Saint-Amant

Œuvres, seconde partie (???)


La Plainte de Tirsis


 
              Dans l’horreur d’un bois solitaire
Où malgré l’œil du jour règne en tout temps la nuit,
              Tirsis, loin du monde qu’il fuit,
                  Ne pouvant plus se taire,
    Chantait en pleurs le doux et triste sort
                  Qui le livre à la mort.
 
              C’est donc une chose arrêtée
(Disait ce pauvre amant, plein d’ardeur et de foi)
              Que je souffre à jamais pour toi,
                  Cruelle Pasithée ?
    Et que ton cœur, au lieu d’en soupirer,
                  Feigne de l’ignorer ?
 
              Tes beaux yeux, les rois de mon âme,
Après m’avoir soumis à leur divin pouvoir,
              Feront semblant de ne point voir
                  Ma vive et pure flamme ?
    Et ton oreille entendra sans pitié
                  Gémir mon amitié ?
 
              Ah ! rigueur trop longue et trop dure !
C’en est fait, je me rends à ta fière merci.
              En vain ces houx flattent ici
                  Mes maux de leur verdure :
    Il faut périr ; Amour ne m’offre en eux
                  Qu’un espoir épineux.
 
              Comme il achevait cette plainte,
Un long cri de hibou, douloureux et tremblant,
              D’un mortel effort l’accablant,
                  Le fit pâlir de crainte ;
    Et maint aspic sifflant autour de lui
                  Redoubla son ennui.
 
              Un ruisseau plein d’inquiétude,
Murmurant sur le dos d’un âpre et vieux rocher
              Du mal qu’il avait à marcher
                  En un chemin si rude,
    Représentait le lamentable cours
                  De ses pénibles jours.
 
              Le tronc noir et sec d’un érable,
Par le courroux du ciel foudroyé depuis peu,
              Ne lui présageait en son feu
                  Qu’une fin misérable :
    Tous les objets y semblaient conspirer,
                  Et lui la désirer.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz