Paul Scarron


Réflexion sérieuse de Mr S. sur les murs de Troie


 

Stances


        Phébus a très-bonne raison
De se mettre en métier pour mieux gagner sa vie ;
        Je voudrais qu’il lui prit envie
De bâtir sur Parnasse une bonne maison :
        Elle serait fort de saison ;
        Il est âgé, quoi qu’il en die,
        Et sans l’excès de sa folie
        Il serait déjà tout grison.
 
        Nous logeons tous à découvert :
On n’a jamais bâti, dessus notre Montagne,
        Que de beaux Châteaux en Espagne ;
Cependant un Auteur, dont le front n’est couvert
        Que d’un rameau de Laurier vert,
        Dans le milieu d’une campagne,
        Fût-il au Pays de Cocagne,
        Est mal logé pour son Hiver.
 
        Il est pourtant vrai qu’autrefois
Cette incommodité nous donnait peu de peine
        Lorsque l’eau de notre fontaine
S’achetait chèrement des Princes et des Rois :
        Nous avions lors et vin et bois,
        Dont nous réchauffions notre veine ;
        Et l’on avait la panse pleine
        Pour peu qu’on se rongeât les doigts.
 
        Alors, tout d’une autre façon
Nous faisions raisonner les nerfs de notre Lyre ;
        Lors aussi notre tirelire
Pleine de quarts d’écus rendait bien meilleur son :
        Il n’était de riche garçon
        Qui ne révérât notre Empire,
        Et tout ce qui d’Amour soupire
        Nous payait tribut ou rançon.
 
        Qu’un auteur serait abusé,
Qui croirait maintenant, par ses Vers pleins d’emphase
        Et d’une belle périphrase,
Escroquer un teston du plus mal-avisé !
        L’on est aujourd’hui si rusé,
        Qu’on ne peut plus vendre Pégase :
        Chacun se rit de sa peau rase
        Et de son harnais tout usé.
 
        Crois-moi donc, Rimeur indigent,
Fais un autre métier, il t’y faut bien résoudre ;
        Si tu veux avoir de quoi moudre,
Sors d’entre ces lauriers qui te vont ombrageant ;
        Ce bois sacré n’est pas d’argent,
        Il peut bien te garder du foudre
        Qui réduit toute chose en poudre ;
        Mais non pas des mains d’un sergent.
 
        Regarde les Arts Libéraux
Et comment au travail un chacun d’eux s’applique :
        Tu verras que l’Arithmétique
Travaille incessamment aux comptoirs et bureaux ;
        Tous les jours dedans les Barreaux
        On emploie la Rhétorique :
        Celle qui des Cieux s’alambique
        Nous fait des Almanachs nouveaux.
 
        Regarde enfin le Dieu des Vers :
Quoique communément paresseux on le croie,
        Il n’a point honte qu’on le voie
Travailler aujourd’hui de cent métiers divers :
        Il est Menuisier à Nevers,
        Et pour bâtir les Murs de Troie
        Il quitte son habit de soie,
        Ou du moins le met à l’envers.
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus ruissеаuх, vоus rосhеrs, vоus аntrеs sоlitаirеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе