Albert Samain

[Au jardin de l’infante, augmenté de plusieurs poèmes]


Les Sirènes


 
Les Sirènes chantaient... Là-bas, vers les îlots,
Une harpe d’amour soupirait, infinie ;
Les flots voluptueux ruisselaient d’harmonie
Et des larmes montaient aux yeux des matelots.
 
Les Sirènes chantaient... Là-bas, vers les rochers,
Une haleine de fleurs alanguissait les voiles ;
Et le ciel reflété dans les flots pleins d’étoiles
Versait tout son azur en l’âme des nochers.
 
Les Sirènes chantaient... Plus tendres à présent,
Leurs voix d’amour pleuraient des larmes dans la brise,
Et c’était une extase où le cœur plein se brise,
Comme un fruit mûr qui s’ouvre au soir d’un jour pesant !
 
Vers les lointains, fleuris de jardins vaporeux,
Le vaisseau s’en allait, enveloppé de rêves ;
Et là-bas — visions — sur l’or pâle des grèves
Ondulaient vaguement des torses amoureux.
 
Diaphanes blancheurs dans la nuit émergeant,
Les Sirènes venaient, lentes, tordant leurs queues
Souples, et sous la lune, au long des vagues bleues,
Roulaient et déroulaient leurs volutes d’argent.
 
Les nacres de leurs chairs sous un liquide émail
Chatoyaient, ruisselant de perles cristallines,
Et leurs seins nus, cambrant leurs rondeurs opalines,
Tendaient lascivement des pointes de corail.
 
Leurs bras nus suppliants s’ouvraient, immaculés ;
Leurs cheveux blonds flottaient, emmêlés d’algues vertes,
Et, le col renversé, les narines ouvertes,
Elles offraient le ciel dans leurs yeux étoilés !...
 
Des lyres se mouraient dans l’air harmonieux ;
Suprême, une langueur s’exhalait des calices,
Et les marins pâmés sentaient, lentes délices,
Des velours de baisers se poser sur leurs yeux...
 
Jusqu’au bout, aux mortels condamnés par le sort,
Chœur fatal et divin, elles faisaient cortège ;
Et, doucement captif entre leurs bras de neige,
Le vaisseau descendait, radieux, dans la mort !
 
La nuit tiède embaumait... Là-bas, vers les îlots,
Une harpe d’amour soupirait, infinie ;
Et la mer, déroulant ses vagues d’harmonie,
Étendait son linceul bleu sur les matelots.
 
Les Sirènes chantaient... Mais le temps est passé
Des beaux trépas cueillis en les Syrtes sereines,
Où l’on pouvait mourir aux lèvres des Sirènes,
Et pour jamais dormir sur son rêve enlacé.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеllеаu : «Dоuсе еt bеllе bоuсhеlеttе...»

Fiеfmеlin : «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...»

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Quеlquеfоis, аprès dеs ébаts pоlis...»

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Τаilhаdе : Сhоrègе

Dеspоrtеs : «Rесhеrсhе qui vоudrа lеs аppаrеnts hоnnеurs...»

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Hоmèrе аvаit un сhiеn. Hоmèrе, је suppоsе...» (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur D’unе dаmе јоuаnt du luth (Αuvrау)

De Jаdis sur «Un јоur је vis, dеbоut аu bоrd dеs flоts mоuvаnts...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lе mаrdi à lаudеs : «L’оisеаu vigilаnt nоus révеillе...» (Rасinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе