Louisa Siefert



Vivat et Te Deum ! c’est le couronnement
            De cet admirable édifice.
Le rapt a commencé, puis vient l’égorgement :
            — « Il faut qu’on en finisse ? »
 
L’esclave, après vingt ans, s’éveillait et vivait ;
            Pensive, elle disait : — « Je souffre ! »
Pour en avoir raison, cette fois on devait
            La jeter dans le gouffre.
 
Avec un peu de gloire on tenait le moyen,
            (Gloire ou gloriole, n’importe !)
Et l’on se promettait de l’en griser si bien,
            Qu’elle en fût ivre-morte.
 
Alors en la berçant de sonores discours,
            Comme cette folle en écoute,
On la lierait de nœuds souples, fermes et courts,
            Qui la livreraient toute.
 
On l’enterrerait vive, et pendant qu’elle dort
            On rebâtirait sur sa tombe
L’édifice ébranlé par le dernier effort
            Auquel elle succombe.
 
— Mais le pied du bandit a glissé ; mais sa main
            Tâtonne ; mais sa voix s’enroue ;
Mais devant lui le sang qui remplit le chemin
            En a fait de la boue.
 
Mais derrière lui, sombre et fatal, son passé
            Le repousse dans cette lutte,
Et son dernier exploit tant de fois annoncé,
            Précipite sa chute.
 
Et la France regarde avec un œil d’effroi
            Ce charnier aux terreurs funèbres,
Donc il voulait lui faire à jamais sous sa loi
            Un lit dans les ténèbres.
 
— Oh ! n’est-ce pas qu’enfin tu te rebelleras,
            Fière, superbe et si meurtrie,
Et qu’à la liberté tu vas rouvrir tes bras,
            Ô ma mère, ô Patrie !
 

25 août 1870.

Les Saintes Colères, 1871

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе vеuх соmpаrеr tеs bеаutés à lа Lunе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе