Paul Scarron


Chanson à manger


 
    Quand j’ai bien faim et que je mange
    Et que j’ai bien de quoi choisir,
    Je ressens autant de plaisir
    Qu’en grattant ce qui me démange.
    Cher Ami, tu m’y fait songer :
    Chacun fait des Chansons à boire,
Et moi, qui n’ai plus rien de bon que la mâchoire,
    Je n’en veux faire qu’à manger.
 
    Quand on se gorge d’un potage
    Succulent comme un consommé,
    Si notre corps en est charmé,
    Notre âme l’est bien davantage.
    Aussi Satan, le faux glouton,
    Pour tromper la femme première,
N’alla pas lui montrer du vin ou de la bière,
    Mais de quoi branler le menton.
 
    Quatre fois l’homme de courage
    En un jour peut manger son saoul ;
    Le trop boire peut faire un fou
    De la personne la plus sage.
    A-t-on vidé mille tonneaux,
    On n’a bu que la même chose,
Au lieu qu’en un repas on peut doubler la dose
    De mille différents morceaux.
 
    Quel plaisir lors qu’avec furie,
    Apres la bisque et le rôti,
    D’un entremets bien assorti
    Vient réveiller la mangerie !
    Quand on dévore un bon melon
    Trouve-t-on liqueur qui le vaille ?
Ô cher Ami Potel ! je suis pour la mangeaille :
    Il n’est rien tel qu’être glouton.



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 janvier 2013 à 17h12

Si le ciel de nectar abaissait sa hauteur,
Je voudrais en franchir les portes éternelles
Et manger sur la table où de bons serviteurs
Apportent la pitance avec le plus grand zèle.

Vers le divin pinard ils tournent tous leurs yeux
Le brouillard de l’ivresse emplit leurs douces âmes
Ciel de nectar, alors, tu deviens plusieurs cieux !
Le marcassin sera consumé dans ta flamme.

Ils pensent au jambon, au lard, au cervelas,
Et puis bien sûr à la saucisse de Toulouse,
On dit qu’aucun d’entre eux jamais ne se brûla
Les yeux à la beauté d’amante ou bien d’épouse.

Jamais ils n’ont régi le monde à coups de poings,
Jamais ils n’ont brisé clôture ni muraille,
Tué dessous le ciel de nectar, ils n’ont point.
Rien n’est plus innocent que leurs braves entrailles.

L’hérésiarque lui-même, implacable et jaloux,
Tout rempli d’arrogance en ses haillons de bure,
Sous l’effet du pinard qu’il écluse à genoux,
Adopte une attitude un peu moins triste et dure.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе