sonores les vers,
 
Salut ! C’est le grand dieu dont la robe flottante
            Fait le ciel animé ;
 
Et c’est le dieu furtif qui murmure à l’amante :
            « Voici le bien-aimé. »
 
C’est lui qui fait courir le long des oriflammes
            Les frissons belliqueux,
 
Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
            Le ruban des cheveux.
 
C’est par lui que les eaux vont par lourdes nuées
            Rafraîchir les moissons,
 
Qu’aux lèvres des rêveurs s’élèvent remuées
            Les senteurs des buissons.
 
Il berce également l’herbe sur les collines,
            Les flottes sur les mers ;
 
C’est le breuvage épars des feuilles aux poitrines,
            L’esprit de l’univers.
 
Il va, toujours présent dans son immense empire
            En tous lieux à la fois,
 
Renouveler la vie à tout ce qui respire,
            Hommes, bêtes et bois ;
 
Et dans le froid concert des forces éternelles
            Seul il chante joyeux,
 
Errant comme les cœurs, libre comme les ailes,
            Et beau comme les yeux !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2012 à 12h16

C’est l’amitié qui fait, dans sa bonté profonde,
           Qu’on n’a pas froid l’hiver.

Et c’est elle qui rend la parole féconde
           Et flamboyants les vers.

C’est elle qui nous guide en cette vie flottante
           En ce monde animé.

C’est par elle qu’un coeur se souvient d’une amante :
            Ou d’un coeur bien-aimé.

C’est elle qui fait battre au gré des oriflammes
           Les regards belliqueux

Et qui fait voltiger sur le cou blanc des femmes
           Les algues des cheveux.

Par elle, les chagrins sont en lourdes nuées
           Livrés à la moisson.

Les phrases d’un ami nous viennent, remuées,
           Comme autant de frissons.

L’amitié nous conduit sur les noires collines
           Ou sur la vaste mer.

C’est le murmure ardent de la source divine,
           L’esprit de l’univers.

C’est la joie qui grandit dans son immense empire,
           En tous lieux à la fois,

Redonnant la confiance à tout ce qui respire,
           Et à tout ce qui voit.

Et dans le froid concert des forces éternelles,
           Porter un chant joyeux,

Sautant comme un danseur, vibrant comme des ailes,
           Et beau comme des yeux !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Lаfоrguе : Νоblеs еt tоuсhаntеs divаgаtiоns sоus lа Lunе

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Αmbitiоn (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе