Anaïs Ségalas

(1819-1895)

Un autrе pоèmе :

Lеs Μоrts

 

 

Anaïs Ségalas

Enfantines, 1845


Bertile


 
Voici que ma maison est vivante et folâtre,
              Et que Dieu l’aperçoit ;
L’oiseau du paradis, le bonheur, vient s’abattre
              Et chanter sur mon toit.
Hier, dans mon jardin, une fleur est éclose
              Sur le plus frais rosier ;
Hier un bel enfant, autre céleste rose,
              Est né dans mon foyer.
 
Bonjour, petit enfant, petit roseau qui penches,
              Bonjour, mon diamant ;
Dis, ma Bertile, dis, colombe aux plumes blanches,
              Qui viens du firmament,
Quels dons as-tu reçus de Jésus, de sa mère,
              De l’ange Gabriel,
Qui t’ouvrirent en pleurs, pour t’envoyer sur terre,
              Les portes d’or du ciel ?
 
Gabriel t’a donné ce qui fait son essence,
              L’angélique douceur ;
Puis, sans doute, il a mis sa robe d’innocence
              À sa petite sœur,
Sa couronne de lys, belle entre les plus belles.
              Oui, pour lui ressembler,
Prends sa robe de lin ; mais ne prends pas ses ailes,
              Tu pourrais t’envoler !
 
Jésus t’a dit : « À toi la piété, mon ange,
              Oh ! sur terre, aime-moi !
Car je fus un enfant tout chétif dans son lange,
              Fragile comme toi.
Aussi, toujours je veille et couvre de mon aile
              Tous les pauvres petits,
Et tous les nouveau-nés ont dans leur berceau frêle
              Les clefs du paradis.
 
« Oh ! tu n’auras pas, toi, ma crèche et mon empire !
              Nul mage ne viendra
T’apporter d’Orient l’or, l’encens et la myrrhe ;
              On ne te donnera
Que des baisers ; mais, va, l’or et la perle fine,
              Qui pourraient te peser,
Au front d’un nouveau-né ne vont pas, ma divine,
              Aussi bien qu’un baiser. »
 
Et la Vierge t’a dit : « Sois pure, sois limpide,
              Du front jusques au cœur.
Mais vois-tu, mon enfant, savoir qu’on est candide,
              C’est perdre sa candeur ;
Aussi tu seras pure, ô ma douce colombe,
              Sans t’en apercevoir :
Le lys de la vallée et la neige qui tombe
              Sont blancs sans le savoir. »
 
Si j’avais été là, dans le ciel de lumière
              D’où l’enfant descendit,
Moi, j’aurais fait un vœu profane, un vœu de mère ;
              Tout haut, j’aurais bien dit :
Vierge, vous êtes sainte, oh ! mettez-lui dans l’âme
              Candeur et pureté !
Mais j’aurais dit tout bas : Vierge, vous êtes femme,
              Donnez-lui la beauté !
 
Merci, vous m’exaucez, ma fille est déjà belle !
              Je l’admire et j’attends.
Tout germe, tout sourit, et tout est frais en elle
              Et couleur du printemps.
Bouche en fleur, peau de soie, à la teinte vermeille,
              Longs yeux noirs et jolis,
Tout est dans ce berceau : n’est-ce pas la corbeille
              Où fleurit mon beau lys !
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 10 juillet 2021 à 14h00


Quinze ans après
------------------------

Mais la fille grandit. Ainsi marche le monde ;
              Et à la puberté,
Elle devint chiante, et se teignit en blonde,
              Notez l’absurdité.
Elle affectait déjà des poses de pimbêche,
              Gloussante et l’œil en biais,
Se tartinait de rouge et se faisait des mèches
              Pour aguicher les niais.
 
Elle se trémoussait sur des rythmes pénibles
              De rap ou de techno,
Et ceux qui gémissaient que c’était pas possible,
              Les traitait de péqu’nots.
Ses sottes opinions étaient définitives,
              Elle avait tout compris ;
Sa croupe inexercée, quoique décorative,
              Lui tenait lieu d’esprit.
 
Elle allait désormais, vissée à son iphone,
              Sans rien voir alentour,
Icône inconsistante au milieu d’une faune
              Amorphe de gros lourds.
Béate, elle comptait ses ardents followers
              Le soir, sur Instagram ;
Et vous eussiez voulu, à votre époque, faire
              Pareillement, Madame.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Siсаud : Lе Сhеmin dе sаblе

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Τоulеt : «Νе сrаins pаs quе lе Τеmps...»

Τоulеt : «Οn dеsсеndrаit, si vоus l’оsiеz...»

Siсаud : Μédесins

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Lаfоrguе : Lеs Αprès-midi d’аutоmnе

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Μауnаrd : «Ρiеrrе qui durаnt sа јеunеssе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi vоus l’аvеz dоnс dit mа сruеllе Βеllоnnе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоуаnt pаr lеs sоudаrds mа mаisоn sассаgéе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Νаturе оrnаnt lа dаmе qui dеvаit...» (Rоnsаrd)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz