Saint-Pol-Roux


Seul et la Flamme


 
C’était au temps abstrait de Seul : futur, l’objet
S’essayait vers la ligne où le vœu sera chose ;
L’âme, aux ailes de plan ouvertes pour le jet,
Aspirait à l’argile en le gré de la Cause.
 
Or, Seul, hanté par l’odorance du Jardin
Prêt à jaillir des hauts sillons de sa pensée,
Vit se cabrer devant son mystère, soudain,
Le saisissable éclat d’une Flamme avancée.
 
« Ton nom, s’écria Seul, feu que n’a pas conçu
Mon ensealissime et tranquille génie ?
Je ne t’ai pas pensé, tu n’es pas mon issu.
Ô Seul, serais-je Deux dans ma vierge harmonie ?
 
« Oui, j’émettrai l’azur et ses ardents raisins,
Je gonflerai des monts et je suerai des fleuves,
Aux flots je donnerai les chênes pour voisins,
Je créerai l’olivier pour les colombes neuves.
 
« Sublime apothéose offerte au devenir
Sans perdre le triomphe entier de sa corolle,
Me voici grandiose au seuil de l’avenir
Car je vais m’effeuiller avec une parole.
 
« Mais mon poème n’est encore qu’en zéros
Divinement couvés par ma caresse énorme ;
De ces œufs, prometteurs de nombres au chaos,
Rien n’émana déjà dans l’arrêt d’une forme.
 
« Espace pour l’oiseau, glèbe pour les moissons,
De mon front chaque chose est toujours à descendre.
Les océans prochains ne sont que des frissons,
Les soleils imminents des tisons sous la cendre.
 
« L’Absolu récusant à jamais le sommeil,
Tu n’es donc pas l’inconscient effet d’un songe,
De l’ombre vaste où se pavane mon éveil
Non plus ne saurait sourdre une œuvre de mensonge.
 
« Tu t’agrippes pourtant, ô pieuvre de lueur,
À même la prunelle interdite de l’Être,
Et ma science attend sous sa tempe en sueur
Le rayon divulguant ta raison d’apparaître.
 
« Hypothèse d’un corps que Seul exprimera,
Il faut que son foyer soit géant dans le proche
Pour transsuder ainsi de ce qui germera
Et dès lors s’affirmer par l’éclat qui m’accroche.
 
« Je crois donc, avenir d’une réalité,
Que tu viens, devançant l’Âge des Créatures,
Ouraganer la paix de mon éternité
Afin que je m’apprête aux tempêtes futures.
 
« Vite déchiffre-moi cette énigme de feu
Qu’alimentent, bizarre amas d allégories,
Des fanfares, des paons, des blasphèmes à Dieu,
Des serments tronçonnés et des chocs de patries.
 
« Oh dis, spectre à rebours, la Force de demain
Que tu fais pressentir par une telle emprise
Que ma barbe si blonde a blnnchi de surprise ! »
Et la Flamme lança : « Je suis l’Orgueil Humain. »
 

Mars 1885

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Lа Сhаmbrе

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Μаllеvillе : Lа Flеur d’Αdоnis

Μоntrеuil : «Сhеz vоus је n’аi јаmаis été...»

Μérу : Lе Βаllеt dеs hеurеs

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Μаgiе dе lа nаturе

Rоllinаt : Lеs Ιnfinis

Du Βеllау : «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...»

Du Βеllау : «Τu dis quе Du Βеllау tiеnt réputаtiоn...»

Du Βеllау : «Si mеs éсrits, Rоnsаrd, sоnt sеmés dе tоn lоs...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Quаnd је соntеmplе biеn lеs еffеts dе Νаturе...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Ô gеntil vеr qui vаs filаnt lа sоiе...»

Μérаt : Lе Grаnd Αrbrе

Сlаudе Quillеt

Βоufflеrs : L’Οсulistе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μusе, qui аutrеfоis сhаntаs lа vеrtе Οlivе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd је vаis pаr lа ruе, оù tаnt dе pеuplе аbоndе...» (Du Βеllау)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De 15 bоurrеs sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе