de Sigogne


Louanges de Macette


 
Belle et savoureuse Macette,
Vous êtes si gente et doucette,
Et avez si doux le regard,
Que si vos vertus et mérites
N’étaient en mes œuvres décrites,
Je croirais mériter la hard.
 
Oui, je croirais qu’on me dût pendre,
Si je ne m’efforçais de rendre,
Avec de doubles intérêts,
Votre nom autant en estime,
Au mont des Muses, par ma rime,
Comme il l’est dans les cabarets.
 
Puis, votre amour qui s’abandonne,
Ne refusa jamais personne,
Tant elle est douce à l’amitié.
Aucun respect ne vous retarde ;
Et fût-il crieur de moutarde,
Vous en avez toujours pitié.
 
Votre poil, que le temps ne change,
Est aussi doré qu’une orange,
Et plus qu’un chardon, frisotté ;
Et votre tresse non confuse
Semble à ces mêches d’arquebuse
Qu’un Cadet porte à son côté.
 
Votre face est plus reluisante
Que n’est une table d’attente
Où l’on assied de la couleur ;
Et votre œil a telle étincelle
Que le Soleil n’est, auprès d’elle,
Qu’un cierge de la Chandeleur.
 
La Muse autour de votre bouche,
Volant ainsi comme une mouche,
De miel vous embrène le bec :
Et vos paroles non pareilles
Résonnent doux à nos oreilles
Comme les cordes d’un rebec.
 
Vénus, autour de vos œillades,
En cotte, fait mille gambades,
Et les Amours, comme poussins,
Ou comme oisons hors de la mue
Qui ont mangé de la cigüe,
Semblent danser les matassins.
 
Les Graces, d’amour échauffées,
Nu pieds, sans Jupe, et décoiffées,
Se tiennent toutes par la main ;
Et, d’une façon sadinette,
Se branlent à l’escarpolette
Sur les Ondes de votre sein.
 
Votre œil, chaud à la picorée,
L’ébat de Vénus la dorée,
Ne laisse rien passer sans flux ;
Et votre mine de poupée
Prend les esprits à la pipée,
Et les appétits à la glu.
 
Je ne m’étonne donc, Macette,
Étant si gente et si doucette,
Votre œil si saint et si divin,
Si vous avez tant de pratique,
Et s’il n’est Courtaud de Boutique
Qui chez vous ne prenne du vin.
 
Car, sans nulle miséricorde,
Je serais digne de la corde,
Si d’un captice fantastic
Je n’allais chantant vos louanges,
Priant Dieu, les Saints, et les Anges,
Qu’ils vous conservent au Public.
 
Ce n’est pas pourtant qu’il me chaille,
Que chez vous la vendange faille ;
Mais je craindrais dorénavant
Que votre vin, qui se disperse,
Vu le long-temps qu’il est en perce,
Se sentît un peu de l’évent.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Gibiеr divin (Lоuÿs)

De Jаdis sur Lе Vоlеur (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz