Marc Stéphane

(1870-1944)

D’autrеs pоèmеs :

Évосаtiоn

Un pеu d’аubе

 

 

Marc Stéphane

Savants devis et joyeux rythmes d’un buveur de soleil, 1894


Le Larron d’amour

En le bois d’amour où chante la brise, sous un fourré d’alise aux ramures d’argent,

Sournois et tapis, et l’œil aux écoutes, au bord de la route, guette doucement le larron d’amour.

 

Les pins se balancent, dominant la plaine, d’étranges parfums,

L’agonie des fleurs ! hante le feuillage, et trouble les nids, et trouble les cœurs !...

Et la bruyère bleue a de grands frissons !

 

Ah ! pauvre fillette, qui s’en vient par là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

Le larron d’amour a vu la fillette, qui s’en vient, simplette, et de fleurs parée.

Il a, le mauvais, dessous sa moustache un malin sourire, et la bouche ardente, saluant très bas :

 

— Hé ! joli minois, de ce pas léger, jupe retroussée et mignons souliers, où donc allez-vous ?

— Je m’en vais, monsieur, suivant le chemin, sous le bois joli écouter les nids, écouter mon cœur !

 

— Mais pourquoi, m’amie, de si grands soupirs, et ces yeux noyés de vague langueur !

— C’est parce que mon cœur est dans l’inquiétude !

— Un vilain chagrin ?...

— Depuis ce matin, il est plein de choses tendres et confuses, il voudrait s’ouvrir, et l’essor lui manque, et ces grands soupirs... ce sont des baisers qui voudraient aller...

— Où ?

— Je ne sais... Ah ! je suis bien seule !...

— Bon, nous serons deux !

 

Le larron d’amour l’a prise à la taille, d’un geste si doux, qu’elle fait la moue :

— Quoi donc ?

— Hé, monsieur, dit-elle, vous vous permettez des choses... qui sont un peu bien osées...

 

Mais l’étreinte soudain devient plus farouche, et d’un baiser lent il savoure sa bouche, si bien que l’enfant n’ose plus bouder.

 

Sur les feuilles hantées d’un Rêve qui prie l’onde de lumière ruisselle et s’épand.

Le fourré d’alise, qu’entrouvre la brise, offre aux sourds désirs ses ramures d’argent.

 

Ah ! pauvre fillette qui s’en venait là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

— M’amie ? Qu’est-ce donc, qui palpite-là, sous la gorgerette de beau satin blanc ?

— Ah ! monsieur, laissez la croix de maman, ma belle croix d’or, gage de ma foi !

 

— M’amie ? Qu’avez-vous, dessous ce corsage, qui halète et chante un si doux ramage ?

— J’ai, dit-elle, un cœur qui rit et qui pleure !

— Je veux d’un baiser vous le consoler !

— Sur mes lèvres ?

— C’est vous offenser ?... Alors, tenez, là, sur la rose tendre de ce sein de neige qui fait sa prison...

— Ah ! monsieur, dit-elle, il deviendra fol ?

— Bon, d’autres baisers lui rendront raison !

 

Ah ! pauvre fillette, qui s’en venait là, le cœur tourmenté, tendrement rêver !

 

— M’amie ? Qu’avez-vous dessous cette robe dont la soie chatoie, irritant mes doigts ?

— J’ai mon frais jupon, et ma chemisette en point d’Alençon... Mais... que voulez-vous ?

— Rien !..... Voir tout simplement ta chemisette en point d’Alençon, et ton frais jupon, m’amie !

 

— Oh ! finissez-donc ! Votre main, monsieur... Ah ! que faites-vous ? Vous me bousculez ? Oh ! cessez, cessez, car j’entends du bruit !

 

— Du bruit ? C’est le vent qui passe, m’amie !

— Non, je vous assure, car je vois, monsieur...

— Hé ! quoi donc ? L’oiseau dans les airs ? Ah ! je vois, dit-elle, la feuille à l’envers !...

 


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Un pеu dе mеrdе еt dе frоmаgе...»

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе vеuх соmpаrеr tеs bеаutés à lа Lunе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz