Lazare de Selve


Sur l’Évangile du Navire de Saint Pierre


 
Ton Église, Seigneur, est le vaisseau sur mer,
Tu es le vrai pilote, et provident et sage ;
La foi en est le mât, charité le cordage,
Et l’ancre un saint espoir, qui nous vient animer.
 
Les pasteurs, matelots, ne cessent de ramer,
Le monde est cette mer toute enflée d’orage,
Les erreurs sont les vents, la tempête, et la rage,
Et semble qu’elle soit en danger d’abîmer.
 
Mais toi, ô vrai Neptune, ô tout-puissant Éole,
Avecques le vent fort de ta sainte parole,
Avecques ton trident, la sainte Trinité,
 
Apaise tous ces flots, et les change en bonace,
Et conduis cette nef à ton havre de grâce,
À ce port bienheureux de ta sainte cité.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 23 novembre 2016 à 16h16

Dynastie impériale et royale
----------------------------------

Servis par des milliers de chevaliers armés,
Nous tenons ce pays, conseillés par des sages
Qui ont reçu de nous leur terre en apanage ;
Nul menaçant voisin ne nous peut alarmer.

Les galériens, pour nous, ne cessent de ramer ;
Les marchands vont en mer sans craindre les orages,
Les montagnards patients bâtissent des barrages,
La Sainte Confrérie nourrit les affamés.

Les moulins vont leur train, par la grâce d’Éole,
Le rhapsode à la cour dit de belles paroles,
Le peuple vit sa vie dans la fraternité;

Mais tout ce qui et bon, le vulgaire s’en lasse ;
Qui sait si, dans dix ans, nous resterons en place ?
Sur notre impermanence, il nous faut méditer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 juillet 2022 à 12h29

Ancre d’or et de sinople
---------

Je connais le navire, il est mon bien-aimé,
Les marins sont charmants, le capitaine est sage ;
Jamais tu ne verras un plus bel équipage,
Jamais plus beau vaisseau tu ne pourras armer.

Tu vois que, sur le pont, tout est bien arrimé,
Que le journal du bord est dans un beau langage ;
En ordre et sans trembler nous faisons ce voyage,
Nous sommes les meilleurs (ce n’est pas pour frimer).

Qu’importent les propos de la sirène folle ?
Je ne crains nullement les caprices d’Éole ;
Je sais qu’on m’apprécie pour ma solidité.

Quand il nous faut cesser de parcourir l’espace,
J’agrippe mon cordage et la nef reste en place ;
Mon poste en aucun cas je ne saurais quitter.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz