Sainte-Beuve

Poésies de Joseph Delorme, 1829


À la Rime


C’est de la pièce suivante que date la conversion de Joseph à une facture plus sévère. Cette pièce a déjà été publiée ailleurs, comme l’ouvrage d’un ami qui s’est prêté en cela au caprice et à la modestie du poète, mais qui se croit aujourd’hui obligé de faire restitution sur sa tombe.


Rime, qui donnes leurs sons
        Aux chansons,
Rime, l’unique harmonie
Du vers, qui, sans tes accents,
        Frémissants,
Serait muet au génie ;
 
Rime, écho qui prends la voix
        Du hautbois
Ou l’éclat de la trompette,
Dernier adieu d’un ami
        Qu’à demi
L’autre ami de loin répète ;
 
Rime, tranchant aviron,
        Éperon
Qui fends la vague écumante ;
Frein d’or, aiguillon d’acier
        Du coursier
À la crinière fumante ;
 
Agrafe, autour des seins nus
        De Vénus,
Pressant l’écharpe divine,
Ou serrant le baudrier
        Du guerrier
Contre sa forte poitrine ;
 
Col étroit, par où saillit
        Et jaillit
La source au ciel élancée,
Qui, brisant l’éclat vermeil
        Du soleil,
Tombe en gerbe nuancée ;
 
Anneau pur de diamant
        Ou d’aimant,
Qui, jour et nuit, dans l’enceinte
Suspends la lampe, ou le soir
        L’encensoir
Aux mains de la vierge sainte ;
 
Clef, qui, loin de l’œil mortel,
        Sur l’autel
Ouvres l’arche du miracle ;
Ou tiens le vase embaumé
        Renfermé
Dans le cèdre au tabernacle ;
 
Ou plutôt, fée au léger
        Voltiger,
Habile, agile courrière,
Qui mènes le char des vers
        Dans les airs
Par deux sillons de lumière ;
 
Ô Rime ! qui que tu sois,
        Je reçois
Ton joug ; et longtemps rebelle,
Corrigé, je te promets
        Désormais
Une oreille plus fidèle.
 
Mais aussi devant mes pas
        Ne fuis pas ;
Quand la Muse me dévore,
Donne, donne par égard
        Un regard
Au poète qui t’implore !
 
Dans un vers tout défleuri,
        Qu’a flétri
L’aspect d’une règle austère,
Ne laisse point murmurer,
        Soupirer,
La syllabe solitaire.
 
Sur ma lyre, l’autre fois,
        Dans un bois,
Ma main préludait à peine :
Une colombe descend,
        En passant,
Blanche sur le luth d’ébène.
 
Mais au lieu d’accords touchants,
        De doux chants,
La colombe gémissante
Me demande par pitié
        Sa moitié,
Sa moitié loin d’elle absente.
 
Ah ! plutôt, oiseaux charmants,
        Vrais amants,
Mariez vos voix jumelles ;
Que ma lyre et ses concerts
        Soient couverts
De vos baisers, de vos ailes ;
 
Ou bien, attelés d’un crin
        Pour tout frein
Au plus léger des nuages,
Traînez-moi, coursiers chéris
        De Cypris,
Au fond des sacrés bocages.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βоnаvеnturе dеs Ρеrriеrs : «Lеs аvеuglеs еt viоlеurs...»

Βаnvillе : Lаpins

Rоllinаt : Lеs Ρrојеts

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Gеlаis : Dizаin : «Un јоur quе Μаdаmе dоrmаit...»

Klingsоr : Ρеndаnt lа pluiе

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...» (Μауnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur unе bеllе Νоnnаin qui sе disоit Εspоusе du Сhrist (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt métаphуsiquе (Сrоs)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе