Saint-Amant

Œuvres, seconde partie (???)


La Nuit


 
    Paisible et solitaire nuit,
          Sans lune et sans étoiles,
    Renferme le jour qui me nuit
          Dans tes plus sombres voiles ;
Hâte tes pas, déesse, exauce-moi :
    J’aime une brune comme toi.
 
    J’aime une brune dont les yeux
          Font dire à tout le monde
    Que, quand Phébus quitte les cieux
          Pour se cacher sous l’onde,
C’est de regret de se voir surmonté
    Du vif éclat de leur beauté.
 
    Mon luth, mon humeur et mes vers
          Ont enchanté son âme ;
    Tous ses sentiments sont ouverts
          À l’amoureuse flamme ;
Elle m’adore, et dit que ses désirs
    Ne vivent que pour mes plaisirs.
 
    Quel jugement y dois-je assoir ?
          Veut-elle me complaire ?
    Mon cœur s’en promet à ce soir
          Une preuve plus claire.
Viens donc, ô nuit ! que ton obscurité
    M’en découvre la vérité.
 
    Sommeil, répands à pleines mains
          Tes pavots sur la terre ;
    Assoupis les yeux des humains
          D’un gracieux caterre,
Laissant veiller en tout cet élément
    Ma maîtresse et moi seulement.
 
    Ainsi, jamais de ta grandeur
          Rien n’abaisse la gloire ;
    Ainsi jamais bruit ni splendeur
          N’entre en ta grotte noire,
Comme autrefois, quand à chaque propos,
    Iris troublait ton doux repos.
 
    Ha ! voilà le jour achevé,
          Il faut que je m’apprête ;
    L’astre de Vénus est levé,
          Propice à ma requête ;
Si bien qu’il semble en se montrant si beau,
    Me vouloir servir de flambeau.
 
    L’artisan, las de travailler,
          Délaisse son ouvrage ;
    Sa femme, qui le voit bâiller,
          En rit en son courage,
Et, l’œilladant, s’apprête à recevoir
    Les fruits du nuptial devoir.
 
    Les chats, presque enragés d’amour,
          Grondent dans les gouttières ;
    Les loups-garous, fuyant le jour,
          Hurlent aux cimetières ;
Et les enfants, transis d’être tout seuls,
    Couvrent leurs têtes de linceuls.
 
    Le clocheteur des trépassés,
          Sonnant de rue en rue,
    De frayeur rend leurs cœurs glacés,
          Bien que leur corps en sue ;
Et mille chiens, oyant sa triste voix,
    Lui répondent à longs abois.
 
    Ces tons, ensemble confondus,
          Font des accords funèbres,
    Dont les accents sont épandus
          En l’horreur des ténèbres,
Que le silence abandonne à ce bruit
    Qui l’épouvante et le détruit.
 
    Lugubre courier du Destin,
          Effroi des âmes lâches,
    Qui si souvent, soir et matin,
          M’éveilles et me fâches,
Va faire ailleurs, engeance de démon,
    Ton vain et tragique sermon.
 
    Tu ne me saurais empêcher
          D’aller voir ma Sylvie,
    Dussè-je, pour un bien si cher,
          Perdre aujourd’hui la vie.
L’heure me presse, il est temps de partir,
    Et rien ne m’en peut divertir.
 
    Tous ces vents, qui soufflaient si fort,
          Retiennent leurs haleines ;
    Il ne pleut plus, la foudre dort,
          On n’oit que les fontaines
Et le doux son de quelques luths charmants
    Qui parlent au lieu des amants.
 
    Je ne puis être découvert,
          La nuit m’est trop fidèle ;
    Entrons, je sens l’huis entrouvert,
          J’aperçois la chandelle.
Dieux ! qu’est-ce ci ? Je tremble à chaque pas,
    Comme si j’allais au trépas.
 
    Ô toi, dont l’œil est mon vainqueur,
          Sylvie, eh ! que t’en semble ?
    Un homme qui n’a point de cœur,
          Ne faut-il pas qu’il tremble ?
Je n’en ai point, tu possèdes le mien...
    Me veux-tu pas donner le tien ?
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fils du Τitiеn (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе guеrrе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz