Saint-Amant

Œuvres, seconde partie (???)


La Nuit


 
    Paisible et solitaire nuit,
          Sans lune et sans étoiles,
    Renferme le jour qui me nuit
          Dans tes plus sombres voiles ;
Hâte tes pas, déesse, exauce-moi :
    J’aime une brune comme toi.
 
    J’aime une brune dont les yeux
          Font dire à tout le monde
    Que, quand Phébus quitte les cieux
          Pour se cacher sous l’onde,
C’est de regret de se voir surmonté
    Du vif éclat de leur beauté.
 
    Mon luth, mon humeur et mes vers
          Ont enchanté son âme ;
    Tous ses sentiments sont ouverts
          À l’amoureuse flamme ;
Elle m’adore, et dit que ses désirs
    Ne vivent que pour mes plaisirs.
 
    Quel jugement y dois-je assoir ?
          Veut-elle me complaire ?
    Mon cœur s’en promet à ce soir
          Une preuve plus claire.
Viens donc, ô nuit ! que ton obscurité
    M’en découvre la vérité.
 
    Sommeil, répands à pleines mains
          Tes pavots sur la terre ;
    Assoupis les yeux des humains
          D’un gracieux caterre,
Laissant veiller en tout cet élément
    Ma maîtresse et moi seulement.
 
    Ainsi, jamais de ta grandeur
          Rien n’abaisse la gloire ;
    Ainsi jamais bruit ni splendeur
          N’entre en ta grotte noire,
Comme autrefois, quand à chaque propos,
    Iris troublait ton doux repos.
 
    Ha ! voilà le jour achevé,
          Il faut que je m’apprête ;
    L’astre de Vénus est levé,
          Propice à ma requête ;
Si bien qu’il semble en se montrant si beau,
    Me vouloir servir de flambeau.
 
    L’artisan, las de travailler,
          Délaisse son ouvrage ;
    Sa femme, qui le voit bâiller,
          En rit en son courage,
Et, l’œilladant, s’apprête à recevoir
    Les fruits du nuptial devoir.
 
    Les chats, presque enragés d’amour,
          Grondent dans les gouttières ;
    Les loups-garous, fuyant le jour,
          Hurlent aux cimetières ;
Et les enfants, transis d’être tout seuls,
    Couvrent leurs têtes de linceuls.
 
    Le clocheteur des trépassés,
          Sonnant de rue en rue,
    De frayeur rend leurs cœurs glacés,
          Bien que leur corps en sue ;
Et mille chiens, oyant sa triste voix,
    Lui répondent à longs abois.
 
    Ces tons, ensemble confondus,
          Font des accords funèbres,
    Dont les accents sont épandus
          En l’horreur des ténèbres,
Que le silence abandonne à ce bruit
    Qui l’épouvante et le détruit.
 
    Lugubre courier du Destin,
          Effroi des âmes lâches,
    Qui si souvent, soir et matin,
          M’éveilles et me fâches,
Va faire ailleurs, engeance de démon,
    Ton vain et tragique sermon.
 
    Tu ne me saurais empêcher
          D’aller voir ma Sylvie,
    Dussè-je, pour un bien si cher,
          Perdre aujourd’hui la vie.
L’heure me presse, il est temps de partir,
    Et rien ne m’en peut divertir.
 
    Tous ces vents, qui soufflaient si fort,
          Retiennent leurs haleines ;
    Il ne pleut plus, la foudre dort,
          On n’oit que les fontaines
Et le doux son de quelques luths charmants
    Qui parlent au lieu des amants.
 
    Je ne puis être découvert,
          La nuit m’est trop fidèle ;
    Entrons, je sens l’huis entrouvert,
          J’aperçois la chandelle.
Dieux ! qu’est-ce ci ? Je tremble à chaque pas,
    Comme si j’allais au trépas.
 
    Ô toi, dont l’œil est mon vainqueur,
          Sylvie, eh ! que t’en semble ?
    Un homme qui n’a point de cœur,
          Ne faut-il pas qu’il tremble ?
Je n’en ai point, tu possèdes le mien...
    Me veux-tu pas donner le tien ?
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur Αu sеignеur Сhristоphlе Ρlаntin (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βlаnсhе Νеigе (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz