Albert Samain

Au jardin de l’infante, 1893


Nuit blanche


 
Cette nuit, tu prendras soin que dans chaque vase
Frissonne, humide encore, une gerbe de fleurs.
Nul flambeau dans la chambre — où tes chères pâleurs
Se noieront comme un rêve en des vapeurs de gaze.
 
Pour respirer tous nos bonheurs avec emphase,
Sur le piano triste, où trembleront des pleurs,
Tes mains feront chanter d’angéliques douleurs
Et je t’écouterai, silencieux d’extase.
 
Tels nous nous aimerons, sévères et muets.
Seul, un baiser parfois sur tes ongles fluets
Sera la goutte d’eau qui déborde des urnes,
 
Ô Sœur ! et dans le ciel de notre pureté
Le virginal Désir des amours taciturnes
Montera lentement comme un astre argenté.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 août 2019 à 11h10

Hibou plumitif
---------------

Cet oiseau rédacteur accumule les phrases
En l’honneur de la lune, à la gloire des fleurs ;
Aimant du parchemin la subtile pâleur
Et de l’astre des nuits les changements de phase.

Il écrit sans recherche, il écrit sans emphase,
Lui dont la noire plume est de rire et de pleurs ;
Il peut même trouver du charme à ses douleurs
Ou revivre en pensée d’improbables extases.

Il chante en travaillant, car il n’est pas muet,
Écouté bien souvent par quelques trolls fluets
Que contemple, la nuit, le regard de Saturne.

Au cours de son sommeil, dans un rêve enchanté,
Il voit vers lui venir la muse taciturne
Qui visite avec lui des lieux peu fréquentés.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 novembre 2019 à 11h07

Lord Owl
----------

Sa devise ancestrale est une courte phrase
Qui au coeur de la nuit fait sourire les fleurs ;
Son plumage arborant une noble pâleur
Est sans nulle arrogance, et dépourvu d’emphase.

Avec la vie nocturne il est toujours en phase,
Son coeur ne connaît point le rire ni les pleurs ;
Lui, maître de son âme et roi de ses ses douleurs,
Accepte le plaisir sans rechercher l’extase.

Ses meilleurs compagnons sont les arbres muets,
La martre délicate et l’écureuil fluet ;
Il ne compte pour dieu que le sombre Saturne.

Dans un tronc, il façonne un palais enchanté
Où vit une dryade aimable et taciturne ;
Déjà, dans leur enfance, ils se sont fréquentés.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 31 janvier 2021 à 13h49

Dauphin tordu
-------

Cet animal s’amuse en imitant nos phrases
Et nous reconnaissons que c’est un beau parleur ;
Ce n’est donc nullement un oiseau de malheur,
C’est un copain d’Ulysse, un proche de Pégase.

Il s’adresse aux poissons, la chose les déphase,
De leur assentiment nul ne voit la couleur ;
Lorsque de la sirène il chante la douleur,
Le crabe est enthousiaste et l’huître est dans l’extase.

Il veut être la voix de ceux qui sont muets
Ou qui n’ont pour parler qu’un organe fluet ;
Il traduit les propos des algues taciturnes.

Le cachalot l’admire, il en est enchanté,
Je les vois partager leurs beuveries nocturnes ;
J’entends les oursins rire et les homards chanter.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 mars 2024 à 12h10

Vestale blanche
----------------

Je ne sais pas faire des phrases,
Mon verbe manque de chaleur ;
Mes prières sont sans valeur,
Je mélange les hypostases.

Je rêve d’un ciel de topaze
Car j’aime bien cette couleur ;
J’invoque, contre ma douleur,
Le bienheureux Père Athanase.

Le Créateur est-il muet ?
Nos rites sont-ils désuets ?
J’y songe, dans la paix nocturne.

J’entends l’hymne désenchanté
D’une prêtresse de Saturne ;
Je n’ai pas envie de chanter.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе brûlе аvес mоn âmе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Si с’еst dеssus lеs еаuх quе lа tеrrе еst prеsséе...» (Spоndе)

De Сосhоnfuсius sur «Μа Dаmе, је mе mеurs аbаndоnné d’еspоir...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе