Victor Segalen

Stèles, 1912


Les trois hymnes primitifs

Les trois hymnes primitifs que les trois Régents avaient nommés : Les Lacs, l’Abîme, Nuées, sont effacés de toutes les mémoires. Qu’ils soient ainsi recomposés :

 

Les Lacs

 

Les lacs, dans leurs paumes rondes noient le visage du Ciel :

 

J’ai tourné la sphère pour observer le Ciel.

 

Les lacs, frappés d’échos fraternels en nombre douze :

 

J’ai fondu les douze cloches qui fixent les tons musicaux.

 

o

 

Lac mouvant, firmament liquide à l’envers, cloche musicale,

 

Que l’homme recevant mes mesures retentisse à son tour sous le puissant Souverain-Ciel.

 

Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : les Lacs.

 

L’abîme

 

Face à face avec la profondeur, l’homme, front penché, se recueille.

 

Que voit-il au fond du trou caverneux ? La nuit sous la terre, l’Empire d’ombre.

 

o

 

Moi, courbé sur moi-même et dévisageant mon abîme, – ô moi ! – je frissonne,

 

Je me sens tomber, je m’éveille et ne veux plus voir que la nuit.

 

Les nuées

 

Ce sont les pensées visibles du haut et pur Seigneur-Ciel.

 

Les unes compatissantes, pleines de pluie. Les autres roulant leurs soucis, leurs justices et leurs courroux sombres.

 

o

 

Que l’homme recevant mes largesses ou courbé sous mes coups connaisse à travers moi le Fils les desseins du Ciel ancestral.

 

Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : Nuées.


Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 4 mai 2020 à 12h40

Trinité nonchalante
__________

Nous trouvons en ce lieu trois arbres chargés d’ans,
Au bord d’un lac paisible où se jette une eau vive;
L’un d’eux apprend un hymne aux oiseaux de la rive,
Qu’accompagne aujourd’hui le tonnerre grondant.

Le deuxième médite, un abîme sondant,
Il semble se complaire en des heures oisives ;
Je n’ai point là-dessus d’opinion décisive,
Je regarde frémir son feuillage abondant.

Le troisième entretient une sorte d’ivresse
En recevant du ciel une eau qui le caresse,
Et tout au long du jour en extase est plongé.

Au sujet de ces trois furent écrits des contes
Ainsi que des sonnets (plus beaux que ceux d’Oronte),
Sur quelques parchemins que le temps a rongés.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Th. de Viau le 4 mai 2020 à 16h36

Voir aussi

http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=viau/ton-orgueil-peut-durer-au-plus-deux-ou-trois-ans

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 mai 2020 à 16h40

.


Une étonnante rencontre.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 septembre 2020 à 12h14

Trois couronnes héréditaires
---------------

Du roi de Frépillon, monarque décadent,
Le joli pantalon s’orne de couleurs vives ;
Il offre, en ayant bu, sa couronne aux convives,
Qui refusent toujours, d’ailleurs, c’est plus prudent.

Le roi de Garabagne a deux grands chiens grondants,
Mais ce ne sont vraiment que des bêtes craintives ;
Leur âme a peur, souvent, de se montrer fautive,
Ce qui leur donnerait des remords abondants.

Le roi de Milpodvah, il baigne dans l’ivresse,
D’une noble odalisque il reçoit les caresses ;
À la prochaine coupe il préfère songer.

Chacun peut se tenir sur son trône sans honte,
Le peuple est indulgent pour ces braves gérontes ;
Dans leurs menus plaisirs ils se peuvent plonger.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 septembre 2020 à 12h18

Trois couronnes héréditaires   (retouche)
---------------

Du roi de Frépillon, monarque décadent,
Le joli pantalon s’orne de couleurs vives ;
Il offre, en ayant bu, sa couronne aux convives,
Qui refusent toujours, d’ailleurs, c’est plus prudent.

Le roi de Garabagne a deux grands chiens grondants,
Mais ce ne sont vraiment que des bêtes craintives ;
Leur âme a peur, souvent, de se montrer fautive,
Ce qui leur donnerait des remords abondants.

Le roi de Milpodvash, il baigne dans l’ivresse,
D’une noble odalisque il reçoit les caresses ;
À la prochaine coupe il préfère songer.

Chacun peut se tenir sur son trône sans honte,
Le peuple est indulgent pour ces braves gérontes ;
Dans leurs menus plaisirs ils se peuvent plonger.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 avril 2021 à 13h46

Trinité inconnaissable
---------------

Triplement  ignoré de votre père Adam,
Je ne suis qu’un trio d’hypostases fictives ;
Je suis, dans le Cosmos, une force inactive
Comme dans vos palais sont les rois décadents.

Je ne m’exprime point en signes transcendants,
Je n’envoie nul tonnerre à des foules craintives ;
N’inspirant nul prophète aux paroles plaintives,
Je n’exerce sur vous pas le moindre ascendant.

Vous ne me prendrez pas pour le dieu de l’ivresse,
Tout juste, à la rigueur, celui de la paresse ;
Et me faire une offrande, il n’y faut pas songer.

Je sais que je suis Dieu, c’est cela seul qui compte,
Mais un dieu solipsiste, en faut-il avoir honte?
Je ne répondrai point, c’est mon jour de congé.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur dеmаndеr unе étоilе

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Ρhоquе (Hеrvillу)

De Сосhоnfuсius sur «Τаndis quе је mе plаins, à l’оmbrе dе сеs bоis...» (Μаgnу)

De Jаdis sur «Ρоur vоus sеrvir...» (Vоiturе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrаins (Vеrhаеrеn)

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе