Albert Samain

Au jardin de l’infante, 1893


L’Indifférent


 
Dans le parc vaporeux où l’heure s’énamoure,
Les robes de satin et les sveltes manteaux
Se mêlent, reflétés au ciel calme des eaux,
Et c’est la fin d’un soir infini qu’on savoure.
 
Les éventails sont clos ; dans l’air silencieux
Un andante suave agonise en sourdine,
Et, comme l’eau qui tombe en la vasque voisine,
L’amour tombe dans l’âme et déborde des yeux.
 
Les grands cils allongés palpitent leurs tendresses ;
Fluides sous les mains s’arpègent les caresses ;
Et là-bas, s’effilant, solitaire et moqueur,
 
L’Indifférent, oh ! las d’Agnès ou de Lucile,
Sur la scène, d’un geste adorable et gracile,
Du bout de ses doigts fins sème un peu de son cœur.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 26 février 2015 à 13h57

D’or à un griffon de gueules.
------------------------------

L’air est d’or. Le griffon de gueules se promène
En proposant son coeur aux ondines des puits.
Celle qui en voudrait, fût-ce pour une nuit,
Serait sur cette terre une vraie souveraine.

Or, son offre n’attire ondine ni sirène ;
L’une, même, se moque en l’appelant « Trop cuit »,
Une autre a beaucoup ri, une troisième a fui.
Le griffon va, portant son grand coeur, et sa peine.

Ce n’est pas aujourd’hui que, pleine de tendresse,
Une amante viendra l’instruire de caresses ;
Dans son corps, il devra réinstaller son coeur.

L’ornithorynque rose a rejoint son compère
Et dit « J’ai le remède à cela, je l’espère :
Ce sont quelques flacons d’une douce liqueur. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er janvier 2018 à 11h48

Janus de sinople
---------------

Le Janus de sinople au jardin se promène,
Il voit la Vérité qui surgit de son puits ;
Il ne la retient pas, fût-ce pour une nuit,
Il ne sait que penser de cette souveraine.

Il n’aime pas non plus entendre la sirène ;
D’Ulysse les exploits ne ont pas faits pour lui,
Devant de tels dangers, ce dieu toujours a fui.
Mais on le voit marcher de bon coeur, et sans peine.

Ce n’est pas un barbon recherchant la tendresse,
Il a passé le temps des gourmandes caresses ;
Ce vieux corps lui demande un répit pour son coeur.

Le Janus de Dix-Neuf a rejoint son compère
Et dit « Tu parviendras jusqu’à moi, je l’espère :
Nous goûterons ensemble une douce liqueur. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 janvier 2018 à 18h07

Janus de sinople
---------------



******************
Sixème vers:


... ne sont pas
****************

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 mars 2020 à 12h27

Méditation du griffon d’azur
------------

-- Je ne me soucie point des affaires humaines,
Je songe à l’Univers en buvant l’eau du puits ;
Je contemple, pensif, l’approche de la nuit
Et je verrai bientôt monter la lune pleine.

Je me souviens d’avoir courtisé des sirènes,
Mais que Poséidon se les garda pour lui ;
Cette histoire est perdue dans le temps qui s’enfuit,
Ainsi se sont éteints le désir et la peine.

Que m’importent, d’ailleurs, les gestes de tendresse,
Mon corps jamais ne fut très sensible aux caresses ;
Ce sont d’autres émois qui font battre mon coeur.

-- Ce griffon, atteignant l’âge d’être grand-père,
Est rempli de sagesse, ou du moins, je l’espère ;
Pourtant je me méfie de son esprit moqueur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 janvier 2023 à 20h38

Poisson de Janus
--------

Ce poisson bicéphale, il n’a pas forme humaine,
Il ferait mieux d’aller se cacher dans un puits ;
Nous n’aimons nullement le rencontrer la nuit,
Il semble un revenant lorsque la lune est pleine.

Il trouble les ondins, il fait fuir les sirènes,
Neptune ne sait pas ce qu’on fera de lui ;
Des démons, sans nul doute, ici l’ont introduit
Pour, une fois de plus, faire une blague obscène.

Aphrodite envers lui n’aura nulle tendresse,
À d’autres elle ira prodiguer ses caresses ;
Il n’a pas ce qu’il faut pour être son vainqueur.

Il sévissait déjà du temps de mon grand-père ;
il doit bientôt mourir, ou du moins, je l’espère ;
Notre monde ira mieux sans ce vieil arnaqueur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 janvier 2023 à 13h39

*  *  *
-----

Le poisson répond
« Tu ne t’es pas regardé,
Plumitif terrestre. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 octobre 2023 à 11h21

Sirène carnivore
----------------

Ce monstre n’a point forme humaine,
Faut-il avoir pitié de lui ?
Peut-être pas, car il  nous nuit,
Il mange plus qu’une baleine.

Sa mère était une sirène,
Un adultère l’a produit ;
De cet accouplement fortuit
Provient cette figure obscène.

Bien peu capable de tendresse,
Lui qui fut sevré de caresses,
Il vit sans amour et sans coeur.

Jamais il ne deviendra père ;
En le trépas son âme espère,
Qui de ses maux sera vainqueur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 30 octobre 2023 à 13h47

’Je songe à l’Univers en buvant l’eau du puits ;’

Voir Aurélien Barrau :

’L’eau du puits est devenue impropre à la consommation ’

La nuit quand je ne dors pas :

https://www.youtube.com/watch?v=LR7Si8NyLGM

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе pеtits еnfаnts d’unе lаrvе оutrаgеusе...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...» (Jоdеllе)

De Jаdis sur Lе Vоlеur (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе