Paul Scarron


Réflexion sérieuse de Mr S. sur les murs de Troie


 

Stances


        Phébus a très-bonne raison
De se mettre en métier pour mieux gagner sa vie ;
        Je voudrais qu’il lui prit envie
De bâtir sur Parnasse une bonne maison :
        Elle serait fort de saison ;
        Il est âgé, quoi qu’il en die,
        Et sans l’excès de sa folie
        Il serait déjà tout grison.
 
        Nous logeons tous à découvert :
On n’a jamais bâti, dessus notre Montagne,
        Que de beaux Châteaux en Espagne ;
Cependant un Auteur, dont le front n’est couvert
        Que d’un rameau de Laurier vert,
        Dans le milieu d’une campagne,
        Fût-il au Pays de Cocagne,
        Est mal logé pour son Hiver.
 
        Il est pourtant vrai qu’autrefois
Cette incommodité nous donnait peu de peine
        Lorsque l’eau de notre fontaine
S’achetait chèrement des Princes et des Rois :
        Nous avions lors et vin et bois,
        Dont nous réchauffions notre veine ;
        Et l’on avait la panse pleine
        Pour peu qu’on se rongeât les doigts.
 
        Alors, tout d’une autre façon
Nous faisions raisonner les nerfs de notre Lyre ;
        Lors aussi notre tirelire
Pleine de quarts d’écus rendait bien meilleur son :
        Il n’était de riche garçon
        Qui ne révérât notre Empire,
        Et tout ce qui d’Amour soupire
        Nous payait tribut ou rançon.
 
        Qu’un auteur serait abusé,
Qui croirait maintenant, par ses Vers pleins d’emphase
        Et d’une belle périphrase,
Escroquer un teston du plus mal-avisé !
        L’on est aujourd’hui si rusé,
        Qu’on ne peut plus vendre Pégase :
        Chacun se rit de sa peau rase
        Et de son harnais tout usé.
 
        Crois-moi donc, Rimeur indigent,
Fais un autre métier, il t’y faut bien résoudre ;
        Si tu veux avoir de quoi moudre,
Sors d’entre ces lauriers qui te vont ombrageant ;
        Ce bois sacré n’est pas d’argent,
        Il peut bien te garder du foudre
        Qui réduit toute chose en poudre ;
        Mais non pas des mains d’un sergent.
 
        Regarde les Arts Libéraux
Et comment au travail un chacun d’eux s’applique :
        Tu verras que l’Arithmétique
Travaille incessamment aux comptoirs et bureaux ;
        Tous les jours dedans les Barreaux
        On emploie la Rhétorique :
        Celle qui des Cieux s’alambique
        Nous fait des Almanachs nouveaux.
 
        Regarde enfin le Dieu des Vers :
Quoique communément paresseux on le croie,
        Il n’a point honte qu’on le voie
Travailler aujourd’hui de cent métiers divers :
        Il est Menuisier à Nevers,
        Et pour bâtir les Murs de Troie
        Il quitte son habit de soie,
        Ou du moins le met à l’envers.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе